microsoft iot

Voiture connectée : Microsoft devient partenaire privilégié des constructeurs

Microsoft est en train de réaliser une nouvelle tentative pour convaincre les entreprises d’utiliser sa technologie pour les voitures connectées. Le géant du logiciel annonce aujourd’hui un accord de licence de brevet avec Toyota, le premier du genre.

Toyota est le premier constructeur à adopter le nouveau programme de licence automobile de Microsoft, qui comprenant l’accès à la navigation, le divertissement et les fonctions de reconnaissance vocale développées par Microsoft. Toyota n’a pas réellement dévoilé ce qu’elle comptait faire des brevets de Microsoft, mais il est clair que le géant de l’informatique ne fournira pas simplement des logiciels à exécuter dans les voitures.

Microsoft a bien compris que les constructeurs automobiles ne pourraient pas assumer seuls l’aspect technologique de l’intérieur de leurs voitures et entend bien devenir un partenaire privilégié du marché.


Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud


Microsoft évite la concurrence avec les constructeurs

L’accord de licence de brevet semble être un retour en arrière au niveau des efforts les plus ambitieux de Microsoft au fil des ans. Microsoft a d’abord dévoilé son concept « Windows In The Car » il y a trois ans, mais elle a échoué. Le concept ressemblait à un concurrent du système CarPlay d’Apple pour transformer les appareils mobiles en un hub, pour le système de divertissement des voitures.

Lors du CES de Las Vegas, cette année, la société a dévoilé qu’elle ne voulait plus se lancer dans la construction de voitures autonomes, mais la société a des ambitions pour les alimenter. Harman a révélé l’année dernière qu’elle envisageait d’intégrer Office 365 dans ses systèmes d’info-divertissement, tandis que Nissan et BMW envisagent d’implanter Cortana dans leurs voitures. 

Microsoft s’est historiquement et directement associée avec les constructeurs automobiles, dans le but de fournir des versions spéciales de Windows pour les véhicules autonomes. Ford, Kia, BMW, Nissan et Fiat ont tous utilisé ce logiciel auparavant. Toutefois, cette nouvelle initiative de brevet suggère que l’entreprise est davantage disposée à prendre une voie facile, qui est de licencier son travail de recherche acharné, plutôt que de fournir un écosystème logiciel pour les voitures connectées et autonomes.

La société a d’ailleurs invité les autres constructeurs automobiles à adopter son programme de licence. En prenant parti de ne pas lancer de véhicule autonome, Microsoft se place en tant que partenaire et non en concurrence avec les constructeurs automobiles. L’entreprise n’est pas la seule à vouloir s’associer aux constructeurs. Comme principaux concurrents, il est possible de citer Google, Intel, Softbank, Qualcomm ou encore ARM.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *