in ,

Obsolescence (re)programmée : business & résistance

Obsolescence (re)programmée : business & résistance

L’obsolescence programmée est une stratégie d’affaires. Il planifie délibérément la durée de vie du matériel et le rend très vite obsolète : simple complot de fabricants ou stratégie de performances techniques ? 

Les nouveaux outils sont soigneusement préparés pour avoir une espérance de vie limitée. C’est l’obsolescence programmée : leurs capacités sont réduites et leur puissance diminue au fil de l’utilisation.  Cette stratégie est illustrée avec Intel : l’entreprise américaine travaille sur la production d’une nouvelle génération de puce PC avant même d’avoir commercialisé la dernière. Les développeurs de technologie ont toujours une longueur d’avance… c’est pourquoi nous avons l’impression qu’il y a sans cesse de nouveaux gadgets sur le marché. L’obsolescence programmée doit s’immiscer intelligemment dans les programmes. Si elle est trop évidente, elle peut se retourner contre les fabricants. Un produit trop souvent remplacé peut lasser le consommateur. C’est arrivé dans le secteur informatique : les consommateurs n’étaient pas convaincus que la mutation de leurs produits nécessitait un remplacement de ceux-ci.

obspo3

Obsolescence programmée et déchets

L’obsolescence programmée représente une menace pour l’environnement. A l’ère où sa protection est primordiale pour la survie de notre planète, à l’heure où l’une des priorités du développement IoT visent l’amélioration des conditions écologiques, on assiste passivement à un paradoxe de fond. L’IoT ne se mordrait-il pas la queue à ce sujet ? Car c’est un fait, l’environnement en pâtit de ces pratiques puisque les EEE (Equipements Électriques et Électroniques), génèrent des impacts environnementaux lourds : l’énergie grise qu’ils emploient, l’utilisation de ressources, les émissions de gaz à effet de serre ou encore la pollution des milieux par des substances toxiques sur l’ensemble de leur cycle de vie depuis leur production jusqu’à leur élimination. Pourtant, le consommateur contemporain a changé : il est devenu éco-responsable et ne tombe plus aussi facilement dans le piège, non seulement pour des raisons économiques, mais aussi écologiques. 

obso

Piège de l’obsolescence programmée, que prévoit la loi ?

Le 18 mars 2013, le groupe écologiste EELV a déposé une proposition de loi pour lutter contre l’obsolescence programmée, en facilitant notamment la réparation des produits. Cette loi, adoptée à l’automne 2014, permet une définition plus précise de l’obsolescence programmée, et exige de la part du fabricant d’indiquer visiblement la durée de vie de son produit, quand le prix de celui-ci dépasse la barre des 30% du SMIC.

ordi obso

Obsolescence : un business de résistance

Depuis que l’obsolescence programmée est considérée comme un délit, grâce à la loi de transition énergétique, des startups comme Save, qui a récemment levé 15 millions d’euros pour créer un géant international de réparation, ont développé des systèmes de réparation express, de réparation DIY.  Un succès dont ils n’ont aucun doute car il suit le mouvement citoyen éco-responsable, le mouvement des consommateurs. Un filon novateur et pertinent au vu du portefeuille clients visé : non seulement une offre B2B mais aussi une offre pour les particuliers dont la demande est grandissante, dans un climat économique bancal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.