pharmacien et objets connectés

Pharmaciens et objets connectés : une collaboration recommandée

[Cet article a été rédigé par Cécile Morvan, coordinatrice du Collectif Proximité e santé, et auteur d’articles sur la digitalisation]

Il faut le dire, la transformation de l’univers de la pharmacie ne peut se passer du virage numérique et des objets connectés.

Le plan de santé 2022, annoncé en 2018 par le président de la République, propose une réflexion collective pour un accès aux soins à l’ensemble des Français, mais également incite les professionnels de santé à une meilleure coopération entre eux.

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Pour répondre à ces nouveaux enjeux, les professionnels de santé doivent prendre à bras le corps l’ensemble des outils digitaux et objets connectés qui vont leur permettre d’offrir aux patients un accès aux soins plus souple et un suivi personnalisé.

Parmi les dispositifs mis en place, c’est la téléconsultation qui a le plus de visibilité. Au moment d’une virulente crise sanitaire, elle a fait un grand bond. Depuis chez soi, on peut avoir accès à son médecin et ce sont souvent les mutuelles des entreprises qui proposent ce service.

Mais quid de ceux qui ne sont pas salariés et qui subissent les fameux déserts médicaux ?

Pour pallier ce problème, les pharmacies disposent d’un logiciel de téléconsultation connecté à celui du médecin permettant à tous leurs patients une consultation en direct. Équipés d’objets connectés comme les stéthoscopes et autoscopes connectés, les pharmaciens accompagnent les patients tout au long de leur consultation. Effectuer dans l’enceinte de la pharmacie, la téléconsultation à plusieurs avantages :

  • Être accompagné d’un professionnel de santé,
  • Être remboursé si le médecin a été vu sur les 12 mois,
  • Être en lien direct avec le pharmacien qui pourra effectuer suivi et conseils,
  • Préserver le secret médical.

Les pharmaciens doivent se tenir informer des dernières innovations

Dans les missions des pharmaciens, il y a aussi le bilan de médication partagé (BPM).

Créé par l’assurance maladie, le BPM a pour cible les patients de plus de 65 ans polymédiqués. Malheureusement, l’un des principaux freins à ces prises d’informations est une question de temps. En effet, procéder à un bilan de médication tel qu’il est présenté par l’Assurance Maladie et, selon les dires de nombreux pharmaciens est très chronophage. Il dure environ 1H30.

C’est pourquoi, des startups comme Bimédoc ou mesoigner. fr ont créé un outil digital qui a adapté le questionnaire à la pratique quotidienne des pharmaciens, en rajoutant des informations ou autres sur des sujets tels que la comorbidité du patient, sa vaccination, mais aussi ses difficultés d’aisance, ainsi que sa complexité à s’habiller, etc.

Grâce à la digitalisation du BPM, le temps imparti à sa réalisation a été divisé par deux, puisque 45 minutes suffisent. La technologie développée est telle que le BPM a le grand avantage de se coupler à la téléconsultation. Une vraie révolution de suivi de soins ! En un mot, c’est grâce aux objets connectés et à la digitalisation que les nouvelles missions des pharmaciens vont pouvoir s’accomplir plus souplement.

Mais encore faut-il que les professionnels de santé soient au courant de ces nouveaux outils et de leur mise en place au sein de leurs officines.

Pour ce faire, objets connectés, dispositifs médicaux connectés, téléconsultation, plateforme numérique d’échanges d’informations et plateforme de médication intelligente utilisant l’intelligence artificielle seront présentés au cours d’une soirée connectée pour les pharmaciens.

Infos pratiques :

  • Jeudi 17 septembre 2020
  • Lieu : Montpellier/Château Puech Haut
  • Soirée exclusivement réservée aux pharmaciens
  • Inscriptions = valentine.escamilla@exco.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *