Accueil > Tech > Composants > Raspberry Compute Module 3+ : le chant du cygne d’une architecture
raspberry compute module 3 plus

Raspberry Compute Module 3+ : le chant du cygne d’une architecture

Resolving timed out after 5514 milliseconds

Le 29 janvier 2019, la Fondation Raspberry a annoncé la commercialisation du Compute Module 3+, une évolution de la monocarte dédiée à l’industrie. Ce modèle n’avait connu d’évolution depuis trois ans.

La fondation Raspberry est décidée à fêter la fin de vie de son architecture en beauté. Hier, elle a annoncé la commercialisation du Raspberry Compute Module 3+ (CM3+). Cette évolution a lieu trois ans après la précédente itération.

Le Raspberry Compute Module 3+ : un produit destiné au monde industriel

Pour rappel, le Compute Module 3+ se destine principalement aux applications industrielles. Cette monocarte prend place dans des équipements de précision ou encore dans des moniteurs Nec afin de diffuser du contenu en continu dans des espaces publics.

Techniquement, le CM3+ conserve le même form factor que les deux précédents modèles (très ressemblant à celui des barrettes de mémoire vive SODIMM). Il profite encore d’un stockage flash eMMC intégré au lieu d’un lecteur de carte SD comme sur la plupart des Pi. Ainsi, les entreprises disposent jusqu’à 32 Gigaoctets de mémoire Flash afin d’embarquer les programmes associés à leurs équipements.

De nombreuses options de stockage

Tout comme le Raspberry Pi 3 B+, le Compute Module 3+ est équipé du SoC Broadcom BCM2837B0. En revanche, il est cadencé à 1,2 GHz contre 1,4 GHz pour le Pi 3 B+ pour éviter la surchauffe. Le tout est associé à 1 Gigaoctet de mémoire vive LDDR2.

Le Raspberry Compute Module 3+ est disponible en quatre versions. Le CM3+ Lite ne dispose pas de stockage et est vendu à 25 dollars. Ensuite, la carte est déclinée dans des versions 8/16/32 Gigas de stockage. Le modèle le mieux doté est proposé à 45 euros environ (40 dollars outre-Atlantique). Ceux-ci seront produits au moins jusqu’en janvier 2026 au minimum.

La fondation semble préparer la quatrième version de son architecture. Jusqu’alors ces monocartes étaient gravées en 40 nanomètres. Elle pourrait passer au 28 nm selon les rumeurs circulant sur le Web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend