SAMSUNG IOT

Samsung, l’innovation de l’IoT viendra de trois secteurs principaux

À l’occasion de la présentation du Samsung Business Center à Saint-Ouen, Samsung a tenu à nous parler de la digitalisation des entreprises au travers notamment de l’IoT. Des lignes fixées par le géant coréen permettent de mieux connaître ses futurs axes de développement pour les entreprises.

Maxime Guirauton, le directeur marketing de Samsung Business, nous parle de la vision du groupe coréen.

Maxime Guireauton Samsung

« L’IoT est un gros sujet chez Samsung qui veut le définir sur deux termes : le cloud et la data ». L’IoT, pour la marque coréenne, existera seulement dès lors que les données pourront être hébergées. Et cela fonctionnera d’autant plus lorsqu’il y aura des données à héberger et à faire communiquer ensemble. L’enjeu c’est donc que ces données interagissent les unes avec les autres, et qu’elles rendent les choses plus faciles, plus rapides, plus intelligentes.

Découvrez notre lead marketplace I.T

L’autre point selon la société, c’est que l’IoT n’est pas un sujet nouveau. Avec comme exemple du premier objet connecté, la machine Coca-Cola qui vend des sodas dans la rue.

Coca-Cola machine connectée

« Aujourd’hui on ne fait juste qu’aller plus loin que ce qui était fait auparavant », nous assure Maxima Guirauton. Avoir du cloud, être capable de faire connecter la data entre elle, mais il y a déjà des objets connectés aujourd’hui. Le sujet n’est absolument pas nouveau.

La vision de Samsung est la suivante :

  • D’ici 2020 il va y avoir 75 milliards d’objets connectés. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a de plus en plus d’objets qui se connectent.
  • Sur la partie data, il y aura 50 trillions de données stockées dans un futur proche. Nos baies de stockage actuelles sont largement inférieures aux capacités demandées dans cet avenir proche. Pour être capable de gérer toutes ces données, il faudra nécessairement agrandir nos performances de stockage. Il y a donc un énorme marché en devenir.
  • Sur le nombre de personnes qui vont s’interconnecter avec cette data, autrement dit le nombre de personnes qui vont utiliser de près ou de loin un objet connecté : aujourd’hui il est considéré qu’une grande partie des humains ont déjà accès à cela (théorème de la machine Coca-Cola énoncé précédemment).

Samsung retail store

L’IoT sera-t-il partout ?

« Avant de savoir si ça sera quelque chose de commun, il faut avant tout que cela permette de gagner du temps. Que cela amène un meilleur confort et une sécurité accrue », ajoute Maxime Guirauton. Les retours qu’a Samsung sur « à quoi servent les objets connectés » sont les suivants :

  • Le gain de temps
  • Le bien-être
  • La sécurité (dans son ensemble)

Selon ces trois aspects, la société coréenne pense qu’il va y avoir trois secteurs principaux qui vont diriger le développement et l’utilisation des objets connectés et sur lesquelles il faut se concentrer :

Samsung et la santé connectée

Mais comment vont se développer ces trois secteurs ?

« Le premier va se développer parce qu’il va y avoir un usage pour le citoyen, le deuxième parce qu’il va y avoir un usage pour le passager et le troisième, parce qu’il va y avoir un usage pour le patient », nous assure le directeur du Marketing de chez Samsung.

« Ça doit servir l’Humain », c’est le leitmotiv de Samsung. Et d’ajouter : « les gens qui font de l’objet connecté pour se dire j’ai réussi à connecter des objets, ils ne gagneront jamais. En revanche si on arrive à servir l’Humain dans ces moments de vie, qu’il soit citoyen, passager, ou simple patient, à ce moment-là on va réussir à lui montrer qu’il va gagner du temps, un intérêt. Il faudra également lui prouver, et ça c’est à nous de le faire, qu’il peut agir en toute sécurité.»

Samsung et le transport connectée

Evolution de l’IoT selon Samsung

« Tout d’abord il va falloir créer des objets. Ensuite, bien entendu, il faudra les connecter, les sécuriser et enfin, faire utiliser ces objets », voici donc la vision de Samsung. Ce sont les entreprises qui vont insuffler cette tendance de l’objet connecté. Pour le coréen, ça ne viendra clairement pas du grand public directement. Le grand public aura au grand maximum, deux ou trois grands produits, mais si « on veut que cela fonctionne, que l’objet connecté devienne une réalité, et si on veut faire gagner du temps alors les entreprises doivent être le moteur de ce changement », insiste Maxime Guirauton.

Une nouvelle approche de Samsung sur le connecté

Par essence les objets Samsung sont connectés.  Un nouvel angle de Samsung va être Artik. Ce sont des chipsets développés par l’entreprise. Ce sont donc des composants pour rendre n’importe quel objet au monde connectable. Il existe bien entendu des protocoles afin de réussir cette connexion, il y a quand même un peu de développement à faire.

Samsung ARTIK

Le deuxième point c’est qu’il faut les connecter. SigFox et LoRa sont du bas débit et vont permettre l’interconnexion entre objets. Mais il y a aussi le 4G, la 5G, le Wifi etc…Tous ces protocoles de connexions vont permettre de ramener l’information dans le cloud.

Le troisième point c’est bien la sécurisation :

  • SmartThings Open Cloud, annoncée à l’IFA, est une solution mise au point par Samsung. Elle permet d’agréger cette masse de données, de les stocker dans un cloud, et à l’intérieur de ce cloud, de les faire parler entre elles pour en tirer des protocoles. Les gains d’énergie vont être considérables.
  • Knox ensuite pour la sécurité du produit à proprement dit.
  • La biométrie enfin. Cette biométrie est fondamentale pour une sécurité parfaite.

« Pour Samsung le portable reste au cœur de l’utilisation. Une vraie connexion entre objets, passe forcément par le smartphone. 97% des gens font demi-tour lorsqu’ils ont oublié leur téléphone à la maison, ce que vous ne faites pas forcément pour vos clés. L’interconnexion de tous ces devices et la collecte de toutes les données passent par son smartphone. Pour que cela fonctionne, il faut que ce soit proche des gens », rappelle Maxime Guirauton.

« Aujourd’hui, il faut que l’entreprise donne aux employés un device qui soit à la hauteur de ce qu’ils détiennent à la maison. Si on essaie de créer dans l’IoT un produit à part, avec une interface que personne ne connait, on n’y arrivera pas. Actuellement, Samsung pense que ça passera par le smartphone ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *