in

Des sénateurs américains s’attaquent à la saturation des réseaux

senateurs americains saturation

Quatre sénateurs américains ont déposé un projet de loi devant le congrès pour que la FCC étudie le besoin de nouvelles fréquences supportant les appareils issus des nouvelles technologies. 

Sigfox, LoRa, la 5G, les réseaux dédiés à l’IoT se multiplient. Se pose pourtant le problème des bandes de fréquences. Eh oui, il faut prendre en compte les millions d’objets connectés, plus les connexions via smartphone. Un casse-tête pour les opérateurs, les équipementiers, mais aussi pour l’Etat.

Quatre sénateurs américains réunis au sein d’une commission bipartie (comme quoi la technologie rassemble !) demande donc à la Federal Communication Commission d’étudier les capacités des réseaux actuels pour savoir s’ils seront capables de supporter la croissance de l’IoT.

Derrière la question « Y a t-il assez de fréquences disponibles ?« , ces membres du congrès envisagent les régulations à mettre en place très prochainement. Il faut aller vite, dans ce projet de loi, ils demandent à la FCC de rendre sa réponse en un an.

Dans cette ruée vers la bande fréquence, l’Etat central et les fédérations sont prêtes à libérer la bande 3,5 Ghz qui était dédiée uniquement  à des usages militaires.

Un nouvel outil pour la police de l’IoT

Le projet de loi nommé « Developping innovation for Growing the Internet of Things » (DIGIT) préconise également de se pencher sur la consommation et la sécurité des réseaux. Là encore, les sénateurs se donnent un an pour rencontrer les acteurs du marché, et les groupements de consommateurs les plus influents aux Etats-Unis.

L’objectif à terme, monter une police de l’IoT. En mars 2015, le congrès avait déjà adopté une loi en ce sens. Ce nouveau projet vient ajouter des règles possiblement contraignantes pour les entreprises. Celles-ci avaient déjà fait part de leurs remarques au gouvernement à propos de la smart city. Rappelons que la protection des données privées dans le pays de l’oncle Sam est un sacerdoce pour les consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.