Accueil > Entreprises > La Poste et IBM, sponsors du SIdO, veulent démocratiser l’Internet des Objets
sido salon

La Poste et IBM, sponsors du SIdO, veulent démocratiser l’Internet des Objets

Le Showroom de l’Intelligence des Objets, plus communément appelé SIdO ouvrira ses portes dans quelques jours. Nous avons pu poser quelques questions aux sponsors de l’événement.

À la Cité Internationale de Lyon, le SIdO va une nouvelle fois rassembler l’écosystème de l’Internet des Objets le 5 et 6 avril prochain. Parmi les acteurs phares de ce secteur, les partenaires de l’événement tiennent une place importante. Docapost, filiale du Groupe La Poste et IBM Watson IoT sont deux sponsors reconnus. Vanessa Chocteau, Directrice du programme French IoT et Christophe Borde, Directeur marketing du portfolio Internet des Objets pour IBM Watson IoT répondent à nos questions.

Le programme French IoT, le porte-étendard de la Startup Valley

Propulsé par La Poste, le programme French IoT vise à accompagner et soutenir les startups, les PMEs et les entreprises innovantes dans leur croissance en France, mais aussi à l’International. Pour la deuxième année consécutive, Le Groupe La Poste et sa filiale numérique BtoB Docapost sont partenaires du SIdO, plus particulièrement de la Startup Valley, l’espace réservé à 65 jeunes pousses. La directrice de ce programme explique les raisons de ce soutien à l’événement lyonnais.

Le programme French IoT est partenaire de la Startup Valley pour la deuxième fois consécutive. Quelle est la raison de ce soutien ?

Vanessa Chocteau : Effectivement, nous accompagnons le SIdO depuis bientôt deux ans. Rappelons d’abord que Le Groupe La Poste accompagne les entreprises de toutes tailles et collaborent avec elles de différentes manières. Dans le secteur de l’Internet des Objets, notre programme French IoT a été élaboré spécialement pour cette activité. Cela fait sens pour nous de soutenir un événement important qui vise à accélérer le business IoT par le développement d’un écosystème et des services IoT.

Pour le programme French IoT dédié à l’innovation collaborative grands groupes, start-up, le SIdO est l’occasion donnée aux startups sélectionnées d’être visibles, en les affranchissant des frais d’exposition. Par ailleurs, nous entretenons un lien particulier avec les organisatrices du SIdO parce que nous portons un objectif commun, celui de démocratiser l’Internet des Objets.

En quoi le principe de la Startup Valley se rapproche-t-il du programme French IoT ?

sido 2017 startup valley

Vanessa Chocteau : Les organisatrices Paola et Stéphanie ont mis la Startup Valley au cœur du SiDO et nous partageons leur manière de penser la création d’événements. Elles appellent très largement les startups à présenter les projets les plus prometteurs au sein de la Startup Valley, et ne sélectionnent pas seulement 4 ou 5 startups, mais plus de 60 jeunes entreprises.

French ioT s’inscrit à 100% dans cette démarche depuis son lancement en 2015. Nous procédons de manière similaire avec le programme French IoT en réalisant un appel à candidature élargie parce que les secteurs d’application de l’Internet des Objets sont très nombreux : la santé, la technologie pure, l’aide à la personne, etc. Nous accompagnons aujourd’hui 127 startups dans les domaines en ligne avec les priorités du Groupe La Poste et de notre activité IoT.

À l’instar du programme French IoT, la sélection des startups présentes au SIdO ne se pratique pas en interne, mais en présence d’un écosystème d’acteurs. Comme nous sponsorisons l’événement, nous avons participé à la sélection de la soixantaine de jeunes sociétés avec une dizaine d’autres participants, notamment des représentants de Clusters, de pôle de compétitivité ou de label comme la French Tech. Ces personnes ont des avis très pertinents et savent identifier les meilleurs projets.

Enfin il s’agit de donner une belle visibilité aux projets des entrepreneurs lors d’un salon qui prend de l’envergure depuis près de trois ans. S’y rendent des acheteurs, des CTOs, des dirigeants de groupe français et même de groupes internationaux. Finalement, il s’agit vraiment d’une « philosophie » très proche de celle que nous vivons au sein de French IoT.

Qu’est-ce qu’apporte le SIdO aux startups du programme French IoT ?

La Poste Ces sido

Vanessa Chocteau : Parmi les 127 startups du programme, 18 sont présentes lors du SIdO 2017. Nous avons fait en sorte de ne pas emmener exactement les mêmes entreprises qu’au Consumer Electronic Show. Quand nous nous rendons à Las Vegas, nous veillons à inviter les sociétés aux projets les plus aboutis pour éviter la copie de technologies non brevetées ou de concepts.

Au SIdO, nous pouvons emmener des entrepreneurs avec des projets un peu moins avancés pour qu’ils puissent gagner en visibilité et “pitcher” leurs solutions. Pour nous, ce retour est crucial. Je pense que le SIdO a une belle visibilité européenne et permet à des startups, qui n’ont pas forcément le temps et les moyens de se déplacer en dehors des territoires français de présenter leurs solutions.

Qu’attendez-vous de cette troisième édition du salon ?

Vanessa Chocteau : Le SIdO est selon nous l’événement le plus important consacré à l’IoT en ce début 2017. Comme l’année dernière, Docapost et La Poste vont annoncer l’ouverture de la prochaine édition du programme French IoT lors d’un Meet up French IoT. Pour nous, ce sera l’occasion de découvrir de nouvelles pépites qui possiblement nous rejoindront.

Nous présenterons également les réussites des premières entreprises accompagnées lors de ce meet-up et de deux conférences, l’une dédiée aux bonnes pratiques IoT dans la Santé avec les startups E-takescare et Axelife ; une autre dédiée à l’expérience utilisateur avec la présentation des cas d’usages reposant sur notre plateforme IoT, le Hub Numérique.

Présents au cœur de la Startup Valley aux côtés des startups, nous souhaitons illustrer les vertus de la collaboration startups avec startups, grands groupes avec startups et nous-mêmes nous travaillons avec nos grands partenaires pour co-innover et proposer des services connectés à forte valeur ajoutée.

IBM Watson IoT, l’IoT et l’Intelligence artificielle au service de la transformation des entreprises

IBM IOT Munich

Pour permettre à ses clients d’aborder au mieux la transformation de leurs entreprises, IBM a créé la division IBM Watson IoT. Elle propose les technologies, les services, l’expertise et l’écosystème nécessaires pour maximiser l’effet de l’Internet des Objets et du cognitif sur les entreprises.

IBM Watson IoT regroupe un ensemble de solutions et services pour adresser le potentiel de l’internet des objets afin d’améliorer l’efficacité, d’innover et de monétiser la donnée.

Christophe Borde, Directeur marketing du portfolio Internet des Objets pour IBM évoque les rencontres et la réunion d’une grande partie de l’écosystème français au SIdO.

Depuis combien de temps IBM s’intéresse-t-il au SIdO ?

Christophe Borde : Nous suivons le SIdO depuis sa création, nous n’y avons pas encore participé en tant qu’exposant. Nous étions présents lors d’une conférence plénière autour de l’Intelligence Artificielle lors de la deuxième édition. Cette année, nous avons renforcé notre présence avec nos solutions liées à l’IoT et à Watson.

Notre volonté est de nous positionner comme un acteur de l’IA et de l’IoT au sein de l’écosystème français de l’Internet des Objets. Nous sommes également en train de verticaliser nos solutions autour de la plateforme Watson IoT pour adresser des thématiques telles que l’Industrie 4.0, le véhicule connecté et autonome, le retail ou encore l’assurance et apporter davantage de valeurs ajoutées. Nous y travaillons avec notre écosystème de partenaires en faisant intervenir des grands groupes ou des startups. Le SIdO répond à nos objectifs parce qu’il permet de s’adresser aux entreprises à la recherche de solutions, de services et de partenariats autour des thématiques de l’IoT et de L’intelligence Artificielle.

Comment s’organise la présence d’IBM sur le salon ?

Christophe Borde : Nous avons un stand et nous collaborons avec la startup lyonnaise Hoomano qui animera plusieurs ateliers autour de l’utilisation de robots utilisant des services de Watson. Notre objectif est de promouvoir la vulgarisation de l’IoT et l’utilisation de l’IA.

Par ailleurs, nous présenterons les réalisations de certains de nos clients afin de montrer et d’expliquer des cas d’usage réussis, comme l’utilisation de notre plateforme IoT par la SNCF pour optimiser l’entretien des équipements ferroviaires, améliorer la qualité de services et innover.

De plus, nous participerons à une conférence plénière et à plusieurs tables rondes. Jean-Philippe Desbiolles (Vice-Président Solutions Cognitives IBM Watson ndlr) sera l’un des intervenants du keynote “L’Intelligence Artificielle va-t-elle libérer l’IoT ?”. Bruno Fernandez (Senior Consultant IBM Watson IoT, Cognitive and Analytics Solutions ndlr) participera à la table ronde “INDUSTRIE 4.0 : ce que les industriels doivent savoir”. Corinne Bacle (Tech Sales Engineer Watson IoT ndlr) expliquera avec les autres intervenants les critères essentiels dans le choix d’une plateforme IoT lors de la conférence “IoT DATA : Comment choisir sa plateforme sûre et interopérable ?”.

Enfin, je débattrai de la place de l’Intelligence Artificielle au coeur du véhicule connecté et autonome pendant le rendez-vous nommé “Véhicules autonomes et intelligents…ou l’IA prend le volant !”.

Qu’attendez-vous de la tenue du SIdO 2017 ?

Christophe Borde : Il s’agit tout d’abord rencontrer des partenaires de toutes tailles et de tous types : des startups, de grandes entreprises ou encore des entrepreneurs qui veulent faire de la co-création. Dans le domaine de l’Internet des Objets, nous sommes en train de passer d’une phase d’intérêt général à une phase où les projets se mettent véritablement en place.

Ce salon s’impose donc comme un rendez-vous majeur de ce secteur en ébullition et encourage ceux qui sont encore dans des phases d’expérimentation ou au stade de projet à passer à la vitesse supérieure. La notion d’écosystème est très importante parce qu’il faut réunir les différents acteurs capables de développer les capteurs, les objets, les plateformes, les applications hébergées, jusqu’aux nouveaux services. L’Internet des Objets représente forcément un grand nombre d’acteurs qui doivent travailler de concert. Le SIdO est une occasion unique de les rassembler.

Retrouvez le programme French IoT sur la Startup Valley et IBM sur l’espace Co- Work C/4 lors du SIdO 2017 !

Cet article nous a été proposé par Cobees.

A lire également

Watson Summit : IBM veut faire entrer l’IoT dans l’ère du cognitif

Se tenait le mardi 10 octobre le Watson Summit 2017, une journée entière consacrée à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *