Accueil > Ecosystème IoT > Sigfox lance une Hacking House en France pour multiplier les solutions IoT
sigfox hacking house

Sigfox lance une Hacking House en France pour multiplier les solutions IoT

Le lundi 17 juin, Sigfox a inauguré sa première Hacking House française à Paris. Après Taipei, San Francisco et Chicago, le fournisseur du réseau IoT éponyme accueille six équipes d’étudiants et d’entrepreneurs qui auront pour but de résoudre des problématiques techniques, logistiques ou encore sociétales.

Non. Sigfox n’a pas choisi Toulouse pour ouvrir sa première Hacking House française. Le fournisseur du réseau “0G” a préféré ses bureaux parisiens, avenue de Wagram, pour accueillir cette sorte d’Hackathon prolongé sur trois mois.

Ce sont six équipes constituées de deux à trois étudiants ou entrepreneurs accompagnés par un ou deux mentors de Sigfox. Ces membres ont été triés sur le volet et proviennent généralement d’institutions prestigieuses comme Polytechnique, Polytech Sorbonne, Paris Diderot, l’ENSEA, l’EISEE, l’ETNA, etc. Ils sont français, chinois, brésiliens, chinois, ou marocains.

Hacking House : des cas d’usage concrets autour du réseau Sigfox

La première équipe a pour but d’utiliser le réseau Sigfox pour transmettre des SMS dans des situations d’urgence, quand les infrastructures RTC, 2G, 3G ou 4G sont hors services. C’est notamment le cas lors de catastrophes naturelles. La seconde travaillera sur un contrôle de la logistique pour Total. La troisième développera un compteur d’eau autonome en énergie.

La quatrième “team” mettra au point une solution de support pour les décodeurs TV et Box Internet. Le cinquième groupe surveillera des zones à forts risques d’inondation dans le but d’alerter les autorités locales. Enfin, la dernière équipe a déjà développé un lors d’un Hackathon. Ils ont imaginé un système de surveillance de la qualité de l’eau qu’ils souhaitent implanter en Afrique. Sigfox aidera les membres à monter une startup.

A chaque fois, ces projets impliquent l’utilisation du réseau Sigfox. Clairement, la société toulousaine veut prouver la haute valeur ajoutée de sa solution de connectivité. Et comme les entreprises sont plus frileuses à communiquer sur les déploiements en cours, la fondation des Hacking House est un bon moyen de montrer des cas d’applications pratiques de la technologie.

Former une nouvelle génération de développeurs IoT

Cependant, ce n’est pas le but premier des Hacking House. Selon Raouti Chehih, Chief Adoption Officier chez Sigfox :

« Aujourd’hui, le réseau 0G de Sigfox offre de formidables perspectives qui permettront à terme de répondre à d’importants défis qu’ils soient économiques, environnementaux ou sociaux. Pour cela, il faut encore parfois développer les applications qui utilisent ce réseau et renforcent son impact dans le monde réel. C’est l’objet de notre Hacking House : participer au nouvel Internet et préparer la prochaine génération IoT. Par génération, j’entends celle des utilisateurs d’objets connectés, mais également celles et ceux qui les conçoivent. Sigfox, en ouvrant sa quatrième Hacking House, continue à s’engager pour la formation des individus au service de l’innovation technologique ».

Il y a donc une volonté forte de former des étudiants et des entrepreneurs à une technologie déployée dans plus de 60 pays dans le monde. A la fin de leur séjour, les équipes présenteront le résultat de leurs projets le 6 septembre 2019 devant un jury composé d’investisseurs, d’experts et de clients. Ensuite, Sigfox envisage de pousser la production et le déploiement des solutions IoT sur le marché.

Sigfox veut ainsi qu’une nouvelle génération de développeurs se familiarise avec sa technologie et ses services. Pour cela, la société peut compter sur ses partenaires Soracom, ST Microelectronics, Wisebatt, Télécom ParisTech Entrepreneurs, et IMT Starter.

Ouvert en juillet 2018, le programme Hacking House devrait connaître une cinquantaine d’occurrence. Près de 400 universités dans le monde y participent. A termes, il s’agit de former 8000 personnes tous les ans autour de 2000 projets. Pour l’instant, la première session taïwanaise s’est terminée le 11 juin dernier. Celle de Chicago fermera ses portes le 23 août prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend