Accueil > Smart City > Smart city : 4 (grosses) actualités à ne pas louper cette semaine
smart city semaine nokia bordeaux idc

Smart city : 4 (grosses) actualités à ne pas louper cette semaine

La Smart City attire de plus en plus d’acteurs qui favorisent la création de solutions connectées. Cette semaine l’actualité est particulièrement riche à ce sujet.  

Nous sommes que mercredi et pour l’actualité concernant la Smart City est particulièrement riche. Plusieurs annonces ont été faites par des municipalités et des entreprises engagées dans la transformation numérique des villes. Investissements, essai grandeur nature, lancement d’un produit et étude, la Smart city concentre l’attention cette semaine.

1. Smart City : Smiile lève 1,3 million d’euros

Smiile est un réseau social de partage entre les habitants reposant sur une application mobile. Il permet de partager des objets, de réaliser des achats groupés, de faire du covoiturage, de partager un jardin, etc. Les professionnels peuvent également proposer leur service aux habitants les plus proches de leurs enseignes. Cette nouvelle manière de ramener du lien au sein des communautés est un moyen de connecter les habitants et peut être de les préparer à la banalisation des espaces partagés qui devront apparaître au fur et à mesure que la population se densifie sur Terre.

Créée en 2014, la startup éponyme engagée dans la branche sociale de la Smart City avait levé 1,7 million d’euros en 2015 auprès de la MAIF alors qu’elle s’appelait encore Mon P’ti voisinage. Elle vient d’ajouter 1,3 million d’euros à cette cagnotte. MAIF avenir lui a renouvelé sa confiance, tandis que le fonds d’investissement Bird de Bouygues est un nouveau soutien de la startup de Saint-Malo. Elle bénéficie aussi d’une aide à l’innovation de la part de Bpifrance. Le réseau social regroupant près de 400 000 utilisateurs accueillera à l’avenir les bailleurs sociaux, les promoteurs immobiliers ou encore les collectivités territoriales. La startup compte monétiser son concept en s’adressant à des acteurs BtoB et en multipliant les partenaires. Elle compte en rassembler 300 avant la fin de l’année 2018.

2. Bordeaux va connecter un quartier entier

bordeaux smart city

Connecter les humains par le biais d’une application c’est une chose, connecter les bâtiments et les infrastructures demande une organisation tout autre. C’est ce qu’a entamé la métropole de Bordeaux dans le quartier du stade Matmut Atlantique (Bordeaux-Lac). Le Journal du Net explique que la métropole bordelaise veut mesurer l’impact de l’introduction de capteurs connectés dans la ville. Pour cela, elle va faire installer 500 capteurs qui seront fonctionnels au mois de juillet 2018. Lampadaires, poubelles, chaufferies de groupes scolaires, compteurs d’eau, station de recharge des voitures électriques seront connectés afin d’optimiser la consommation, de prévenir les pannes et de comprendre les usages de certains de ces commodités par les habitants du quartier.

Ainsi, les lampadaires connectés s’allumeront au passage des piétons et permettront de mieux organiser le dépannage le cas échéant. Les poubelles connectées vont faciliter l’organisation du ramassage des déchets, un point important pour la métropole. Ce sera également l’occasion de tester le réseau LoRaWAN d’Objenious (Bouygues) et d’Orange tout en observant si les services de la métropole sont capables de gérer l’apport de ces nouvelles technologies de la Smart City. Les dirigeants se donnent 6 mois à partir de juillet 2018 pour tester ces nouvelles infrastructures. En cas de réussite, elle les déploiera à l’échelle de l’agglomération.

3. Nokia lance une plateforme IoT dédiée à la Smart City

Nokia s’est déjà illustré à de maintes reprises dans le secteur de l’IoT, notamment en annonçant le lancement de sa plateforme IoT IMPACT et en commercialisant la solution WING. L’équipementier qui souhaite s’imposer sur ce marché a annoncé le lancement d’une plateforme IoT spécialisée dans la Smart City. Cette dernière sera basée sur un framework nommé Integrated Operation Center qui, comme son nom l’indique, rassemble plusieurs consoles de gestion et plusieurs services. Depuis un seul hub numérique, les collectivités pourront gérer le système de vidéosurveillance, le réseau électrique et Internet, les capteurs IoT, les parkings et le relevé de données environnementales (météo, température, pollution…).

Cette plateforme pour la Smart City sera complétée par une offre nommée Sensing as a Service. Il s’agit d’un ensemble d’outils d’analytique branchés sur les infrastructures IoT prévu pour détecter en temps réel des constructions illégales, des destructions de déchets ou encore la présence de particules inhabituelles dans l’air. Elle sera proposée aux municipalités, aux entreprises et aux gouvernements qui pourront se partager et signer des contrats par le biais de la blockchain. Enfin, l’équipementier complète ces deux offres destinées à la gestion de la Smart City avec un S-MVNO, un opérateur de réseau virtuel mobile sécurisé, réservé aux forces de l’ordre, aux pompiers et aux hôpitaux. Ils auront ainsi accès à un débit plus important pour leurs applications professionnelles. Nokia devrait détailler sa feuille de route lors du Mobile World Congress 2018 de Barcelone.

4. IDC prévoit 80 milliards d’investissements dans les technologies de la Smart City

smart city prediction dépense

Après s’être intéressé au présent et au futur proche, penchons-nous sur les prédictions des analystes concernant la Smart City. Pour ne pas changer, c’est à International Data Corporation à qui l’on doit cette étude consacrée aux investissements dans les technologies de la Smart City. Les entreprises, les municipalités et les métropoles dépenseront 80 milliards de dollars en 2018. Cette somme s’élèvera à 135 milliards de dollars en 2021 selon IDC sans pour autant préciser le taux de croissance annuel correspondant à ces dépenses.

Le cabinet d’étude précise que les transports intelligents, la sécurité publique data driven et les infrastructures d’énergie susciteront les investissements les plus importants. Deux cas d’usage seraient ainsi particulièrement prisés dans la Smart City : l’analyse connectée du trafic routier et la surveillance vidéo aidée par la computer vision. Viennent ensuite l’éclairage connecté et le suivi environnemental. Si la somme de 80 milliards de dollars paraît importante, il faut rappeler que plus de la moitié des dépenses seront à imputer à la Chine et aux États-Unis. Selon IDC, la Chine dépensera 21 milliards de dollars cette année, contre 22 milliards du côté américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend