in ,

SmartThings débauche le directeur ingéniérie d’Amazon

SmartThings engage l’ancien directeur de l’ingénierie de chez Amazon pour simplifier son système Smart Home. Une stratégie centrée sur la sécurité et la fiabilité de la maison connectée. 

La guerre des géants de l’high-tech n’est jamais terminée. Aujourd’hui The Verge relaie la parfaite illustration du « turn over » dans les entreprises IoT présente à San Francisco. Robert Parker, directeur de l’ingénierie chez Amazon, ayant travaillé sur  Alexa, le Fire Stick Prime Video rejoint la filiale maison connectée de Samsung. Après cinq ans à la tête de l’innovation technique du groupe de Jeff Bezos, l’ingénieur devient Senior Vice-Président chez SmartThings.

Auparavant, le personnage s’était illustré en tant que General Manager chez Microsoft pendant 18 ans. Dans le cadre de sa nouvelle mission, le SVP a déclaré vouloir simplifier les produits Smart Home de son nouvel employeur. Sa démarche s’inscrit parfaitement dans celle de la marque : connecter des objets disparate à un Cloud. L’objectif de Robert Parker, amplifier cette démarche et parle même de pousser l’expérience utilisateur à un autre niveau.

Pour cela, l’expert fait de sa priorité la sécurité des appareils. Ils doivent répondre à des certifications plus stricts pour ne pas qu’ils soient utiliser à mauvais escient, mais aussi qu’ils fonctionnent convenablement pour éviter les problèmes rencontrés par Nest récemment.

Une simplification non sans sacrifices

smartthings gamme

En ce sens, SmartThings rappelle gentiment à l’ordre les quelque 30 000 développeurs qui ont accès à la plateforme de Samsung. L’objectif, conserver le caractère ouvert de celle-ci tout en renforçant la sécurité.

Une stratégie louable même si difficile à mettre en place. En effet, il faut pouvoir conserver la compatibilité avec les produits des autres marques comme Bose, Netatmo, D-Link, Philips, etc. Cela signifie également l’instauration d’un protocole standardisé au sein de l’application SmartThings.

Dans cette optique, la filiale de Samsung souhaite instaurer un dispositif à deux vitesses. Ainsi, ses produits reliés à sa propre plateforme fonctionneront mieux que s’ils sont reliés à tout autre système de maison connectée. Une volonté qui pourrait en définitive profiter aux solutions plus fermées comme celles d’Apple ou de Google, qui proposent une expérience plus facile d’accès, centrée sur l’utilisateur. Reste à voir prochainement si les utilisateurs choisiront la facilité ou la fiabilité pour équiper leurs maisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.