in

La startup de taxi aérien de Larry Page rachète l’ancien rival de DJI 3D Robotics

Kitty Hawk, la société de taxis aériens soutenue par Larry Page, rachète les parts de l’ancien concurrent de DJI, 3D Robotics. Dans le cadre de cette acquisition, Chris Anderson deviendra le directeur de l’exploitation de Kitty Hawk.

Cette reprise a d’abord été rapportée par Forbes. Ce dernier a publié un aperçu détaillé de l’état actuel de Kitty Hawk et de sa nouvelle orientation vers le développement d’un eVTOL. De ce fait, Anderson sera sous la direction du PDG Sebastian Thrun, un ancien cadre de Google.

Kitty Hawk change d’orientation après les récentes turbulences

Pendant un certain temps, 3D Robotics a été la seule entreprise américaine à tenter de se faire une place sur le marché émergent des drones grand public. Elle fait face à des pionniers comme la société française Parrot et la société chinoise DJI. 

Toutefois, lorsque DJI a commencé à dominer le marché, 3D Robotics a abandonné son produit grand public. D’ailleurs, ce dernier avait des capacités autonomes et s’appelait Solo. 

Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud

De ce fait, l’entreprise a licencié certains employés et a passé les années suivantes à développer des logiciels pour les drones commerciaux. À la fin de l’année dernière, la compagnie a demandé à l’Administration fédérale de l’aviation de certifier un drone à usage gouvernemental. Ce produit repose « éventuellement » sur l’automatisation, ce qui révèle un intérêt persistant pour le matériel.

3D Robotics n’est pas la seule entreprise de drones à travailler sur la technologie autonome. En fait, la startup Skydio a publié deux versions de son propre drone à caméra autonome.

Flyer : un avion électrique personnel 

Page a fondé Kitty Hawk en 2015, mais ce n’est qu’en 2017 que l’entreprise a fait ses preuves. Initialement, la startup a mis l’accent sur un petit avion électrique personnel appelé Flyer.

Flyer Kitty Hawk

Selon Kitty Hawk , cet appareil se révélerait si simple à piloter que le brevet de pilote ne serait pas nécessaire. En outre, cette start-up avait même déclaré à l’époque qu’une version commerciale serait disponible fin 2017.

Kitty Hawk a développé un prototype fonctionnel du Flyer et a même présenté une version beaucoup plus élégante l’année suivante. En 2018, la startup a également révélé un deuxième appareil baptisé Cora, qu’elle a confié à une coentreprise avec Boeing. 

Heaviside : un avion électrique silencieux 

Kitty Hawk a abandonné le Flyer en 2020, licencié des dizaines d’employés et tourné son attention vers un troisième avion électrique en phase de développement. Cet aéronef, appelé Heaviside, ressemble davantage à un avion traditionnel qu’aux véhicules construits par de nombreuses autres startups eVTOL.

Si Heaviside était à l’origine destiné à être piloté, l’entreprise s’efforce désormais de le rendre entièrement autonome. Thrun aurait tellement insisté sur ce changement que Kitty Hawk a licencié l’ingénieur à l’origine du projet. 

Le rapport de Forbes détaille également un certain nombre de départs récents d’employés. En effet, quelques ingénieurs ont quitté Kitty Hawk après avoir estimé que Vander Lind avait exercé des représailles à leur encontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Octave Aquamonitrix

Aquamonitrix révolutionne la surveillance de la qualité de l’eau avec la solution Octave

Cryptomonnaie

Cryptomonnaie : comparatif des solutions existantes pour un meilleur investissement