Accueil > Business > E-Santé > [Startup Tour] Stimul’Activ développe un robot compagnon pour les autistes
stimulactiv iot

[Startup Tour] Stimul’Activ développe un robot compagnon pour les autistes

Pierre Rouhaud est le CEO de la startup Stimul’Activ. Son objectif est d’accompagner la perte d’autonomie en concevant des outils de stimulation cognitive à destination des personnes atteintes de troubles neuro-dégénératifs.

L’e-santé a un potentiel énorme pour créer de nouveaux moyens de soigner ou accompagner des personnes atteintes de maladies graves. Stimul’Activ a tout d’abord développé des solutions pour les personnes autistes et atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Pierre Rouhaud s’est rendu compte qu’il manquait des solutions personnalisées sur le marché, tout d’abord en développant des audits pour les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer « Nous nous sommes rendu compte qu’il était absolument important de proposer une stimulation personnalisée ». La startup s’est donc approchée du CHU de Limoges, plus particulièrement du professeur Thierry Dantoine, pour lui proposer de travailler sur une application totalement personnalisable.

fond2

Les solutions Stibox et Mwoo

Il s’agit de l’application Stibox, également disponible via un ordinateur, destinée à l’accompagnement et la stimulation de la personne au quotidien. Divisée en trois parties, « Ma famille », « Mon Métier » et « Mes loisirs », cette plateforme est accessible aux médecins, aux familles et aux patients.

Avec comme fonction principale de stimuler la mémoire et l’acquisition de réflexes tout au long d’une journée avec un agenda facilement paramétrable depuis Internet pour rappeler et expliquer, un récit de vie accessible aux familles et aux professionnels pour une meilleure communication, un outil de communication tel que Skype, ainsi que des jeux thérapeutiques. Cette application est également efficace pour de simples personnes âgées qui n’avaient jamais eu de stimulation.

Stibox est adaptée à plusieurs types de malades, mais Pierre Rouhaud s’est rendu compte qu’une application n’était pas forcément la meilleure solution pour les personnes autistes. Il a été confronté à une problématique avec certaines personnes rencontrées « Ces gens-là ne savaient pas lire, souvent ils ne savent pas parler, donc on n’arrive pas à se faire comprendre d’eux. Il se trouve que dans les mains de ces personnes, l’application ne donnait rien ».

C’est à ce moment là que née l’idée du nouveau produit Stimul’Activ, le robot compagnon Mwooo. Cet objet deviendra un support de stimulation à prendre dans les bras ou sur un fauteuil dans le but de communiquer plus facilement avec des personnes autistes.

visuel-mwoo-collection-autisme-790

Pierre Rouhaud a effectué des tests de Mwoo avec la Fondation Jacques Chirac et la Fondation Delta + qui se sont avérés positifs pour les personnes qui n’arrivaient pas à prendre la tablette dans les mains « Elle avait des mains très déformées, qui a tout de suite réussi à prendre le robot par les oreilles et gardé avec lui sur son fauteuil roulant. On s’est donc aperçu que cela avait un vrai sens ».

La gamme de stimulations de Mwoo est également entièrement personnalisable. Stimul’Activ apprend à connaître la personne pour lui proposer la ou les stimulations adaptées « On a par exemple des personnes qui ne supportent pas les bruits, on va donc essayer de proposer la stimulation discrète ».

Des solutions destinées aux structures d’accueil

Pour répandre au mieux sa solution e-santé, la startup a été confrontée à une autre problématique. Les acheteurs ne sont pas les utilisateurs finaux, il faut donc se tourner vers les enfants pour les malades d’Alzheimer et vers les parents pour les personnes autistes. Toutefois, le plus efficace reste de se tourner vers les médecins, bien que l’objectif soit de toucher une population à domicile « On plusieurs segments de clientèle. Dans un premier temps, nous sommes plutôt vers des structures d’accueil de personnes atteintes d’autisme ».

accompagnant1

Pour l’instant, Stimul’Activ est la plupart du temps en B2B. La sortie de Stibox est prévue pour septembre 2016, tandis de Mwoo est prévu pour début 2017. Nous n’avons pas encore d’information sur le business model choisi pour le robot, mais la société a deux systèmes différents pour se rémunérer pour l’application.

La structure cliente dispose du produit pour un abonnement mensuel ou une licence annuelle « On a laissé les deux possibilités car on s’est aperçu qu’il y avait des resserrements de budgets. On travaille avec des sociétés ayant des capacités d’augmenter leur budget de fonctionnement et d’autres qui ont la capacité de l’emprunt pour financer des licences ou des abonnements ». Pour faciliter l’accès à la santé connectée aux sociétés ayant du mal à boucler les fins de mois, Stimul’Activ recherche actuellement des solutions de financement en regardant le modèle américain.

Une levée de fonds au services des personnes autistes

Bien que la société n’ait pas souhaité communiquer sur le montant de l’investissement, elle est en train de lever des fonds auprès d’investisseurs publics et privés. L’important pour la société était de faire rentrer des fondations à son capital. Ainsi, elle s’est rapprochée de plusieurs fondations très présente dans l’autisme.

Ces fonds seront en partie utilisés pour le développement du robot Mewoo « C’est un projet qui doit être fait en France, pour l’électronique dans le Grand Est pour le Silicone en Aquitaine. Nous sommes en train de monter les partenariats ». La startup reçoit également des fonds de plusieurs banques et d’une autre structure en prêt d’amorçage « Une structure nommée Lorraine Activ qui finance des projets solidaires va participer dans le cadre de notre prêt ».

Depuis août 2015, l’application Stibox est en test avec le CHU dans le but d’obtenir le marquage CE, afin qu’il soit reconnu comme un dispositif médical. En tout, il faut un an et demi d’études médicales avant de pouvoir obtenir cette certification « Nous commenceront cette étude d’ici janvier 2017. L’idée était de ne pas attendre la fin des études médicales pour sortir parce que cela sera trop tard ».

La société compte étendre son activité vers l’AVC ou encore le cancer. Le Big Data n’est pas exclu de la stratégie de Philippe Rouhaud «  Avec notre application pour Alzheimer, on va pouvoir faire remonter un maximum d’informations sur l’heure à laquelle les gens joues, en fonction de leur état de santé et de leur niveau de dépendance ». Pour lui, il est impossible pour une startup de baser son business model sur le Big Data mais cela fait rêver beaucoup d’investisseurs « Bien que beaucoup de monde soit en train de se positionner la-dessus, c’est quelque chose qui nous tente ».

pierre-rouhaud-vignettel

Les solutions de Stimul’Activ ont pour avantage de faciliter la relation entre les patients et les médecins. Ainsi, les neuropsychologues et les médecins peuvent mieux connaître la personne pour lui proposer une stimulation personnalisée et la faire évoluer. Les données du patient sont une grande source d’information pour les médecins qui peuvent plus facilement créer des liens pour les prendre en charge personnellement.

L’enjeu actuel de Stimul’Activ est de réussir l’implantation de ses produits sur le marché « Comme la plupart des startups, on ne peut pas se cantonner au marché national, car les concurrents peuvent nous copier rapidement. Il faut absolument aller vers l’étranger et réussir une implantation ».

A lire également

hypnos une

Hypnos de DreaminzZz : quand l’hypnose repose sur un masque connecté

Le marché du sommeil connecté est en pleine croissance. DreaminzZz est une startup issue de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *