Accueil > Business > Intel abandonne le cycle Tick Tock et optimise ses processeurs

Intel abandonne le cycle Tick Tock et optimise ses processeurs

Alors que nous abordions la mort programmée de la loi Moore, voici qu’Intel annonce officiellement des changements dans ses cycles de conceptions de ses processeurs. Le processus Tick Tock disparaît entraînant le déploiement d’une nouvelle finesse de gravure tous les 3 ans.

Depuis 2007, le fabricant de processeurs Intel appliquait la méthode Tick Tock. Le premier terme désigne un nouveau processus de gravure, le second l’arrivée d’une nouvelle architecture. Ainsi, le constructeur alternait jusqu’alors entre des processeurs Tock comme Skylake et Tick comme Broadwell. Cette année, une nouvelle finesse de gravure de 10 nanomètres devait faire son apparition. Seulement, voilà cette opération est de plus en plus difficile et entraîne des problèmes de conception et de fabrication conséquents.

Tick Tock intel pao

Le rapport financier de la marque indique qu’elle déploie une nouvelle méthode à suivre comprenant une étape supplémentaire : l’Optimisation. Les deux premières sont renommées Processus et Architecture. Ainsi la nouvelle génération de chipset Intel nommé CannonLake est reportée à l’année prochaine, tandis que la gamme Kaby Lake prend sa place. Celle-ci disposera d’une finesse de gravure de 14 nm, mais avec des performances sensiblement optimisées.

Cela veut dire qu’une nouvelle finesse de gravure fera son apparition sur le marché tous les trois ans, tout en maintenant la sortie d’une nouvelle gamme tous les ans. Qu’à cela ne tienne, le constructeur américain souhaite diminuer la consommation d’énergie, l’efficacité et les fonctionnalités de ses puces.

Des répercutions directes pour les data centers

Si la gamme Intel Quark SoC est dédiée aux objets connectés, ce sont bien des processeurs d’ordinateur qui font fonctionner les serveurs, les plateformes et donc le cœur des services liés à l’IoT. Cette nouvelle donne touche de plein fouet les concepteurs d’application et les data centers qui devront attendre de nouvelles architectures pour réellement profiter d’améliorations.

Les processeurs Xeon montés sur des cartes mères datant de 2011 (mis à jour par le bios régulièrement) suffiront-ils aux besoin croissant de traitement de données en temps réel ? Cela laisse de la place pour les concurrents comme AMD et TSMC pour proposer des chipsets compétitifs et orientés IoT.

 

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend