Accueil > Tech > Toyota présente les avancées de son système de conduite autonome
lexus toyota autonome

Toyota présente les avancées de son système de conduite autonome

La conduite autonome est le nouveau dada des constructeurs autonome. Certains annoncent déjà des fourchettes de commercialisation à l’instar de Volkswagen, d’autres sont plus prudents, comme Toyota qui a présenté il y a peu son nouveau système de pilotage autonome.

Le constructeur japonais se repose sur son institut technologique nommé Toyota Research Institute. Ce dernier développe une plateforme de conduite autonome. Les ingénieurs ont présenté il y a peu la version 2.1 de cette architecture pour ses véhicules de demain.

Toyota se veut à la pointe de l’autonomie

Ce système de conduite autonome repose principalement sur un nouveau modèle de perception de l’environnement du véhicule nommé Chauffeur. Ce dernier a pour objectif d’atteindre une autonomie comprise entre le niveau 4 et 5. Pour ce faire, l’institut utilise les technologies LiDaR développées par Luminar, une startup qui a levé 36 millions de dollars en Seed. Il utilise également des algorithmes d’intelligence artificielle capable de prendre la bonne décision de conduite.

Cette technologie s’accompagne d’un mode nommé Guardian, un assistant avancé conçu pour éviter les accidents routiers. Celui-ci repose sur une caméra intérieure qui surveille les faits et gestes du conducteur. Dans la vidéo diffusée sur la plateforme Youtube, le Toyota Research Institute présente un cas concret : l’endormissement au volant. Dans cette situation, le véhicule bardé de capteurs va prendre le contrôle complet de la conduite.

Le constructeur est plus prudent que ses concurrents

En parallèle, le véhicule de test, une berline Lexus équipée par le Toyota Research Institute, se dote d’un pédalier et d’un volant côté passager. La raison ? Donner la possibilité aux conducteurs de reprendre la main sur la voiture.

Ce choix étrange est justifié par l’équipe de recherche qui veut réaliser des études sur le réaction des passagers en cas de comportements déviants du véhicule. C’est surtout un moyen de simuler à l’aide d’algorithme un schéma de conduite accompagné ou d’apprentissage pendant lequel un novice apprend d’une personne expérimentée. La plateforme 2.1 se nourrit des connaissances de cet individu afin de prodiguer des conseils au novice en son absence.

Si Toyota n’évoque pas d’objectifs commerciaux, il est clair que le constructeur automobile le mieux valorisé au monde (50 milliards de dollars en 2017) selon le classement interbrand, veut frapper fort sur le marché de l’automobile autonome.

A lire également

waymo rapport une

Waymo publie un rapport sur la sécurité de ses voitures autonomes

Waymo, la filiale d’Alphabet spécialisée dans la conception d’une plateforme de voiture autonome vient de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *