Accueil > Business > E-Santé > Japon : les trackers d’activité sous-estiment les dépenses en calories
trackers etude fitness japon calories

Japon : les trackers d’activité sous-estiment les dépenses en calories

Un document, publié hier dans le JAMA Internal Medicine, montre qu’au niveau de la dépense énergétique, de nombreux trackers d’activité ont une marge d’erreur d’environ 200 calories.

Les trackers d’activité sont au centre des polémiques ces derniers temps. Fitbit faisant déjà l’objet d’une plainte en nom collectif pour de fausses données fournies par son matériel sur le rythme cardiaque, c’est au tour du suivi des dépenses en calories d’être accusé de ne pas fonctionner correctement.

La totalité des trackers sous-estiment ou sur-estiment les dépenses en calories

Cette étude a été menée par une équipe de chercheurs japonais dirigée par Haruka Murakami au National Institute of Health and Nutrition basé à Tokyo. 19 participants, âgés de 21 à 50 ans, ont testé 12 trackers d’activité populaires de différentes marques (Fitbit Flex, Jawbone UP24, Misfit Shine, Epson Pulsense PS-100, Garmin Vivofit, Tanita AM-160, Omron CalorieScan HJA-403C, and Withings Pulse O2) et des appareils souvent utilisés pour la santé (Panasonic Actimarker EW 4800, Suzuken Lifecorder EX, Omron Active style Pro HJA-350IT, and ActiGraph GT3X).

trackers etude japon fitness wearables

Les résultats fournis par ces appareils ont été comparés aux moyens les plus fiables pour suivre les dépenses de calories. Lors de la première expérience, les participants ont passé 24 heures dans une « chambre métabolique » dans laquelle les scientifiques ont pu suivre leur consommation d’oxygène et leur production de dioxyde de carbone, afin d’évaluer leurs dépenses caloriques. Lors de la seconde expérience, les chercheurs ont utilisé des échantillons d’urine pour calculer les dépenses en calories des participants dans la vie de tous les jours.

Lors du test de la chambre métabolique, les appareils Withings et Jawbone ont sous-estimé les dépenses d’environ 270 calories alors que les appareils Omron les ont sur-estimé de 200 calories. Les autres appareils ont tous affiché des résultats compris entre ces deux nombres. Panasonic et Epson sont les plus proches de la norme. On peut donc affirmer que chaque fabricant a testé ses produits à sa manière.

Au niveau du test d’urine, tous les appareils ont sous-estimé les dépenses de calories. Omron Active Style Pro sous-estime les dépenses de 69 calories et le Jawbone UP24 les sous-estime de 590 calories.

Les chercheurs ont relevé un facteur qui pourrait avoir contribué à ce dysfonctionnement. Ils pensent que les différents fabricants ont seulement testé leurs produits sur des personnes de poids moyen et que leurs futures études devront également inclure des personnes en surpoids.

Dans un commentaire accompagnant l’étude, le Dr Adam Schoenfeld démontre la nécessité d’une réglementation FDA pour les applications mobiles destinées à être utilisées comme dispositifs médicaux.

Cette étude japonaise n’est pas la seule à avoir pointé ce genre de problème. D’autres études, à fiabilité variable, on remit en question l’exactitude des données fournies par les trackers d’activité. Particulièrement proche de cette étude, l’American Council on Exercise en a réalisé une en février, montrant également que les trackers d’activité disponibles dans le commerce ne seraienr pas fiables au niveau de l’exactitude des données récoltées.

Si l’on veut, à l’avenir, pouvoir utiliser les objets connectés vendus dans le commerce à des fins médicaux, il faudra encore optimiser quelques détails.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend