in

Tuya qualifiée de menace pour la sécurité par des sénateurs américains

Advertisement

Trois sénateurs américains exhortent la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, à sanctionner l’entreprise IoT chinoise Tuya Smart. En effet, ils la qualifient de menace pour la sécurité nationale qui porte atteinte à la vie privée des Américains.

Trois sénateurs républicains affirment que Tuya est tenue par la loi de remettre les données des Américains à Pékin, une préoccupation fréquemment citée aux États-Unis. De son côté, l’entreprise chinoise a démenti ces allégations. Elle a en effet affirmé que les données restent confidentielles au niveau régional. Par ailleurs, ces dernières n’ont jamais été demandées par des gouvernements étrangers.

Trois sénateurs américains réclament la sanction de Tuya

Les experts en cybersécurité ont exprimé d’importantes inquiétudes quant au manque de protection des données des utilisateurs dont dispose Tuya. Mais cela s’accompagne également d’une réalité plus fondamentale.

Selon trois sénateurs républicains, notamment Marco Rubio, Rick Scott et Tom Cotton, l’entreprise a désormais l’obligation de partager les données de ses utilisateurs avec les autorités chinoises. En fait, cette obligation provient de la loi sur la sécurité des données qui est entrée en vigueur ce mois-ci. Ce partage de données exigé par la loi a souvent été cité comme un problème de sécurité nationale aux États-Unis.

Pour les sénateurs, ne rien faire signifierait « continuer à fournir à Pékin un laissez-passer pour accéder aux données privées des Américains. » Le pays pourrait ainsi exploiter les vulnérabilités de l’IoT.

Pour cette raison, ils veulent que Tuya soit ajoutée à la liste des entreprises chinoises du complexe militaro-industriel qui ne sont pas SDN. Cette démarche élargit le champ d’application d’un décret publié en juin par le président américain Joe Biden. Il interdit aux Américains d’investir dans des entreprises chinoises soupçonnées d’avoir des liens avec les services militaires chinois

advertisement

Tuya dément les accusations de partage de données

Pour sa part, Tuya a déclaré que les affirmations des sénateurs étaient “sans fondement ». En effet, la société isole toutes les données des utilisateurs au niveau régional, y compris aux États-Unis. “L’entreprise n’a jamais reçu de demande du gouvernement d’un pays pour partager des données d’utilisateurs d’un autre pays, selon sa déclaration au Post ce week-end”.

Se conformer à toutes les lois sur la sécurité et la confidentialité est une priorité pour elle. Elle a souligné que ses équipes s’efforcent de respecter les lois de tous les marchés où elle opère, y compris les États-Unis et la Chine. Tuya entend se défendre agressivement contre toute affirmation contraire.

Tuya : une plateforme IoT mondiale

Elle exploite une plateforme cloud IoT pour connecter un large éventail d’appareils intelligents. En outre, elle a levé 915 millions de dollars américains lors de son introduction en bourse à la Bourse de New York en mars. Il s’agit de la deuxième plus importante introduction en bourse d’une entreprise chinoise aux États-Unis cette année.

La société basée à Hangzhou bénéficie du soutien du géant chinois de la technologie Tencent Holdings. Mais également, de la société américaine de capital-risque New Enterprise Associates (NEA). Jeff Immelt, partenaire de NEA et ancien PDG de General Electric, siège également au conseil d’administration de Tuya.

Tuya a été la dernière cible d’une surveillance accrue des sociétés chinoises cotées en bourse aux États-Unis. Les trois opérateurs de télécommunications publics chinois – China Telecom, China Unicom et China Mobile – et CNOOC ne figurent plus dans la liste des bourses américaines. Cette décision fait suite à un décret pris en novembre 2020 par l’ancien président américain Donald Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *