in

Véhicules électriques : la conversion sera lente et difficile

batteries pour voitures électriques

Depuis plus d’une décennie, les politiques et l’industrie tentent de rendre les véhicules électriques plus largement disponibles et d’inciter les gens à les acheter. Toutefois, les personnes ayant adopté des véhicules électriques reviennent progressivement au véhicule à essence classique. Mais pourquoi ? C’est ce que tente de déterminer une nouvelle étude, qui montre que les mêmes facteurs qui ont conduit les gens à adopter des véhicules électriques les amènent à les abandonner si leur expérience de ces facteurs est négative.

Bradley Lane, professeur associé d’affaires publiques et d’administration à l’université du Kansas, a publié dans la revue Nature Energy une analyse d’une étude menée par Scott Hardman et Gil Tal de l’université de Californie Davis. Une étude centrée notamment sur les facteurs qui poussent les gens à abandonner les voitures électriques. L’étude a révélé qu’environ 20 % d’entre eux sont revenus aux véhicules à essence.

Pour sa part, M. Lane a analysé ce que les résultats pourraient signifier pour l’avenir des véhicules électriques eux-mêmes. Dans ses propres travaux, M. Lane a examiné les attitudes à l’égard des véhicules autonomes et l’intérêt pour les véhicules électriques.

Abandon des véhicules électriques : les causes

« Environ un cinquième des personnes qui ont adopté un véhicule électrique l’ont abandonné. Cela me semble beaucoup », a déclaré M. Lane, « surtout si l’on considère que ces personnes étaient les plus susceptibles de les adopter et les plus incitées à le faire. Bien sûr, on peut aussi dire que 80 personnes ont conservé leur véhicule électrique ou en ont acheté un nouveau. Mais il est intéressant de noter que les mêmes éléments qui permettaient de prédire si les gens les adopteraient, s’ils n’étaient pas satisfaits de ces éléments, ils abandonnaient leur VE.

Deux facteurs permettaient de prédire si les gens allaient abandonner les véhicules électriques à batterie et les véhicules hybrides rechargeables. Les utilisateurs n’étaient pas satisfaits de la commodité de la recharge des batteries. Ils comptaient sur ces véhicules pour leur principal mode de transport. Des recherches antérieures ont montré que les personnes qui ont adopté ces véhicules pensaient pouvoir les recharger commodément. Elles souhaitaient en faire leur principal mode de transport, souvent pour économiser sur l’essence. Autrement, il y avait des différences dans les raisons d’abandon entre les véhicules électriques à batterie et les véhicules électriques hybrides.

pcloud

Les propriétaires qui ont abandonné leur VE à batterie ont indiqué qu’ils étaient probablement insatisfaits de la capacité de recharge à domicile. Insatisfaits surtout de la capacité de recharge rapide à domicile. Les propriétaires de véhicules rechargeables ont indiqué qu’ils étaient insatisfaits des coûts de recharge. Ils ont aussi indiqué qu’ils n’économisaient pas autant de carburant qu’ils le pensaient. Ils se sont également dits insatisfaits de leur perception de l’accès à la recharge. De plus, pour eux, il n’y avait pas autant de bornes de recharge qu’ils le pensaient. D’un point de vue démographique, les maisons où vivent les personnes qui ont abandonné l’un ou l’autre type de véhicule sont plus souvent plus petites et plus jeunes. Dans un quartier avec moins de véhicules, des revenus plus faibles et moins d’hommes.

Une adoption qui s’annonce difficile

Selon Lane, « la diffusion de ces véhicules dans la population risque d’être difficile si le coût et l’accès à la recharge ne sont pas améliorés. Difficile en particulier pour les structures d’habitation multifamiliales. »

Un autre indicateur majeur des résultats est que les expériences négatives ont été très influentes, peut-être plus que les expériences positives. M. Lane a souligné que les résultats ne peuvent pas être extrapolés pour l’ensemble des États-Unis. Tous les répondants venaient effectivement de Californie, l’État qui offre le plus d’incitations à la possession d’un véhicule électrique. Un État dont la population est riche, où la pollution atmosphérique urbaine est mauvaise. Et surtout où le prix de l’essence est le plus élevé du pays. Ainsi, près de 20 % des personnes interrogées dans l’environnement le plus favorable aux VE sont revenues aux véhicules à essence conventionnels. Ce qui indique que ces véhicules n’envahiront pas les routes américaines dans un avenir proche.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *