Accueil > Business > E-Santé > [Startup Tour] Avec son verre connecté, Auxivia arrive à déceler des troubles du comportement
Auxivia à Polytechnique

[Startup Tour] Avec son verre connecté, Auxivia arrive à déceler des troubles du comportement

Votre verre peut en dire long sur vous. En plus de prévenir la déshydratation des personnes âgées, Auxivia propose de déceler des troubles comportementaux grâce à un verre connecté. Etonnant.

Auxivia, c’est l’histoire de deux étudiants qui se sont rencontrés en école de commerce. L’idée a germe en novembre 2014, il s’y consacrent à plein temps à la fin de leurs études en avril 2015 et sont maintenant accélérés accélérés au sein de l’école Polytechnique, où ils vont rester un an.

Antoine Dupont, CEO

Diplômé de l’Estaca en ingénierie automobile, Antoine Dupont a ensuite passé un Mastère spécialisé dans l’entrepreneuriat à l’ESCP Europe. Après un stage chez Peugeot Sport, il a travaillé une année chez Faurecia. Par la suite, il a rejoint une startup, Webengineering. Il a ensuite cofondé Auxivia, dont il est le CEO.

Vincent Philippe, CTO

Après un Master à l’Isep, Vincent s’est également tourné vers l’entrepreneuriat à l’ESCP Europe. Il a ensuite été consultant pour différentes sociétés, dont Capgemini. En novembre 2014, il cofonde Auxivia avec Antoine Dupont et en devient le CTO.

Equipe Auxivia

Schématiquement, Auxivia c’est un verre connecté qui prévient la déshydratation. Pratique. L’équipe propose aussi un suivi au quotidien, un système d’alerte et un tableau de bord accessible via une plateforme pour le personnel médical.

Deux marchés bien précis

« Notre premier marché est celui des maisons de retraite », précise Antoine Dupont, le CEO d’Auxivia. Vient ensuite celui des soins à domicile, par l’intermédiaire de sociétés comme les groupes d’assurance ou les mutuelles.

«Plus tard, on aimerait leur vendre des packs d’objets connectés santé»

« Un produit agréable et pratique »

Verre connecté Auxivia

Le business model de la startup n’est pas encore arrêté, mais la solution devrait être vendue entre 30 et 50 euros. Puis un modèle de service mensuel devrait être proposé: entre trois et six euros par utilisateur.

Second point du produit qui n’est pas définitif: son design. « Nous travaillons beaucoup sur l’usage, donc nous nous rendons souvent dans les centres de soin pour mettre au point un produit agréable et pratique », détaille Antoine Dupont.

Le design final de l’objet, qui se décide et se fait en interne grâce à un designer industriel, est donc en train d’être amélioré par rapport au prototype.

Prévenir les risques d’hygiène

Plateforme Auxivia

Auxivia propose également de prévenir les risques liés à l’hygiène dans les différentes structures, en donnant l’état de propreté des verres utilisés. Un système permet de renseigner le personnel aidant sur la dernière date de lavage des objets, pour éviter la prolifération de bactéries.

« Il sera donc possible de voir, sur un nombre de chambres, combien ont des verres propres et lesquelles sont passées à la trappe »

Du learning à venir

Auxivia

En plus de suivre la bonne hydratation de l’utilisateur, Auxivia met en évidence d’éventuels troubles comportementaux. En effet, grâce à des analyses comportementales, il est possible de savoir si l’eau a été bue par le patient ou si le contenu du verre a été vidé.

« On va mettre en place un système de learning pour mettre en valeur des comportements observés d’un jour sur l’autre », précise Antoine Dupont, qui ajoute: « les variations comportementales sont assez fortes chez les personnes âgées ».

Il est en effet possible de comprendre comme la personne boit: si des changements sont visibles, ils peuvent être des signes avant-coureurs de pathologies.

Mise en place d’un système d’alerte

La technologie utilisée par Auxivia s’appuie sur des capteurs, qui récoltent et traitent les données précédemment citées (nettoyage des verres, changements comportementaux, ce qui a été bu). Le personnel peut ensuite y accéder par le biais d’une plateforme.

« A plus long terme, on aimerait s’insérer dans des logiciels de soins »

Auxivia propose également la mise en place d’un système d’alerte, modulable selon les recommandations d’hydratations conseillées aux utilisateurs.

Un verre lumineux

Auxivia

Encore en phase de test également: un système lumineux situé à la base du verre.

« Grâce à cet ajout, le personnel aidant peut rapidement voir quel résident doit être incité en priorité », explique Antoine Dupont.

Des partenariats primordiaux

Le marché de la e-santé et du maintien à domicile est de plus en plus encombré. Le concurrent direct d’Auxivia ? « Une startup française qui adopte une stratégie et développe des fonctionnalités différentes », note Antoine Dupont.

Le jeune CEO met également en avant des partenariats noués avec des structures médicalisés, pour tirer son épingle du jeu.

« Une deuxième version au CES de Las Vegas »

Cofondateurs Auxivia
Antoine Dupont et Vincent Philippe, lors de la finale France du concours Imaginecup. Photo Twitter

Même si, en six mois, l’équipe a carburé, il lui reste encore des étapes essentielles à franchir. La commercialisation des verres d’Auxivia est prévue pour la fin 2016, la phase d’industrialisation devant commencer en avril.

« En ce moment, nous présentons la première version du prototype. La deuxième version sera visible au CES de Las Vegas en janvier », annonce Antoine Dupont.

Tout rassembler en un produit connecté

« Le nom d’Auxivia s’est construit par hasard », se souvient-il. Il faut y entendre « auxiliaire de vie », car la startup devrait, à terme, se développer avec une gamme complète d’objets connectés, toujours dans le domaine de la e-santé.

L’équipe a déjà deux idées en tête: l’incontinence et la dénutrition avec, toujours en ligne de mire, une adoption et un usage hyper-simplifiés.

« Nos utilisateurs sont des personnes âgées et des aidants, donc nous aimerions simplifier au maximum nos produits, pour que ce soit plus pratique pour eux », avance Antoine Dupont. Une histoire à suivre.

5 questions à Auxivia

quelle cle de votre succes

Auxivia est un produit adapté à l’usage et qui s’insère facilement dans le quotidien de ses utilisateurs, ce qui sont deux points essentiels à nos yeux.

quel-est-obstacle-majeur-que-vous-ayiez-eu-a-surmonter-800x66

Au début, on hésite à recruter de nouvelles personnes par peur de faire couler la boîte. Puis, finalement, nous avons embauché deux personnes, grâce à notre réseau, qui sont très compétentes. Avec du recul, on s’y est pris un peu tard, mais nous n’avions ni nom connu ni argent.

quels-conseils-entrepreneurs-marché-iot-800x65

L’idée n’a pas de valeur sans exécution. Quand vous avez une idée, dix personnes ont la même. Il faut s’entourer d’une équipe compétente et polyvalente. Deuxième point: il ne faut pas avoir peur de monter sa boîte. En France, on bénéficie d’énormément d’aides financières et d’accompagnement, il n’y a presque pas de risque. Enfin, il faut tester au mieux son produit: aller chercher le besoin, rencontrer un maximum d’interlocuteurs et parler de son idée aux autres.

Quel est l etape cle a franchir

Il n’y a pas vraiment d’étape clé: nous sommes dans une perpétuelle incertitude. Et c’est ce qui maintient la jouissance de monter sa boîte. Après, bien sur, il y a des moments importants. Pour nous, c’était quand nous avons été Grand Prix du jury au Prix La Poste, car ils ont été impressionnés par l’avancée du projet en trois mois. Le second, c’était lors de la signature d’un partenariat avec les deux leaders sur le marché de l’accompagnement. Ca nous a montré qu’il y a un vrai intérêt pour Auxivia.

Comment-financer-son-lancement-1

Nous avons fonctionné sur fonds propres et avons bénéficié de la bourse BPI France. On a aussi été aidés par les subventions des concours et quelques aides publiques. Et bien sur, Polytechnique nous a soutenu. Nous prévoyons maintenant une levée de fonds pour avril 2016.

A lire également

prison telemedecine

Et si on parlait de télémédecine en prison ?

Créer une université d’été des déserts Numériques et Médicaux concernant la télémédecine au fond de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *