voiture autonome bmw baidu

Voiture autonome : BMW et Baidu ne sont plus partenaires sur la route

Les bonnes choses ont malheureusement toujours une fin. BMW et le géant chinois Baidu annoncent le terme de leur contrat qu’ils avaient entamé pour construire des systèmes dédiés à la voiture autonome. « Des différences irréconciliables » séparent les deux entreprises.

Deux ans, voilà deux ans que le constructeur automobile allemand BMW et Baidu, l’entreprise chinoise responsable du navigateur Web du même nom, travaillait sur la voiture autonome qui devait révolutionner le marché chinois. Seulement, des conflits d’intérêts ont brisé cette entente.

Le fabricant allemand a changé de stratégie dans le cadre du développement de la voiture du futur. La firme compte prendre son temps afin de prendre une place importante sur le marché en 2021. Pour cela, BMW mise sur un partenariat avec Intel et Mobileye dans le but de développer une plateforme intelligente de conduite autonome sécurisée, qu’elle souhaite ériger en standard auprès des équipementiers. Le spécialiste de la berline de luxe a donc un programme très chargé qui lui laisse peu de temps à consacrer à Baidu.

Baidu veut accélérer le rythme, BMW enclenche le limitateur de vitesse

bmw voiture autonome

Or, Baidu vise une échéance plus courte pour ses projets de voiture autonome. Elle tient fermement à mettre sur la route des navettes de transport d’ici 2018 en Chine. Pour ce qui est de l’échange commercial avec BMW, le géant du Net chinois pourrait fournir les systèmes d’infotainment dans son pays.

Dans le cadre du développement de sa branche voiture autonome, l’entreprise cherche un autre partenaire pour construire son système de conduite sans chauffeur. Elle l’utilisera pour l’instant des Ford Lincoln aux États-Unis, et les véhicules des fabricants Chery, BYD et BAID en Chine.

Baidu, considérée comme le Google de Chine a déjà commencé l’aventure de la voiture autonome. Elle a effectué des tests au cours de l’année 2015. Les dirigeants veulent également concurrencer Didi Chuxing, l’équivalent chinois d’Uber, avec un système de navette autonome et le service associé.

Les ambitions de Baidu paraissent illimitées face à l’ancien partenaire, constructeur automobile historique de son état. Le géant du Net se penche aussi sur des technologies comme l’intelligence artificielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *