in ,

Le diagnostic embarqué, futur des voitures connectées ?

voitures connectées obd iot smart cars landscape cars dongles iot

Le dongle OBD-II disposerait d’un usage trop limité pour l’IoT. Cependant, il serait l’un des outils indispensables aux voitures connectées. 

Selon une étude de Machina Research, il y aura 1,8 milliard de connexions IoT automobiles d’ici 2022 et plus de 700 millions de voitures connectées. Un marché secondaire d’1,1 milliard de dollars émergera pour les dispositifs dédiés aux voitures connectées.

Pour que ces chiffres deviennent une réalité, les véhicules pourraient être équipés de dongles OBD-II (On-Board Diagnostics), branchés directement dans les ports des voitures. Pour rappel, un dongle est un composant matériel qui se branche sur des appareils électroniques, généralement sur un port d’entrées-sorties, et l’OBD-II est un un diagnostic embarqué représentant un ensemble de capacités de diagnostic matériel. La plupart des dispositifs OBD-II offrent une plateforme permettant aux développeurs de créer des applications pour les voitures connectées. Extraire des données à partir de ce diagnostic permettra d’intégrer les voitures dans l’IoT.

Les dongles ont un usage trop limité

La transmission de données via OBD-II comprend seulement celles que vous pouvez voir sur le tableau de bord, là où il y a des points de données disponibles. Généralement, cela comprend la batterie, l’accélération, les niveaux de carburant, l’état des portes, les phares et la température interne. Les dongles ne sont pas compatibles avec des points de données que le constructeur automobile n’avait pas prévus. Toutefois, les dongles sont efficaces au niveau des données sur l’accélération, les collisions, ainsi que les accélérations et les freinages brusques. Leur proposition de valeur est amplifiée par des applications mobiles qui offrent des trackers de kilométrages, des rapports de dépenses (Expensify, Xero et Concur), pour l’assistance routière (Urgent.ly) et pour la surveillance des jeunes conducteurs. Ils offrent de grandes fonctionnalités, mais sont loin d’être parfaits, car ils utilisent trop la batterie de la voiture.

À ce jour, il y a plus de 16 fournisseurs de dongles qui offrent des produits avec des applications très similaires comme le suivi du carburant, le suivi de voyage, etc. Une étude de Frost & Sullivan avait prédit que le marché des applications OBD-II passerait de 160 millions de dollars en 2013 à 1,6 milliard de dollars en 2020.

La surcharge de dongles sur le marché et les différentes contraintes de ces dispositif prouvent que ces chiffres sont exagérés. De plus, la difficulté à améliorer l’assurance, la sécurité et l’intégration Wi-Fi dans les véhicules sont des facteurs qui laissent penser que le marché n’évoluera pas si rapidement que prévu.

Les cas d’usages de l’OBD-II

De nombreuses entreprises utilisent les données OBD-II des voitures pour aborder des problèmes de tous les jours d’une manière différente.

Par exemple, la startup MetroMile vise à disrupter le marché de l’assurance automobile. Les utilisateurs sont habitués à payer un coût fixe pour leur assurance automobile. MetroMile offre une assurance Pay-As-You-Drive en comptant sur les données récoltées, au lieu de compter sur l’auto-déclaration ou d’autres variables inexactes.

Pearl est une caméra rétroviseur qui se monte sur la plaque d’immatriculation. Pearl utilise le dongle OBD-II pour surveiller la vitesse grâce aux données et alerter le conducteur lorsqu’il y a des obstacles sur la route.

Connected Car

D’autres sociétés comme Vinli tentent de se détacher des nombreuses solutions utilisant des dongles en proposant une connexion Wi-Fi à l’intérieur du véhicule via un réseau 4G LTE. Cela permet aux voitures anciennes de bénéficier d’une connectivité, alors que normalement, seuls les modèles construits il y a moins de deux ans peuvent intégrer cette fonctionnalité.

La télématique embarquée, utilisée depuis des décennies pour le suivi de biens par GPS, permettrait une gestion de flottes de véhicules beaucoup plus précise. Toutefois, les conducteurs sont réfractaires à ce type de pratique puisqu’ils n’ont pas envie d’être suivis toute la journée. Aujourd’hui, des entreprises proposant des solutions de gestion de flottes comme ULU, GoFleet et Automil utilisent des dongles. Cela permet de fournir une des opportunités rapides et flexibles pour les petites flottes, afin de tirer parti des données des véhicules pour améliorer la gestion d’actifs, l’emplacement, les rapports de dépense et la consommation de carburant.

Le problème actuel des dongles est qu’ils peuvent seulement récolter des données limitées. De plus, les fabricants sont tous sur le même terrain. Ces sociétés arrivent tant bien que mal à résister face à des concurrents comme Verizon, Delphi ou encore Samsung.

Les dongles auraient la capacité de faire évoluer l’IoT s’ils étaient directement intégrés en usine, lors de la construction des véhicules. Les sociétés de dongles font des recherches pour établir des business models plus durables. Nous verrons donc de plus en plus d’applications IoT destinées aux consommateurs, mais il faudra encore attendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.