in ,

Voitures autonomes Apple : vol de données dans la société

un ancien ingénrier d'Apple aurait volé des données sur la commercialisation des voitures autonomes

Le ministère de la justice américaine aurait accusé un ancien ingénieur d’Apple d’avoir volé des données relatives à la commercialisation des voitures autonomes de la société.

C’est le le tribunal fédéral de Californie qui a décelé récemment l’acte d’accusation contre Weibao Wang. Selon le DoJ, l’accusation entre dans le cadre d’une répression généralisée. C’est-à-dire une excommunication contre les éventuelles actions menées par les États-Nations pour s’approprier de la technologie américaine.

En possession des informations sensibles sur les voitures autonomes Apple 

C’est en 2016 qu’Apple a embauché Weibao Wang et depuis, il a travaillé en tant qu’ingénieur logiciel au sein de l’entreprise. Wang a cependant participé au programme Project Titan, le projet de conduite autonome d’Apple.

Mais quelques mois après qu’Apple l’a engagé, Wang a décidé d’accepter l’offre qu’une société chinoise de conduite autonome lui a proposée. L’accusation porte alors sur le fait que Wang n’avait informé Apple de sa décision qu’après 16 semaines. Et selon le ministère de la justice, Wang aurait accédé à des informations sensibles et confidentielles quelques jours avant son départ en 2018.

Appel a cependant procédé à une perquisition ultérieure de la résidence de Wang située à Mountain View, en Californie. L’enquête a révélé la présence d’un flux de données importantes d’Apple dans la demeure de l’accusé. Il a été même déclaré que Wang a pris un aller simple vers Guangzhou le jour même de la perquisition.

6 accusations de vol de secrets commerciaux contre Wang suite au vol de données sur les secrets de commercialisation des voitures autonomes Apple

vol de données chez Apple

À l’heure actuelle, Weibao Wang fait face à plus de cinq accusations différentes liées à des tentatives de vol de secrets commerciaux. Chacune des chefs d’accusation est susceptible de lui faire passer jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et d’une peine d’amendes de plus de 250 000 $. À titre d’information, l’affaire Wang entre dans le cadre d’une collaboration entre les agences gouvernementales américaines. À savoir le Disruptive Technology Strike Force et le Département du Commerce qui a pour objectif de lutter contre toutes formes d’acquisition illégale des technologies américaines par des États hostiles.

D’après Matthew Axelrod, secrétaire adjoint de l’exécution de l’exportation au Département du commerce, la protection des technologies américaines est une priorité. « Nous nous engageons à protéger les données et les technologies sensibles telles que les codes source des équipements de nos voitures autonomes, dont ceux de Apple. Ou encore les éléments que nous utilisons dans le développement de la cryptographie quantique. Dans tous les cas, notre rôle est d’éviter toute acquisition illégale de ces technologies par nos concurrents. Et c’est pourquoi nous avons mis en place la Disruptive Technologie Strike Force », a-t-il ajouté.

Il s’agit également d’une organisation qui vise à soutenir les accusations contre les services de renseignement russes, les vols de données et de secrets commerciaux, ou encore le soutien que fournit la Chine à l’Iran pour la fabrication d’armes nucléaires.

Mais les États-Unis ne visent pas tout simplement à poursuivre en justice les cas de vol de données. Ils ont également comme objectif de dissuader les autres pays à prendre en considération la sauvegarde de leur sécurité nationale.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.