Accueil > Business > Transports > Waymo abandonne trois des quatre brevets dans l’affaire contre Uber
waymo uber proces

Waymo abandonne trois des quatre brevets dans l’affaire contre Uber

Nouveau rebondissement dans l’affaire qui oppose Waymo, filiale d’Alphabet (Google) à Uber. Le développeur de systèmes de voitures autonomes lève le pied face à la licorne et abandonne trois des quatre brevets à la source du litige.

Alors que la plupart des analystes croyaient Waymo, la filiale de voitures autonomes d’Alphabet (Google), remontée contre Uber, voilà qu’elle semble faire machine arrière. La société a abandonné a trois des quatre brevets qu’Uber aurait violés après l’arrivée d’Anthony Levandowski, ancien ingénieur de Waymo, fondateur d’Otto, entreprise depuis rachetée par Uber.

Waymo concentre les plaintes

Ce dernier aurait utilisé les brevets de son ancien employeur pour développer le système de guidage Lidar des camions autonomes en développement chez Otto.

Selon le porte-parole de la filiale d’Alphabet, l’analyse de la conception du Lidar développée par la filiale d’Uber est bien différente de la sienne et démontre la non-violation des brevets en question. Plus précisément, ces brevets correspondent à une version antérieure du Lidar de Waymo nommé Spider. Celui-ci n’est plus utilisé par la firme et Uber a déclaré sous serment ne pas avoir mis en service un prototype fonctionnel. En revanche, Levandowsky a quitté la filiale de Google avec 14000 fichiers, il aurait donc largement violé le secret professionnel en cours dans l’entreprise.

Uber s’en prend à Larry Page

Cependant, Uber se défend sur ce point. Selon la société de VTC, Larry Page, directeur général d’Alphabet, aurait eu un rendez-vous avec le fondateur d’Uber, Travis Kalanick pendant lequel ils auraient discuté d’un possible partenariat autour d’un service de voitures autonomes de Waymo. Au nom de l’entreprise, Larry page aurait décidé de continuer sa route seule. Les avocats d’Uber affirment donc que les accusations portées par Alphabet seraient davantage un moyen de ralentir les projets de leur employeur.

Pour autant, ce n’est que partie remise pour Alphabet, qui dans un communiqué affirme avoir accumulé les preuves contre son rival et l’ingénieur précédemment cité. La guerre des deux géants va-t-elle dégager un large boulevard pour les concurrents en provenance de l’automobile ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend