Accueil > Tech > Réseaux > 5G : Le gouvernement et l’Arcep dévoilent une feuille de route
5g feuille de route

5G : Le gouvernement et l’Arcep dévoilent une feuille de route

Le lundi 16 juillet, le gouvernement et l’Arcep ont présenté la feuille de route de la 5G pour la France. Les deux entités prévoient “quatre chantiers prioritaires” et fixent trois “objectifs ambitieux” pour faciliter le déploiement du nouveau LTE.

L’État ne veut surtout pas entraîner de retards dans le déploiement de la 5G. Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et Sébastien Soriano, président de l’Arcep ont annoncé la stratégie du gouvernement “pour faciliter le développement et le déploiement de la 5G”.

Les « objectifs ambitieux » du gouvernement pour la 5G en France

En ce sens, cette feuille de route fixe trois “objectifs ambitieux”, vante le communiqué de presse. Premièrement, il s’agit de lancer plusieurs pilotes dans de nombreux territoires tout en accueillant “des premières mondiales de la 5G dans des domaines industriels”.
Ensuite, le gouvernement veut attribuer de nouvelles fréquences et pousser les opérateurs à faciliter au moins un déploiement commercial dans une grande ville dès 2020. Enfin, il s’agira de couvrir les principaux axes de transport en 5G d’ici 2025.

Pour prévoir la complétion de ces objectifs, le gouvernement et l’Arcep se sont inspirés des résultats de la consultation publique qui s’est terminée au premier trimestre 2018. L’autorité de régulation des communications électroniques et des postes a également réalisé ses propres observations. Il en résulte l’identification de quatre chantiers prioritaires.

Libération, attribution des bandes de fréquences dans les bandes 3,5 GHz et 26 GHz, favoriser le développement des usages industriels (notamment ceux exploitant l’IoT), accompagnement du déploiement des infrastructures et assurer la transparence des échanges, le dialogue, l’exposition au public concernant les implantations, voilà les missions que veut accomplir le Gouvernement. Cela demande de rapidement prendre les mesures nécessaires à la réalisation de ces quatre chantiers entre 2018 et 2020.

La vraie problématique : détecter les nouveaux cas d’usage

Les groupes de travail sous le pilotage de la Direction Générale des Entreprises et de l’Arcep sont constitués. Évidemment, les autorités et différents services de l’État font partie des participants. Cependant, le gouvernement et les autorités impliqués dans le déploiement de la 5G estiment qu’une consultation publique est nécessaire. Prévue en octobre 2018, celle-ci a pour but d’identifier les nouveaux cas d’usage rendus possibles par le futur LTE. Pour l’instant, l’État se focalise sur le véhicule connecté (dans le futur, autonome) et l’Industrie 4.0.

En attendant, les opérateurs de télécommunications ont débuté les expérimentations. Bouygues Telecom se dit le premier à avoir expérimenté la 5G en conditions réelles à Bordeaux. Orange teste cette technologie à Marseille et la testera bientôt à Paris. De son côté, SFR s’implante à Nantes et à Toulouse. Au total l’Arcep, a autorisé l’implantation de 22 sites pilotes, dont 11 seront prochainement déployés en Ile de France.

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend