in

L’Arcep prépare les tests de la 5G en France

arcep 5g

L’Arcep, l’autorité de la régulation des télécommunications, va mettre à disposition des opérateurs deux bandes de fréquences afin de tester la 5G cette année en France. Neuf villes sont directement concernées.

Le 16 janvier 2018, l’Arcep, l’autorité chargée des télécommunications en France a annoncé avoir défini deux bandes de fréquences pour tester la 5G en 2018. Cette décision découle directement de la publication du 3GPP du 21 décembre dernier. L’organisation de standardisation des LTE a approuvé le premier protocole standard de communication entre les terminaux et les antennes 5G.

Deux bandes de fréquence bientôt disponibles en test

L’Arcep n’a donc pas attendu la fin de la consultation publique lancée le 14 décembre dernier pour annoncer l’ouverture de deux bandes de fréquence de tests. L’autorité se base sur les études et les consultations publiques réalisées en Europe et ouvrira les bandes 3400-3800 MHz et 26 GHz. La première offre des débits élevés et dispose d’une maturité technologique. Elle sera disponible pour “la majorité des pays européens” précise l’autorité sur son site Web. La seconde appartient aux bandes millimétriques. Bien qu’instable pour le moment, la bande de fréquence 26 GHz permet en théorie d’atteindre des débits jusqu’alors inégalés.

pcloud

Ces bandes de fréquence ne seront pas disponibles sur tout le territoire. Pour l’instant au moins neuf villes de grande taille sont assurées de bénéficier des premiers pilotes 5G en France : Montpellier, Lyon, Bordeaux, Saint-Étienne, Douai, Grenoble, Nantes, Lille et Le Havre.

En rendant possible les tests de la 5G en France entre 2018 et 2019, l’autorité souhaite obtenir les premiers retours d’expérience de la part des opérateurs, mais aussi des acteurs responsables des infrastructures routière, routière, ferroviaire, portuaire ou encore d’énergie. Il s’agit véritablement de “fédérer l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur” comme l’explique le communiqué de presse de l’Arcep. Ainsi tous les acteurs industriels peuvent participer à ce programme en contactant l’autorité par le biais d’un “guichet dédié.

La 5G en France ? Pas avant 2020 dit l’Arcep

Il faut dire que les enjeux sont nombreux et attisent l’impatience des entreprises et des consommateurs. L’Internet des Objets et la ville intelligente sont forcément des moteurs pour le déploiement de la 5G en France. Il faudra cependant attendre la fin des expérimentations d’une durée d’au moins deux ans. Lors d’un interview auprès de l’Usine Nouvelle, Sébastien Soriano, président de l’Arcep a indiqué que la commercialisation des fréquences 5G ne débutera pas avant 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *