in

Un nouvel algorithme fait voler les drones plus rapidement que les pilotes humains

Drone à quatre élice
Advertisement

Pour la première fois, un quadrotor volant de manière autonome a surpassé deux pilotes humains dans une course de drones. Le succès repose sur un nouvel algorithme développé par des chercheurs de l’Université de Zurich. Il calcule des trajectoires optimales dans le temps qui tiennent pleinement compte des limites des drones.

Pour être utiles, les drones doivent être rapides. En raison de la durée de vie limitée de leur batterie, ils doivent accomplir n’importe quelle tâche dans les plus brefs délais. Ils peuvent avoir à le faire en passant par une série de points de cheminement comme des fenêtres, des pièces. Ils doivent aussi le faire en adoptant la meilleure trajectoire et la bonne accélération ou décélération à chaque segment.

Drones : un algorithme qui surpasse les pilotes professionnels

Les meilleurs pilotes de drones humains sont très bons dans ce domaine. Ils ont jusqu’à présent toujours surpassé les systèmes autonomes dans les courses de drones. Maintenant, un groupe de recherche de l’Université de Zurich a créé un algorithme qui peut trouver la trajectoire la plus rapide pour guider un drone à quatre hélices à travers une série de points de cheminement sur un circuit.

« Notre drone a battu le tour le plus rapide de deux pilotes humains de classe mondiale sur une piste de course expérimentale », a déclaré Davide Scaramuzza, qui dirige le groupe Robotics and Perception à l’UZH et le Rescue Robotics Grand Challenge du NCCR Robotics, qui a financé la recherche.

« La nouveauté de l’algorithme est qu’il est le premier à générer des trajectoires optimales dans le temps qui tiennent pleinement compte des limites des drones », explique Scaramuzza. Les travaux antérieurs reposaient sur des simplifications soit du système quadrotor, soit de la description de la trajectoire de vol, et ils étaient donc sous-optimaux.

Les caméras externes fournissent des informations de position en temps réel

Les chercheurs ont utilisé l’algorithme et deux pilotes humains ont piloté le même quadrotor sur un circuit de course. Ils ont utilisé des caméras externes pour capturer avec précision le mouvement des drones. L’objectif étant de donner des informations en temps réel à l’algorithme sur l’endroit où l’appareil se trouvait à tout moment. Pour assurer une comparaison équitable, les pilotes humains ont eu la possibilité de s’entraîner sur le circuit avant la course. Mais l’algorithme a gagné : tous ses tours étaient plus rapides que les humains et les performances étaient plus cohérentes. Ce n’est pas surprenant. En effet, une fois que l’algorithme a trouvé la meilleure trajectoire, il peut la reproduire fidèlement de nombreuses fois.

advertisement

Avant les applications commerciales, l’algorithme devra devenir moins gourmand en calculs. Effectivement, il faut désormais jusqu’à une heure à l’ordinateur pour calculer la trajectoire optimale en temps pour le drone. De plus, pour le moment, le drone s’appuie sur des caméras externes pour calculer où il se trouvait à tout moment. Dans les travaux futurs, les scientifiques souhaitent utiliser des caméras embarquées. Mais la démonstration qu’un drone autonome peut en principe voler plus vite que les pilotes humains est prometteuse. « Cet algorithme peut avoir d’énormes applications dans la livraison de colis avec des drones, l’inspection, la recherche et le sauvetage, etc. », explique Scaramuzza.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *