Accueil > Business > Apple CareKit, une plateforme open source pour les malades
Apple CareKit presentation

Apple CareKit, une plateforme open source pour les malades

Fort de son succès avec ResearchKit, la firme de Cupertino a lancé hier Apple CareKit, une plateforme open source pour créer des applications de gestion de soins. Un nouvel outil puissant pour le milieu hospitalier. 

Un nouvel iPad Pro, un iPhone SE de 4 pouces, une baisse de prix pour l’Apple Watch, la Keynote qui s’est tenue hier soir n’a pas marqué les esprits.

Malgré tout, une innovation attire l’attention. Apple CareKit est une plateforme open source dédiée à au développement d’application de gestion des soins. Les amateurs et les développeurs professionnels pourront ainsi créer de nouvelles fonctionnalités sans besoin de payer les outils de développement.

Apple CareKit vient en soutient du ResearchKit, un ensemble d’outils, eux aussi open source, adressés aux chercheurs dans le domaine de la santé qui permet de faire des études depuis des applications présentes sur l’App Store. Il sera disponible en avril prochain.

Le but de ce service, aider les patients de multiples manières. Pendant la Keynote, le COO Jeff Williams a présenté une application pour contrôler l’efficacité du traitement des malades atteints de Parkinson. L’application a été conçue par Sage Bionetworks et l’Université de Rochester à partir du service Mpower qui rassemble des données concernant les patients de cette maladie.

Deux autres exemples montrent l’investissement des hôpitaux eux-mêmes. Le Texas Medical Center à créer une application post opératoire pour suivre les symptômes des patients et mesure également leur mobilité. Le Beth Israel Deaconess Medical Center situé à Boston aide ses patients atteints de maladies chroniques en analysant les données issues des objets de monitoring placés dans leur foyer.

Le marché de la santé connectée, un boulevard pour Apple

Si Apple CareKit et ResearchKit sont deux identités différentes, elles sont parfaitement complémentaires puisque l’on peut dire que la première est l’enfant de la seconde. Présentée, il y a un an, celle-ci a profité de la validation par des opportunités indépendantes et peut se targuer d’avoir profité des données de 100 000 personnes enregistrées.

Si l’innovation matérielle ne brillait pas hier soir, l’aspect logiciel et l’utilisation intelligente de la Big Data met la firme de Cupertino dans de bonnes conditions pour prendre une grande place, sinon la première, sur le marché en pleine croissance de la santé connectée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend