Accueil > Business > Apple Pay, le bilan d’un premier semestre mitigé
apple pay

Apple Pay, le bilan d’un premier semestre mitigé

Plus de 6 mois après sa sortie, c’est l’heure d’un premier bilan pour le service de paiement mobile commercialisé par Apple Inc. Alors, échec ou réussite ?

Apple Pay : des débuts flamboyants

Apple Pay, le service de paiement mobile a été conçu par Apple pour permettre aux usagers de ses terminaux d’effectuer des achats avec leurs téléphones portables, consulter leur compte en ligne, bref, remplacer une carte de crédit. Ce service permet à l’appareil mobile de se connecter au système du point de vente et d’effectuer un paiement direct via une antenne sécurisée. Les informations bancaires du client restent privées, et chaque transaction génère un code de sécurité.

Apple Pay

 

Lors de sa sortie en Octobre 2014, on apprenait que ce service de paiement était compatible avec les iPhone 6, iPhone 6 Plus, et la dernière Apple Watch (mais avec ces 3 appareils uniquement), et pouvait être utilisé dans quelques 220.000 commerces différents (dotés des terminales compatibles au service). Un mois à peine après sa sortie, les ventes et usages du service de paiement mobile ont connu un pic. Selon la chaîne de restauration rapide McDonalds, le paiement mobile via Apple Pay représentait pas moins de 50% des paiements « tap-to-pay » de ses clients. Et les services concurrents ont alors commencé à considérer sérieusement le nouveau service, jusqu’à sa consécration. Samsung s’est décidé à épouser le créneau et a lancé dans la même veine son Samsung Pay. Désormais, l’Apple Pay est déployé dans quelques 700.000 commerces, et est également accepté dans une centaine de banques.

Apple Pay
L’Apple Pay disponible sur l’Apple Watch dès sa sortie grâce à l’intégration de la technologie NFC dans la montre

Un bilan mitigé

Au début du mois de Mai, une étude menée aux États-Unis révélait que seuls 18% des iPhones présents sur le territoire étaient des iPhones 6 ou 6 Plus : autrement dit les seuls sur lesquels est disponible l’Apple Pay. De même, comme le nombre total d’iPhones aux USA est de 80 millions, un simple calcul permet de voir que (dans une fourchette haute) il y aurait au maximum 14,4 millions d’utilisateurs de ce service de paiement mobile. Et en réalité, grâce à une source du site PYMNTS.com. qui indique que seuls 15% des possesseurs d’iPhones 6 ont essayé l’Apple Pay (ce qui diminue encore le nombre potentiel d’utilisateurs du service), on sait aussi que 85% d’entre eux ont recours à ce service le plus fréquemment possible. Hélas, faute de terminaux compatibles, le service ne compte dans sa totalité que 1,8 million d’utilisateurs.

Alors, quel bilan en tirer ? Après seulement six mois de mise en service, il semble clair que l’Apple Pay doit encore faire ses preuves. Tandis qu’en France, le gouvernement français encourage la population a adopter le paiement mobile, et les commerçants à se mettre à la page, d’autres pays, comme les pays en voie de développement l’utilisent depuis longtemps. Mais le marché sera t-il intégralement remis en question par la proposition de terminaux NFC universels proposés par des start-ups pour des coûts ultra compétitifs ? L’époque du tout-gratuit risque bien de continuer de casser des monopoles, comme le prédisait l’essayiste américain Jeremy Rifkin.

 

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend