in ,

Apple et NFT : la marque à la pomme va-t-elle lancer sa propre blockchain ?

Apple et NFT

Alors que le géant aux 1000 milliards de dollars clame depuis plusieurs années son intérêt pour les cryptoactifs. En mettant notamment en avant leur potentiel à long terme. Cette semaine, la firme de Cupertino a soudainement interdit une application NFT pourtant accessible sur l’App Store depuis plusieurs mois.  Tout ce tumulte autour d’Apple et NFT soulève une question majeure : que prévoit réellement la multinationale en ce qui concerne les non-fongibles tokens  ?

Selon les explications d’Apple, l’application a été expulsée de l’App store en raison de ses objectifs quelque peu douteux. En effet, il semblerait que les développeurs de ce dernier utilisaient outrageusement le terme NFT pour tromper les utilisateurs. Alors même que les objets numériques mis en vente n’étaient pas revendables. De plus, ils n’étaient pas stockés dans la blockchain.

En réalité, l’application utilisait un registre privé propriétaire. Celui-ci était d’ailleurs mentionné dans la description sur App store. Par ailleurs, les NFT proposés étaient en fait des objets de collection. Et non des titres, des devises convertibles ou encore des investissements.

Selon les prédictions, il est fort probable qu’Apple s’attache très prochainement à créer ses propres contrats intelligents pour les NFT. Le but étant de garantir une expérience cohérente, fiable et sécurisée sur l’App Store.

Apple et NFT : quel avenir pour les jetons non fongibles ?

Avec l’environnement peu sécurisé des NFT actuel, il est plus que probable que la multinationale ne veut rien de plus qu’interdire ces derniers sur sa boutique. De fait, depuis toujours, elle s’appuie fortement sur l’importance de la protection des utilisateurs contre la fraude. Un domaine clé de l’utilité de l’App Store.

Pourtant, dans le contexte d’aujourd’hui, mettre en place des directives efficaces et pérennes concernant les NFT sur iOS semble à la fois complexe et chronographe.  D’autant que cela nécessiterait que l’entreprise déploie sa propre SEC interne.

Mais, d’un autre côté, nous le savons : Apple tient énormément aux revenus des services proposés dans sa boutique. Et les jeux mobiles font partie des applications les plus plébiscitées par les utilisateurs. En chiffre, Apple gagne aujourd’hui des dizaines de milliards de dollars par an sur les jeux proposés.

Or, d’après les estimations, l’industrie du jeu intégrera de plus en plus les non-fongibles tokens dans leurs applications mobiles dans les prochaines décennies. Si cela s’avère vrai, Apple perdrait alors gros en interdisant les NFT dans l’App store.  Et plus particulièrement, le monopole qu’elle exerce sur les paiements in-app.

En définitive, l’approche d’Apple vis-à-vis des NFT reste très floue. D’ailleurs, si la firme a autorisé les places de marché comme OpenSea ou encore Rarible à lancer leur application sur l’App store. Elle ne permet en fait que de parcourir ou de visualiser les NFT mais non d’en acheter ou d’en vendre.

Pour l’heure, une chose est sûre : même si Apple crée des règles spécifiques pour les NFT, elle ne manquera pas d’imposer sa loi.

Des contrats intelligents Apple

Si la perspective de la blockchain est peu probable, la création de contrats intelligents par Apple pour renforcer la confiance des utilisateurs vis-à-vis des plateformes NFT sur l’App store reste envisageable. Il s’agirait de contrats intelligents qui enverraient automatiquement des royalties à la firme. Et ce, même lorsque les transactions se font en dehors de l’écosystème Apple.

La marque pourrait également ajouter des fonctionnalités plus étudiées pour une meilleure gestion des flux de travail comme l’annulation de transactions.

Dans tous les cas, un tel virage marquerait un changement non négligeable dans la cryptosphère et provoquerait un véritable tsunami dans l’écosystème des développeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.