in ,

Smart City : la Banque Mondiale se prépare à prêter des milliards

banque mondiale smart city

Avec plus d’1,5 milliard de dollars en jeu, le gouvernement indien pousse les 20 villes intelligentes du pays à emprunter. C’est pourquoi il fait appel à des institutions bancaires comme la Banque Mondiale, la Banque de Développement Asiatique, et la banque de développement des BRICS. 

Le Ministère du développement urbain indien a choisi 20 villes qui seront bientôt connectées. Il ne veut pas perdre de temps avec la recherche de fonds et pousse donc les accords avec les banques comme la BDA pour booster la smart city et l’économie. Cette banque a déjà accepté sur le principe d’accorder un prêt d’1 milliard de dollars. La Banque Mondiale a quant à elle accepter de prêter jusqu’à 500 millions de dollars.

Cette somme ne couvre pas cependant les 20 villes du programme. Seulement 8 d’entres elles sont concernées. Le secrétaire du ministre Rajiv Gauba a annoncé les cités concernées  : Udaipur, Jaipur, Ludhiana, Ahmedabad, Jabalpur, Surat, Pune et Bhubaneswar.

Cependant le mouvement est bien plus important qu’ailleurs en Inde. Le responsable a réclamé d’établir rapidement des notations financières approuvées par le Securities and Exchange Board of India. 85 villes se sont déjà inscrites dans le mouvement pour établir ces notations auprès de la Banque Mondiale.

Un engagement de la Banque Mondiale et des acteurs internationaux

Celles-ci rassureront les investisseurs et les banquiers quant aux possibilités des villes. La trésorerie américaine va également participer au financement de la rénovation et la modernisation de la municipalité de Pune qui a reçu la note AA stable.
Les autorités ont bien sûr un plan précis pour l’avènement de la Smart City en Inde avec, tout d’abord, la transformation de 30 000 « rickshaw » ces tricycles à moteur, en véhicules connectés. D’autres éléments seront discutés au mois de juin, notamment la gestion des déchets, l’approvisionnement en eau, l’éclairage public, la démocratie participative, l’accès au WiFi, et le paiement par carte généralisé.

La ville connectée n’est pas seulement indienne

Certes, en Europe et en France nous n’avons ni les mêmes problématiques ni les mêmes besoins. Si pour l’instant, les initiatives émergent principalement des collectivités comme Angers ou Lyon, un plan à l’échelle nationale doit sortir du sol pour accéder à  la compétition autour de la ville connectée. En plus d’apporter de nouveaux services aux utilisateurs, cela permettra de développer des pans entiers de l’économie, du bâtiment à la maintenance et ainsi créer de l’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.