in

Angers, une ville intelligente en devenir

ville intelligente

En 2015, Angers était la première Cité de l’objet connecté de France. Aujourd’hui, pour renforcer son écosystème numérique, la ville lance la Plateforme Angers Ville Intelligente et Connectée (PAVIC), le 21 avril 2016. Une association dont le but est de lier industriels, chercheurs et étudiants dans la création d’une future ville intelligente. 

Dans le cadre du dispositif « Nouvelle France Industrielle », Angers a reçu le label French Tech en juin 2015 et se trouve être actuellement l’une des régions les plus importantes en termes d’innovation et d’attractivité économique. Sa filière numérique représente à elle-seule 900 entreprises, 7000 emplois environ, et un fort réseau académique.

PAVIC, un écosystème IoT de taille

Si le projet Pavic n’a pas encore fait d’Angers une smart city, elle a néanmoins permis la mise en place d’un village d’entreprises numériques. Paradis pour les PME de haute technologie, le village se présente sous la forme de modules et son coût s’élève à près d’1,7 million d’euros. A côté de cela, la plateforme collaborative est portée par 3 écoles d’ingénieurs spécialisées dans l’électronique et le numérique (Esaip, Istia, Eséo), ainsi qu’un collège d’entreprises dont WifiLib, Lacroix Group et Octave.

pcloud

« On arrive à mettre ensemble l’enseignement supérieur, la recherche, les entreprises, le territoire, la ville, les communautés urbains, la région, l’Etat, voire la communauté européenne. C’est un mouvement d’ensemble qui réussit à faire mettre en place la thématique IoT, French Tech, qui est notre label depuis septembre dernier » (Jean-Pierre Bernheim, vice-président Pavic)

En plus de lier l’éducation, la recherche, les entreprises et les territoires, Angers offre une lisibilité aux entreprises de la French Tech, ce qui lui permet de faire rayonner à l’international l’excellence du made in France dans les technologies. Effectivement, la French Tech est un label français attribué à des pôles métropolitains reconnus pour leur écosystème de startups, et depuis janvier 2015, son attractivité s’est développé à l’étranger avec un budget de 15 millions d’euros. Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargé du numérique, a également mis en place des French Tech Hubs dans les grandes métropoles internationales telles que Tokyo, Newy York, Londres, Tel Aviv.

Bref, Pavic est bien accompagné et possède des acteurs influents pour faire du rêve des smart cities une réalité.

Une ville intelligente en devenir

Grâce à son collège d’entreprise, la plateforme compte appliquer une dizaine d’expérimentations sur le territoire d’ici l’été. Avec WifiLib, posséder le wifi gratuit n’importe où ne sera plus un problème. Lacroix Group se propose d’apporter son expertise électronique au service des réseaux d’eau et d’énergie, de la régulation de trafic et de l’éclairage public. Le groupe entend expérimenter de nouveaux cas d’usages en éclairage public intelligent en s’appuyant notamment sur son nouveau capteur sans fil, qui détecte piétons et cyclistes. Octave aide les commerces dans leur transition vers l’omni-canal, où le lien client/entreprise se diversifie et se retrouve renforcé par la connectivité permanente.

D’autres expériences sont en projet telle que la prévention dynamique et intelligente des automobilistes ou l’alerte à la nuisance publique avec la disposition de sonomètres. Ainsi, en connectant la ville de la sorte et en récupérant des données sur les utilisateurs, Angers sera peut être la première ville française à faire de ses citoyens les premiers habitants d’une ville collaborative.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *