in ,

Une nouvelle feuille de route pour l’IoT français

IoT

Le gouvernement français, et plus particulièrement Nouvelle France industrielle, a décidé de lancer une grande concertation sur l’Internet des objets. D’ici mai 2016, une feuille de route sera mise en place afin d’apporter les solutions et les outils nécessaires au développement de l’IoT.  

NFI ou Nouvelle France industrielle a vu le jour en 2013, sous la décision du Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique. Un seul objectif : réindustrialiser la France. Mais comment ? Avec le projet « Industrie du futur », présentée le 18 mai 2015, Emmanuel Macron a tenté de répondre à cette question. Cette seconde phase de NFI avait pour but de moderniser les entreprises à travers l’adoption de la stratégie digitaleDepuis, on comptabilise 34 plans de reconquêtes industrielle au sein de l’organisme. Et la nouveauté aujourd’hui ?

Une grande concertation pour l’IoT tricolore

Conscient de la reconversion nécessaire à l’Internet des objets, l’organisme a réuni ses chefs de projets numériques, février dernier. Au cours de cette réunion IoT, trois solutions industrielles étaient convoqués, en concertation avec la DGE (Direction générale des entreprises) : « économie des données », « confiance numérique », « objets intelligents ». A partir des travaux effectués, le gouvernement a décidé de lancer une feuille de route, afin de déterminer des mesures opérationnelles sur les offres B2B, B2C/wearables, les infrastructures et autres technologies.

pcloud
IoT français
© Gouvernement.fr

Pour cela, les pilotes des plans industriels mobilisent un ensemble d’acteurs représentatifs du marchés, que ce soit les fournisseurs (fournisseurs de services technologiques), les usagers (industriels, associations de consommateurs, administrations publiques), les associations professionnelles (Syntec Numérique, Tech in France, EuroCloud…) ou les acteurs publics (Arcep, CNIL). L’idée étant de fédérer tout cet ensemble autour d’un même objectif de développement, d’industrialisation et de commercialisation de produits et services. Une plateforme est accessible aux contributeurs avant le 28 avril 2016. A partir de ces contributions, la feuille de route sera proposée au Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique d’ici la quinzaine de mai.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *