Accueil > Tech > Réseaux > Des bouées connectées par satellite pour surveiller l’océan indien
bouées connectées

Des bouées connectées par satellite pour surveiller l’océan indien

Des bouées connectées par satellite IoT sont testées par l’Institut australien des sciences marines. L’objectif, relever des données océanographiques toutes les heures.

Les réseaux de satellites en orbite basse sont véritablement les stars de cette fin d’année 2018. L’Australian Institute of Marine Science (AIMS) a collaboré avec Myriota pour concevoir des bouées connectées dérivantes communiquant par satellite. L’objectif, suivre pratiquement en temps réel les évolutions océanographiques dans l’océan indien.

La couverture réseau prend parfois des allures de bataille. Les entreprises cherchent à bénéficier du meilleur réseau possible pour faciliter leurs activités. L’institut australien des sciences marines, l’AIMS, a été confronté aux mêmes problèmes. Comment éviter les pertes de connexion lors d’une recherche scientifique ?

Des bouées connectées pour suivre l’évolution de l’océan indien

La réponse, les chercheurs l’ont trouvée dans la collaboration avec Myriota. Cette startup australienne basée à Adélaïde développe un réseau de satellites IoT à bas coût. Cette dernière cible les agences gouvernementales, les instituts scientifiques, les agriculteurs et tout autre acteur qui souhaitent transmettre rapidement de petits paquets de données (24 octets) à intervalle très régulier.

Avec l’AIMS, Myriota réalise un essai dont le but est de faciliter les relevés océanographiques dans l’océan indien. Ces bouées connectées à bas coût permettent d’éviter les interruptions de connexion en communiquant par satellite. Cela facilite également les relevés pratiquement en temps réel.

Les bouées connectées dérivantes sont géolocalisées, mesurent les températures de l’eau à la surface, la pression barométrique et surveillent les courants. Grâce à la technologie de Myriota, l’AIMS pourrait obtenir des données toutes les heures.

Une technologie qui a demandé sept ans de recherche

Équipées de deux piles AA et d’une technologie de génération de courant, les balises bénéficient de quatre ans d’autonomie. Pour cela, Myriota a réduit au minimum la consommation de son transmetteur. Il a nécessité 7 ans de conception et est protégé par 17 brevets. La startup s’est également concentrée sur le chiffrement des données transmises par satellite IoT.

Cette technologie n’intéresse pas seulement les concepteurs de bouées connectées. À la fin du mois de mars 2018, la jeune pousse australienne a levé 15 millions de dollars américains en série A. L’identité des investisseurs ? Boeing HorizonX Ventures, le VC de l’avionneur, Singtel Innov8, celui de l’opérateur télécom singapourien, et Right Click Capital, un fonds australien.

Source : ZDnet.com

Cahier des tendances « RETAIL CONNECTE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend