in

Chainlink dévoile des « keepers » de cryptomonnaies et des passerelles blockchain anti-fraude

Keepers

Les « Keepers » peuvent exécuter des ordres à cours limités. Ils permettent de liquider des prêts sous-garantis ou simplement de rappeler le temps à une blockchain.

Chainlink, le principal fournisseur de flux de données pour les contrats intelligents basés sur la blockchain, étend ses services. Cela comprend l’informatique décentralisée hors chaîne. Cette tâche se fait par un réseau d’opérateurs de nœuds connus sous le nom de Chainlink Keepers.

Chainlink lance des « keepers » en cryptomonnaie

Chainlink Labs introduit des ponts inter-blockchain avec un composant de surveillance du risque de fraude appelé Keepers. En fait, ces Keepers ont été annoncés lors de l’événement annuel de Chainlink, SmartCon. Il s’agit d’une sorte de couche de service qui indique aux contrats intelligents comment et quand se comporter. Cette fonctionnalité existe désormais sur Ethereum. Aave, Synthetix, PoolTogether, Barnbridge, Bancor et Alchemix l’ont déjà adoptée. 

pcloud

Chainlink permet d’acheminer les entrées vers les blockchains via des réseaux d’oracles décentralisés. D’ailleurs, ces entrées comprennent des données de marché pour DeFi, des générateurs de nombres aléatoires pour les jeux ou des résultats sportifs pour les marchés de prédiction.

Garder le temps

L’étape suivante consiste à proposer des calculs ainsi que des entrées de données via le même réseau décentralisé. Ce genre de calcul, couramment utilisé dans les applications de DeFi, consisterait à déclencher des ordres à cours limités. Il pourrait s’agir des plus avancées, comme la surveillance de certains pools de dettes pour détecter les prêts sous-garantis. 

Les équipes du projet construisent actuellement cette couche de calcul en interne. Cependant, cette approche va à l’encontre de l’idée de décentralisation, selon le cofondateur de Chainlink, Sergey Nazarov.

Décentralisation

En fait, la décentralisation se fait au niveau du code et de tous les systèmes qui contrôlent le code. Parce que si la décentralisation du code est partielle, mais pas de tout ce qui contrôle le code, des attaques de prêt flash peuvent se produire.

Les gatekeepers de Chainlink seront sélectionnés à partir du pool existant d’opérateurs de nœuds fiables dans le réseau. Grâce aux profits qu’ils génèrent, ils fourniront des calculs à n’importe quel niveau de congestion ou de scénario de coût. À l’avenir, d’autres keepers de niveau entreprise vont s’ajouter au réseau, tels que T-Systems de Deutsche Telekom.

Les liens manquants

Sur la feuille de route de Chainlink se trouve le protocole d’interopérabilité intercanaux (CCIP). Chainlink a également annoncé un pont de jetons programmable qui sera construit sur le CCIP. Le pont peut être utilisé pour envoyer des jetons et des commandes de calcul à n’importe quel réseau blockchain. Ainsi, il ouvre la porte à des applications inter-chaînes plus avancées.

Le prêteur de cryptomonnaies Celsius a annoncé qu’il s’était engagé à utiliser la CCIP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *