in

Consommateur non informé, Smart Home délaissée

Smart Home

Smart Home et consommateurs ne font pas bon ménage. Selon une étude de Park Associates sur l’écosystème du Smart Home et son impact chez les consommateurs, 69% des ménages à haut débit américains sont très peu informés sur les services liés à la Smart Home. Bien que le marché de la domotique progresse, les usagers peinent encore à savoir comment économiser en sous, en énergie et user intelligemment les dispositifs liés à la Smart Home. 

70% des ménages dotés de dispositifs intelligents liés à l’énergie ont montré une baisse de la consommation de l’énergie et une économie d’argent. Malgré cela, 83% des ménages à haut débit n’ont pas conscience du prix qu’ils paient pour l’électricité. Au détriment de tout l’effort porté par les professionnels qui misent leur stratégie sur des dispositifs à bas coûts.

Un manque crucial d’information sur la domotique

En février, le cabinet Context avait publié un rapport sur la connaissance des usagers vis à vis du Smart Home. Le résultat n’est pas des plus glorieux : 89% des français sondés s’estiment mal orientés sur les produits de la maison connectée, 4% seulement ont idée de ce que sont le Home Kit d’Apple, l’Echo d’Amazon ou le Smart Hub de Samsung, et 30% ne comprennent pas l’intérêt de connecter leur maison.

Comme nous pouvons le voir dans le graphisme ci-dessous (étude Park Associates), seulement 7% d’usagers américains usent d’un centralisateur domotique. Ce qui signifie qu’il y a un manque d’informations sur les avantages d’avoir chez soi un outil de contrôle de l’ensemble des accessoires liés au Smart Home.

Smart Home
© Park Associates

Il faut dire aussi que les centralisateurs ne se vendent pas beaucoup sur le marché. On en compte seulement 2,7 millions en 2016 contre 29,9 millions accessoires domotiques. La majorité des consommateurs qui sont intéressés par ce marché ne le sont que par chance, ou quand il faut remplacer un produit cassé. Ce qui signifie que les vendeurs du secteur de la domotique doivent travailler ardemment pour vendre leurs services. D’ailleurs, très peu sont connus sur le marché excepté les gros poissons tels qu’AT&T, ADT, Nest ou Apple.

Même si la Smart Home représentera 15 milliards d’euros en 2019, il est nécessaire que les entreprises développent de meilleures stratégies à l’égard des usagers, et soient assez convaincants en matière de sécurité. Et cela, ça commence par un travail en amont sur l’interopérabilité et la sécurité.

L’interopérabilité, la data et la sécurité comme voies de sauvetage

L’interopérabilité est devenu un enjeu essentiel de la domotique. Au point même où 50% des non-utilisateurs de la Smart Home le considèrent comme « très important« . C’est d’ailleurs pour cela que les grandes marques se font la concurrence sur les centralisateurs domotiques : Google Nest, Amazon Echo, Apple Homekit, Samsung Smarthings.

La sécurité est également très important pour la domotique. 80% des français interrogés s’inquiètent de la sécurité de leur domicile selon le cabinet Context. Faire face aux cyberattaques demande beaucoup de préparation et montre que tous, même Samsung, révèlent des failles dans leurs applications domotiques. Selon Jon Carter, responsable de la branche maison connectée de Deutsche Telekom, l’analyse des données joue beaucoup dans le marché du Smart Home. Pour convaincre les consommateurs d’acheter, il faut savoir s’entourer d’experts dans le domaine des data et de régulation sur le partage et l’exploitation de ces données.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.