in ,

Levée de fonds iot de la semaine : l’innovation made in Finlande !

finlande une fonds

Encore une fois, cette semaine la planète levée de fonds s’est extasiée devant le succès de Devialet et ses 100 millions d’euros récoltés auprès de grands Venture Capital. Il ne faut pas oublier quelques autres entreprises et startups qui ont elles aussi réussi à séduire les investisseurs. Voici cinq d’entre elles. 

Exotec Solutions – 3,3 millions d’euros (France)

exo robot fonds

Certains en rêve, Exotec Solutions l’a fait. La société développe un système de préparation de commande basé sur une flotte de robots collaboratifs. Concrètement, ces machines intelligentes prennent à leur charge une partie du travail de manutention. Par exemple, ils peuvent faire le trajet d’un entrepôt à la chaîne de production. Des socles adaptés permettent de poser sur le robot des cartons, des matières premières, bref faciliter la tâche des manutentionnaires et autres préparateurs de commandes. Basée à Paris et à Lille, cette startup vient de lever 3,3 millions d’euros auprès du VC 360 Capital Partners afin de finir le développement de la seconde génération de ses robots et industrialiser sa solution.

Oura – 5 millions d’euros (Finlande)

oura ring fonds

Oura, peut le crier haut et fort, la startup finlandaise à l’origine d’un anneau connecté dédié à la santé et au bien-être a séduit les investisseurs. Dans la phase 2 de son développement, les fondateurs cherchaient à démocratiser le produit novateur qui permet non seulement de surveiller son sommeil, mais également d’avoir des conseils nutritionnels depuis l’application dédiée. Cela sera bientôt possible grâce aux 5 millions d’euros récoltés au cours de cette série A notamment auprès de Jaan Talinn, cofondateur de Skype et Joi ITo, ancien directeur du Media Lab du MIT.

Cette somme permettra de réaliser les études cliniques nécessaires à la commercialisation du produit nommé tout simplement Oura Ring.

 

 

TraceLink – 51,5 millions de dollars (États-Unis)

tracelink fonds

 

TraceLink est une entreprise qui développe une solution SaaS indispensable pour l’industrie pharmaceutique. Son système permet de tracer et de monitorer les stocks de médicaments et d’éviter efficacement la contrefaçon. Ce service se base sur l’ensemble des régulations pharmaceutiques à travers le monde pour éviter les pertes et le vol.

Ce produit professionnel novateur a reçu l’aval financier de la banque Goldman Sachs, un des principaux investisseurs de cette levée de fonds totalisant 51,5 millions de dollars. FirstMark Capital, Volition Capital, et F-Prime Capital, tous des VCs ont également participé à cette série C.

MultiTaction – 7 millions d’euros (Finlande)

Le projet de MultiTaction déborde un peu de notre ligne éditoriale. Et pourtant, il s’en rapproche par bien des aspects. Cette entreprise développe des écrans tactiles multipoints de grandes tailles qui interagissent avec le doigt, la main, un stylo et d’autres objets. La vidéo de démonstration rappelle fortement Minority Report quand Tom Cruise manipule du bout des doigts depuis ses gants. Ici nous ne sommes pas à ce niveau de futurisme, mais cela reste impressionnant et surtout MultiTaction facilite grandement la Datavisualisation des données. La couche logicielle nommée MT Canvus reste encore à développer.

C’est pourquoi l’entreprise du nord de l’Europe a besoin des 7 millions d’euros attribués par le fonds Harbert European Growth Capital. Celui lui permettra de proposer à ses clients répartis dans 50 pays du globe une solution de datavisualisation et de partage d’information visuel en temps réel.

Fluidic Energy  – 20 millions de dollars (États-Unis)

fluidic energy fonds

 

Fluidic Energy pourrait parfaitement prendre une place d’importance dans le secteur de l’énergie. Cette société conçoit une technologie de batterie Zinc Air, bien plus propre que les énergies fossiles, qui permet de stocker rapidement de l’énergie renouvelable depuis des panneaux solaires. La batterie peut délivrer ensuite de l’énergie électrique en continue pendant 72 heures. Les capteurs intégrés dans les cellules permettent de suivre précisément la consommation et de gérer à distance et en temps réel les unités. A l’avenir, Fluidic Energy pourrait fournir en électricité les endroits les plus reculés du monde, les collectivités ou bien des réseaux d’objets connectés.

Ce système favorable à l’environnement a séduit l’entreprise hongkongaise Asian Climate Partners qui a versé 20 millions de dollars au capital de Fluidic Energy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wair pollution

[Startup Tour] Wair, le foulard connecté qui protège de la pollution

ford iot

En 2017, Ford débutera les tests de ses voitures autonomes en Europe