Accueil > Business > Maison Connectée > Holi : le rêve brisé des concepteurs du réveil Bonjour
holi five five

Holi : le rêve brisé des concepteurs du réveil Bonjour

La marque Holi présentait au CES 2016 le réveil connecté Bonjour. Il faut maintenant leur dire au revoir.La société a fermé ses portes le 21 janvier.

Au CES 2016, la startup française Five Five, dépositaire d’Holi présentait le réveil connecté Bonjour. Nous l’avions croisé en 2017 à Vivatech, à Paris après qu’elle ait reçu un Innovation Award au CES 2017. Après deux campagnes de financement participatif sur Kickstarter et Indigogo, la startup avait récolté près de 840 000 euros. Malheureusement, cette somme n’a pas suffi à la jeune entreprise à concrétiser son projet.

Bonjour ne se réveillera plus

Five Five (et donc Holi) a fermé ses portes le 21 janvier. À travers un message réservé aux contributeurs de Kickstarter, les membres de l’équipe expliquent “qu’à cause d’un manque de ressources financières, la société doit cesser son activité”. Dans la foulée, la startup a fermé son site Web et clôturé ses comptes Twitter et Facebook. De même le service SAV n’est plus accessible.

Les concepteurs d’Holi précisent que leur réveil connecté intelligent ne fonctionnera plus dès le début du mois de février. En effet, la société n’a plus les fonds nécessaires pour payer les serveurs. Les produits déjà expédiés deviendront alors inutiles. Ceux qui attendaient de pied ferme leur réveil Holi peuvent malheureusement faire une croix dessus. Ils ne seront pas non plus remboursés.

Five Five aurait souhaité que son réveil Bonjour fonctionne même après sa fermeture. Elle avait dans l’idée de “donner accès au code source” afin de faire fonctionner le dispositif en mode local. Cependant, ses avocats l’ont prévenu que “c’était illégal”. “Légalement,un représentant judiciaire décide qui a accès à ces ressources informatiques. Nous vous ferons savoir si nous pouvons faire quelque chose à ce sujet”.

Les créateurs d’Holi tirent les leçons de leurs erreurs

Le message posté sur sa page Kickstarter permet à l’équipe derrière Holi de tirer cinq leçons d’un échec amer :

  1. Un prototype fonctionnel ne vaut pas une preuve de concept : Five Five a dû revoir totalement son produit arrivé à la phase de production.
  2. La confiance ne remplace pas le contrôle : la société s’est reposée sur des fabricants externes et n’a pas mis en place de procédure de vérifications à l’aide d’un expert du hardware en interne.
  3. Soyez prêt à gérer une communauté de crowdfunding : les créateurs de Holi étaient submergés par les messages et n’a pas su atténuer la colère de ses clients.
  4. Si vous travaillez avec la Chine, il faut une équipe en Chine : effectivement, un intermédiaire de confiance en Asie est fortement recommandé quand on conçoit un objet connecté.
  5. Être pessimiste concernant son budget et son temps : Five Five conseille de multiplier le budget prévisionnel par 2,5 afin d’être sûr de ne pas chuter. Il en va de même pour le temps.

Voyant que le projet d’objet connecté ne fonctionnait pas aussi bien qu’espéré, la startup avait tenté de rebondir. Five Five avait lancé Vocall.ai, un service d’assistant vocal BtoB destiné au secteur de la santé. Sans succès. Cette activité a également pris fin.

Des conséquences sur la vision de l’Internet des Objets

La jeune société avait passé le cap du financement et avait réussi à vendre ses premiers appareils. Ce n’est pas forcément le cas d’autres startups passées par le financement participatif ayant échoué. On pense notamment aux concepteurs du fameux drone Lily.

Ce phénomène est d’autant plus pervers que cela provoque une plus grande méfiance envers les projets passés par Kickstarter et les autres plateformes de crowdfunding. Non pas que ce soit forcément la faute des startups ou des contributeurs, ces deux entités prennent des risques. Le secteur des objets connectés est tout simplement l’un des plus complexes.

L’on regrette que les investisseurs, les mentors ou encore la BNP derrière Five Five n’aient pas pu la conseiller davantage afin de réaliser pleinement son projet. Il faut également mettre les formes et les manières afin de ne pas léser ses clients. Les concepteurs n’ont vraisemblablement pas pu le faire avec une fin abrupte, qui provoque de fait la colère des consommateurs.

2 Commentaires

  1. Merci pour cet article et ce retour d’expérience !
    C’est difficile d’analyser un échec et courageux de le communiquer, mais tellement utile pour pouvoir rebondir !
    A bientôt,
    Laurent Cachalou du blog Innover-Malin

  2. Les choses évoluent dans ce domaine. 1kubator et Bel Air Camp viennent de lancer le programme 1kfabrik qui vise justement à soutenir les porteurs de projets IOT. Il faut continuer de transmettre cette culture de la startup hardware pour éviter de nouveaux échecs comme Holi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend