in ,

IDTechEx explore les mythes de la communication 6G

6G les mythes

Selon IDTechEx, la communication 6G va devenir l’un des investissements technologiques les plus importants. En effet, cette nouvelle norme est actuellement dans une forte phase de démarrage, offrant toutes les promesses d’un déploiement à grande échelle en 2030.

La technologie de la téléphonie est améliorée tous les dix ans, pour être plus efficace. Selon le nouveau rapport d’IDTechEx, la communication 6G pourrait concerner plus les objets que la relation entre les hommes. Sa fréquence augmente d’une magnitude. En fait, la 6G peut partir de quelques centaines de GHz, pour ensuite atteindre 1 THz.

Les communications 6G : axées sur les objets connectés

La 6G est la seule technologie capable de répondre largement à la croissance exponentielle des 500 milliards de machines connectées en 2030. Elle offre également la possibilité de réaliser des transmissions holographiques en temps réel. De plus, elle peut bâtir l’avenir de la réalité virtuelle dans des délais réalistes.

En fait, les communications sans cellule et le transfert d’informations et d’énergie sans fil (WIET) constituent une perspective du futur. Le WIET représente 26 milliards d’étiquettes RFID passives par an. Le réseau 6G assure donc cette fonctionnalité hors pair, y compris pour recharger un smartphone.

De même, la communication 6G alimente les avions de ligne à 10 km avec des liaisons optiques en espace libre (FSO). Elle permet également de desservir les profondeurs sous-marines avec des liaisons par fibre optique. A savoir que cette technologie doit fonctionner à des fréquences de l’ordre du térahertz. Son but est d’améliorer le débit, la capacité et la latence d’un ordre de magnitude ou plus.

6G

Les mythes émergent sur la communication 6G

Derrière la révolution, la technologie 6G renferme de nombreuses idées fixes. En voici quelques-unes.

La communication 6G va être omniprésente

Cette idée va à l’encontre de la mégatendance de la réduction des infrastructures. L’investissement THz ne sera pas justifié pour étendre la 6G partout.

Les liaisons de raccordement et frontales de la 6G sont acquises avec des milliers de satellites en orbite à faible altitude 

Ces satellites soulèvent un grand nombre de problèmes juridiques, de sécurité, pollution atmosphérique, de maintenance et de latence. 

Cependant, les drones solaires à voilure fixe et les dirigeables présentent d’énormes avantages. Notamment en termes de maintien de la position, de délai de transmission et de coût bien inférieurs, de facilité de réparation.

La 6G pour les véhicules autonomes

Les opérateurs de télécommunications sont restés discrets sur l’idée du véhicule robot 6G. En fait, l’approche de Tesla consiste à fabriquer une voiture pouvant se déplacer en toute sécurité sans être connectée à un réseau sans fil. Même l’étape intermédiaire du LIDAR utilisant la cartographie en cours n’a pas besoin de connectivité.

S’appuyer sur une nouvelle forme de connectivité qui nécessite un matériel exceptionnellement complexe pourrait être réellement dangereux.

La communication 6G devrait profiter à l’IoT dans les endroits dotés de liaisons optiques longue distance

Servir des appareils non alimentés tels que des nœuds IoT multi-capteurs d’une durée de 30 ans avec des supercondensateurs adaptables sera excellent. Pour plus, la récupération d’énergie existante est trop faible et intermittente pour alimenter 99 % des nœuds IoT, mais il faut ajouter 6G WIET. 

Néanmoins, un IoT 6G abordable partout dans le monde en dizaines de milliards par an s’avère peu probable.

Le B5G ne nécessite pas de 6G

Ceux qui prétendent que B5G signifie qu’il n’y a pas besoin de 6G se trompent. Le rapport IDTechEx 6G prend en compte les exigences encore plus strictes à venir. Ainsi, la 6G constitue un incontournable pour le futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Technologies Smart

Technologies Smart City : la vidéosurveillance et les systèmes d’alerte sont à risques

Kerlink : ses passerelles LoRaWAN sont déployées sur des éoliennes au-dessus d’un port néerlandais