Accueil > Business > Robotique > L’immortalité numérique, le « délire » des transhumanistes ?
immortalité numérique

L’immortalité numérique, le « délire » des transhumanistes ?

Simuler notre esprit, un rêve en voie de réalisation ? Que l’on se rassure, Johnny Depp n’ira pas contaminer nos réseaux électriques comme dans Transcendance. Quoiqu’en dise Ray Kurzweil et Google, implanter le cortex neuronal dans une machine est encore loin d’être chose acquise. A ce propos, Jean-Claude Heudin, expert en intelligence artificielle, avait publié « Immortalité numérique : intelligence artificielle et Transcendance », où il critique vivement l’analogie qui est faite constamment entre l’ordinateur et le cerveau.

Alors que Technoprog, l’Association Française Transhumaniste (AFT), défend le fait qu’on ait réussi à reproduire des réseaux de neurones, Jean-Claude Heudin proclame qu’il faut arrêter pour autant de penser que l’immortalité numérique est possible. Nous l’avons donc interviewé afin d’en savoir un peu plus sur les avancées dans la simulation du cerveau humain et les progrès de l’intelligence artificielle.

immortalité numérique
Jean-Claude Heudin sur le plateau de TV5 Monde : Faut-il se méfier de l’intelligence artificielle ? © TV5 Monde

Directeur de l’Institut de l’Internet et du Multimédia, Jean-Claude Heudin est un enseignant et chercheur scientifique, spécialisé dans l’intelligence artificielle. Il a cofondé une société spécialisée en IA et participé à plusieurs applications importantes de l’intelligence artificielle pour la Défense et l’industrie jusqu’en 1995. Il a également été un conseiller scientifique pour la Cité des Sciences, organisateur des conférences internationales « Virtual Worlds » et expert auprès de la communauté européenne pour les projets « Future Emerging technologies ».

  • Selon le cabinet d’analyse Tractica, le marché de l’intelligence artificielle dépassera les 11 milliards de dollars en 2024. Vous y croyez ?

C’est toujours la boule de cristal pour un sujet comme l’IA, qui a toujours été sujet à des prophéties plus ou moins miraculeuses. Déjà dans les années 80, on disait que l’informatique était finie et qu’il ne resterait plus que l’intelligence artificielle. L’intelligence artificielle, c’est aussi vieux que l’informatique. Il est impossible de prédire si en 2024, le marché de l’IA atteindra des milliards et des milliards de dollars. Il y a des choses qui font partie de l’IA actuellement et qui ne seront peut-être plus de l’IA d’ici 20 ans.

immortalité numérique
IA de Steven Spielberg

Après effectivement, nous nous situons plutôt dans le haut de la vague aujourd’hui. Il y a eu des avancées récentes dans les laboratoires avec des investissements élevés de la part des grandes entreprises américaines telles que Google ou Facebook. On peut supposer qu’il y aura des retombées à long terme. Néanmoins, de là à partir dans des délires transhumanistes, je n’irai pas jusque-là. Au final, le domaine de l’IA est similaire à celui de la robotique, ils suscitent tous deux des fantasmes portés par la culture populaire, qui viennent se heurter à la réalité des laboratoires.

  • L’IA peut-elle vraiment devenir une menace, comme le prophétise Stephen Hawking ?

La pensée de Stephen Hawking est intéressante mais il faut faire la part des choses. Que ce soit la plus grande crainte aujourd’hui, il faut arrêter. Il existe des menaces beaucoup plus importantes que l’avènement hypothétique d’une intelligence artificielle qui nous décimerait en 2045. Actuellement, nous avons les possibilités de produire des IA très compétentes dans des domaines restreints donc créer une intelligence artificielle générale, c’est complètement hors de notre portée.

immortalité numérique

C’est comme imaginer le programme Deep Mind devenir une IA omnisciente capable d’apprendre toute seule. Deep Mind est une victoire humaine avant d’être une victoire de l’IA, il y a une équipe de 20 chercheurs à chaque fois pour la maintenance, elle n’est pas du autonome. Cela reste des algorithmes très spécifiques donc il ne faut pas en déduire que l’homme est obsolète et encore moins le fait qu’une IA nous décimera tous.

  • Où en est-on aujourd’hui au niveau de la simulation du cerveau humain ?

Le plus gros projet aujourd’hui est le projet Human Brain, un projet qui a vu le jour aux Etats-Unis et tient pour défi de simuler la totalité du cerveau humain. Même si nous arrivons à simuler plusieurs millions de neurones, nous en sommes encore très loin. La très grande majorité des réseaux de neurones artificiels reposent sur des systèmes à couche, qui n’ont pas du tout la même organisation que dans le cortex humain. Par exemple, si l’on en revient à Deep Mind, il possède 13 couches de neurones, qui permettent à l’information d’entrer par instance. Pour l’instant, les modèles de neurones réalisés sont relativement simples.

immortalité numérique

  • Vous avez écrit « Immortalité numérique : intelligence artificielle et transcendance ». Pensez-vous que le projet des transhumanistes puisse se réaliser à long terme ?

Si c’est le projet transhumaniste tel qu’il est porté aujourd’hui par Ray Kurzweil, Google et son équivalent français, je pense qu’on est dans le délire. Dans mon livre, je prends justement l’exemple de la conscience : on n’est pas prêt de faire une machine consciente pour l’instant, alors imaginer que l’on peut simuler notre esprit dans une machine, c’est qu’on est totalement dans l’imaginaire de la science-fiction.

immortalité numérique

On oublie que le cerveau est connecté au reste du corps et que le corps a été façonné par l’environnement. Supposons que l’on place notre cerveau dans un ordinateur, c’est un véritable cauchemar ! Si l’on en était capable techniquement, on aboutirait à un être atteint de graves maladies mentales. Si vous n’êtes plus en contact avec votre corps, vous ne possédez plus de perceptions.

immortalité numérique

Le cerveau est souvent considéré comme l’objet le plus complexe de l’univers et on ne peut réduire l’intelligence à la capacité de calculs. On nous ressort la loi Moore en permanence. Tous ces progrès ne sont pas exponentiels, contrairement à ce que dit Kurzweil.

  • En 1988, vous avez obtenu un doctorat de l’Université d’Orsay (Paris XI) sur un système multi-expert temps réel associé à un microprocesseur VLSI dédié à l’IA. Pouvez-vous m’en dire plus ?

On a développé des projets de pilote électronique en lien avec la Défense française. L’idée à l’époque était d’avoir un co-pilote électronique qui aide le pilote de chasse. Un peu comme Iron Man et Jarvis. L’IA est très anthropomorphique dans les films, mais c’est déjà presque ça. Ça ne remplace pas le pilote, c’est là pour l’aider même si aujourd’hui, certains envisagent des avions totalement automatiques.

immortalité numérique
Iron Man et son IA Jarvis

Aujourd’hui, de nombreux projets naissent autour de l’immortalité numérique. Soutenu par l’Union Européenne, Human Brain Project vise à copier la totalité du cerveau humain par le biais d’un superordinateur d’ici 2024. Le but ? Développer de nouvelles thérapies médicales autour des maladies neurologiques. Le département de génie électrique en informatique et l’Institut de neuroscience Helen Wills de l’Université de Californie ont proposé de se baser sur les particules nanométriques (aussi appelées « poussière de neurones ») afin d’intégrer un jour dans le cortex humain une interface sans fil cerveau-machine, qui tiendrait à vie. Et un millionnaire russe, Dimitri Itskov, a même prévu de créer un cerveau artificiel afin de devenir immortel, d’ici 2045.

Reste à voir si l’on pourra atteindre les bases de l’immortalité numérique d’ici les prochaines années. En tout cas, on ne pourra pas nier que le cerveau humain est trop sophistiqué pour être réduit à à une unité centrale. Et si l’on s’en tient à la règle de Hebb, deux neurones sont excités conjointement et il se créé un lien les unissant. C’est la répétition des deux stimuli qui créé l’apprentissage associatif. Par la répétition, le cerveau atteint la perfection contrairement à l’ordinateur qui n’usera pas de la répétition pour mettre en place une tâche. Alors qu’il est possible de localiser le siège de la « pensée » dans une machine, la pensée du cerveau humain se distribue largement. 100 milliards de neurones s’activent en même temps, chacun d’entre eux se trouvant connecté à 10 000 autres.

Comme l’exprimait Michio Kaku (professeur de physique théorique à la City University de New York) dans « Une brève histoire du futur », le cerveau est « plus analogique que numérique » et ne peut fonctionner en binaire. Bref, l’immortalité numérique, ce n’est pas pour maintenant.

 

2 Commentaires

  1. La prochaine étape du transhumanisme ressemblera à de la science-fiction, on peut imaginer ce qui suit : une nano puce implantée (avec une intelligence artificielle connectée à très hautes fréquences) dans le corps humain qui aurait deux fonctions, une pour identifier à 100% une personne à cause de l’instabilité sociale pour permettre d’acheter et de vendre passer des frontières et l’autre pour modifier de manière irrémédiable l’ADN humain pour résister aux différentes maladies et aussi des virus qui séviront dans un avenir proche. Cet implant permettrait de vivre beaucoup plus longtemps avec des capacités physiques améliorées et modifiera le psychisme pour une spiritualité bridée sans espoir et rebelle, un peu comme des Nephilim. Ce sera le prix à payer pour ceux qui accepteront cette modification dans leur corps marqué génétiquement. Nous n’avons pas pour l’instant cette technologie, elle sera amenée prochainement par des gentils extraterrestres manipulateurs qui nous apporteront l’énergie gratuite et beaucoup d’autres choses sur le plan technologique et médical dans le but de corrompre l’humanité avec une fausse spiritualité, pas pour nous aider. On verra l’aboutissement heureusement temporaire du transhumanisme avec la marque de la bête décrite dans l’apocalypse 13 versets 16 de Jean. Le nouveau système économique dictatorial arrive discrètement avec l’argent électronique et ces barres codes sur tous les produits que nous achetons qui contiennent déjà un nombre caché (666) par des informaticiens (une simple recherche sur le net permet de comprendre la norme internationale U.P.C. et le 6 caché curieusement dans les 3 barres de garde). La vision de l’apôtre Jean dans la bible se réalise dans l’indifférence générale, il s’agit pourtant de notre avenir proche … « Et elle fit que tous petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite et leur front et que personne ne puisse acheter et vendre sans avoir la marque le nombre de la bête ou le nombre de son nom ».

  2. Oula… Déja, vos propos sont hors sujet : Entre une puce qui « serait » implentable en nous, et le téléchargement de l’esprit dans un cerveau dit numérique sont deux choses bien distinct…
    Et d’ou vous vient cette détermination dans vos paroles, cette vision du futur que seul vous voyez ? Comment autant affirmer l’avenir basé sur vos dires sans explications, sans liens, sources : Etes-vous vous même l’un de ses chercheurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend