Nouveau dans la distribution IoT, Innodoo va inonder l’Europe d’objets connectés !

Innodoo, c’est la toute jeune filiale du groupe Brandpath monté l’an dernier dans la ligne continue du groupe Expansys, créé en 1997 à Manchester. Quinze ans d’expérience dans le commerce mondial pour ce distributeur tentaculaire, 50 boutiques en ligne et 130 pays couverts par son supermarché spécialisé du e-commerce, Expansys. Innodoo pointe son nez en France dans la niche des objets connectés en marque blanche pour le marché B2B. Découverte d’Innodoo, sur qui l’on devra à présent compter.

Innodoo, marque blanche et sourcing d’objets connectés premium

Couvée par le grand groupe Brandpath, spécialiste des appareils de mobilité, smartphones et objets connectés, Innodoo s’est lancée au premier trimestre 2015 à Shenzhen  en Chine, et Hong-Kong, avec pour mission de promouvoir les objets connectés sur sa plateforme et de proposer des produits en marque blanche pour le marché B2B.

Ses valeurs ? Sélectionner un panel d’objets connectés qualitatifs, tant au niveau du design, que des usages et des fonctionnalités offertes. Des gadgets intelligents en somme. Et où les trouver ? La start-up Innodoo est implantée au cœur de la « Silicon China », à Shenzhen, en face du constructeur de drones DJI et proche de Lenovo et Huawei. De quoi réaliser des échanges fructueux, comme cet accord noué avec le chinois DJI pour distribuer leurs drones sur le marché mondial.‏


Découvrez notre lead marketplace I.T


Prendre contact avec Innodoo

‎Une prestation en marque blanche est proposée aux revendeurs de tous bords qui souhaitent avoir leur propre objet connecté. Trois produits sont déjà disponibles et siglés Innodoo pour l’instant : la montre connectée Paick, un accéléromètre simple avec une facture de montre classique et les enceintes design connectées Dave et Vincent.

Innodoo s’adresse également aux revendeurs d’objets connectés et aux grossistes, qui peuvent accéder à une bibliothèque d’objets connectés pré-sélectionnés parmi les meilleurs produits de chaque catégorie et peuvent ainsi faire leur marché. L’équipe d’Innodoo est polyvalente et dynamique, avec son chef et responsable de la zone Asie Pacifique d’Expansys, Sean Ho, un taïwanais d’origine qui a eu l’idée de créer Innodoo mais aussi celle de créer un centre d’innovation à Shenzhen. Dans l’équipe, un graphiste, un responsable logistique et administratif, un chef d’équipe chargé de l’optimisation du site Internet et de la partie commerciale pour les pays anglophones, un commercial pour le marché chinois, deux chargés de sourcing et David Dennison, que nous avons rencontré, qui est chargé de la gestion de contenu et traduction du site web. Il est également en charge du marché français et du prospect de nouveaux clients.

objets connectés innodoo

L’arrivée d’Innodoo sur le marché français

Grâce à sa filiation directe avec le groupe Expansys, le supermarché du e-commerce, Innodoo a vocation à s’étendre à l’international et dispose d’une logistique clé-en-main. Expansys s’occupe du marché B2C tandis qu‘Innodoo propose son réseau de distribution B2B sur-mesure. Pourquoi la France ? Pour David Dennison, c’est une question de maturité précoce : « La France, avec les Etats-Unis, sont les deux marchés les plus matures sur les objets connectés. Les produits qui se vendent sont innovants et la demande se ressent, en matière de montres connectées et de drones par exemple. » Intéressée par la FrenchTech, le design et les innovations de la France, Innodoo veut promouvoir les start-ups françaises et leur donner un pont vers le marché asiatique.‏

bureau innodoo iot

Une orientation B2B franche et innovante

Parmi les détails remarquables de la présentation d’Innodoo, on peut voir les dénominations de produits, volontairement floues : « une enceinte Bluetooth étanche« , « un son et un design inoubliable« .

Interrogé à ce sujet, David Dennison chargé du Développement d’Innodoo et du marché français nous explique :

« Nous nous comportons comme une marque blanche, et le but, ce n’est pas d’attirer les consommateurs directement. On s’adresse aux professionnels, on va pousser l’intérêt de l’acheteur professionnel, qui va ainsi découvrir une gamme de produits plutôt qu’un produit unique. »

Comment Innodoo compte se démarquer sur le marché français ?

Pour David Dennison, c’est une question de proximité, de choix et de partage : « Nous avons l’avantage d’ être ici, à Shenzhen, proche de la communauté high tech et des starts-up innovantes, nous pouvons donc sélectionner les meilleurs produits. Nous ne nous positionnons pas comme Alibaba qui agglomère tous les produits sur son site, sans distinction. Nous avons, à present, une sélection de quarante produits les plus innovants ayant la meilleure ergonomie possible. Nous souhaitons aussi aider les créateurs d’innovations dans la haute technologie à se développer ».

Et le marché chinois, qu’en est-il ?

« Les chinois et les asiatiques d’ailleurs sont très portés sur l’électronique, c’est une aubaine pour le marché des objets connectés. Les chinois ont paradoxalement plus intéressés par les marques étrangères. De ce côté là, nous avons l’avantage d’être une filiale d’une société britannique proposant des innovations des quatres coins du monde. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les chinois raisonnent plutôt par marques que par prix pour leurs achats en produits high tech. » précise David Dennison.

Par ordre d’implantation, Innodoo compte s’insérer en premier sur le marché chinois pour leur apporter des produits étrangers, puis le marché mondial, les Etats-Unis et la France.

Et la concurrence dans tout ça ?

En France, la fusion des groupes Innov8 et Ascendeo représente une part de gâteau conséquente sur le marché de la distribution des objets connectés et accessoires pour smartphones. Mais pour Innodoo, ce n’est pas un souci : « Le marché mondial des objets connectés est un marché qui est jeune. C’est dans notre avantage qu’il y ait de la concurrence afin de stimuler ce marché ».

Est-ce que des produits sont éliminés de la sélection ?

« De nombreux produits n’ont pas été sélectionnés parce que le marché n’est pas encore assez développé. Par exemple, nous avons testé un casque de réalité virtuelle avec smartphone à insérer, mais selon nous cette technologie n’est pas adaptée au marché actuel. L’arrivée prochaine de l’Oculus Rift va certainement stimuler cette demande. « 

Pour chaque produit, Innodoo teste, évalue et labélise. Le point fort d’Innodoo, c’est sa capacité de sélection de produits. Sur le marché chinois du high-tech, il y a des produits à différents niveaux de qualité, il faut être vigilant pour sélectionner des produits qui puissent plaire sur le marché international. Dans sa démarche, Innodoo recherche ses produits auprès des usines et petites marques qui n’ont pas la capacité de s’internationaliser et cherchent à toucher un public plus large. Ces produits sont ensuite testés par l’équipe et si jugés intéressants, sont distribués sur le site. David Dennison, Business Developer chez Innodoo précise :

« On sélectionne une centaine de produits, pour leur design, leur ergonomie, leurs spécifications techniques et leurs fonctionnalités. Après, nous réalisons des tests et les distribuons. Un produit est intéressant pour nous s’il est rare sur le marché. »

Pour garantir la sécurité des utilisateurs, les objets connectés sélectionnés doivent tout d’abord passer les critères des normes européennes CE, et sont garantis un an pour assurer le client dans son achat. Au sujet des retours potentiels, David Dennison précise :

« Nous souhaitons créer une proximité avec nos partenaires : distributeurs, start-ups, marques et fournisseurs. Etre à l’écoute de nos partenaires, c’est être à l’ écoute du marché et pour nous de proposer une meilleure sélection de produits innovants. »

Un enjeu en effet, surtout sur un marché émergent comme celui de l’Internet des Objets.

Prendre contact avec Innodoo

Article proposé par INNODOO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *