in ,

Intel mise sur la puissance de ses puces et l’IoT

intel

Intel a mis fin à l’exploitation de ses puces Atom SoFIA et Broxton. Ainsi, la firme dit adieu au marché des smartphones et des tablettes non convertibles, et préfère baser sa stratégie sur des SoC haute performance. 

En 2015, le numéro un mondial des semi-conducteurs lançait ses premières puces intégrées SoFIA lors du Mobile World Congress, à Barcelone. Premier circuit intégré combinant le processeur d’application (en charge des fonctions de PC de poche) et le modem cellulaire (qui se charge des fonctions de réseau), l’engin avait tout pour plaire…Néanmoins, la société a expliqué à PCWorld qu’elle ne considérait plus les tablettes comme un marché à part.

Intel délaisse ses puces…

Après avoir annoncé se séparer de 12 000 de ses employés dans les mois à venir, Intel met fin au long combat pour l’IoT. La firme avait dépensé des milliards de dollars dans le développement de processeurs pour mobile. Devant la dégringolade du marché de l’ordinateur, quoiqu’en dise la loi de Moore, le groupe va délaisser ses Atom X5 « Cherry Trail », systèmes de puce au rapport performance par watt intermédiaire. A la place, la compagnie préfère se doter de Pentium et Celeron de la génération « Apollo Lake », en vue de compléter le Core M, qui est plus populaire auprès des constructeurs que l’Atom « Cherry Trail ».

Si Intel a pris cette décision, c’est qu’il est compliqué pour la firme de se placer sur deux marchés (tablette et smartphone) où la concurrence devient rude et les marges très faibles pour les concepteurs de composants. C’est pourquoi la firme se centre sur le haut de gamme plutôt que perpétuer des puces qui seraient amenées à disparaître, excepté dans le secteur des serveurs.

…et rebondit sur l’IoT

Son licenciement massif et son abandon des puces pour mobiles et tablettes va lui lui permettre d’investir dans le secteur de l’IoT. Contrairement au marché de l’ordinateur fixe qui dégringole, celui des objets connectés part en flèche. Ses revenus ne cessent d’augmenter, et au quatrième trimestre 2015, ils ont progressé de 15% grâce au cloud computing, selon le cabinet d’étude Technology Business Research. Si la vente des processeurs a connu une chute de 14% sur le dernier trimestre, celle du Cloud est 9% supérieure par rapport à l’année dernière.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.