zeiss realité virtuelle

[Interview] Quand Zeiss fait le pari de la réalité virtuelle

Entreprise encore trop peu connue du grand public, et du public français surtout, Zeiss totalise pourtant plus de 160 ans d’expérience dans l’industrie technologique. Le groupe d’origine allemande propose des solutions dédiées à l’industrie des semi-conducteurs, de l’automobile et des machines-outils, mais aussi à la recherche biomédicale, à la technique médicale, ainsi qu’à l’optique multisecteur (lunettes, appareils photo et vidéo, jumelles et planétariums). Depuis quelques mois, l’entreprise centenaire s’est également lancée dans l’aventure de la réalité virtuelle, en commercialisant son premier casque de réalité virtuelle, le Zeiss VR ONE. À cette occasion nous avons décidé d’en apprendre un peu plus sur cette entreprise étonnante, et avons rencontré l’un des chefs de produit du groupe, Franz Troppenhagen. 

OBJETCONNECTE.COM : Comment êtes-vous arrivés sur le marché de la réalité virtuelle ?

Installez le VPN le plus RAPIDE de la planète !
Pour 3,11€ par mois seulement

ZEISS : Pour la petite histoire, ce sont certains de nos ingénieurs qui ont commencé à discuter l’an dernier entre eux de réalité virtuelle, en testant les produits qui étaient déjà sortis sur le marché, à l’exemple de l’Oculus. Ils ont alors commencé à réfléchir à comment utiliser le savoir-faire de Zeiss au service de cette nouvelle technologie, qui n’est pas si lointaine de ce que nous faisions déjà dans notre cœur de métier, avec les lentilles et les lunettes. Et c’est ainsi qu’au fil des discussions, ils en sont arrivés à la conclusion qu’ils pouvaient faire de meilleurs verres pour ce produit. C’est pourquoi nous nous sommes lancés dans cette aventure. On a commencé en mai 2014 à réfléchir à ce projet, et à peine 6 mois plus tard nous avons sorti notre produit, le Zeiss VR One.

O.C : Aujourd’hui qui sont les clients de la réalité virtuelle ?

recherche Zeiss

Quand nous parlons de clients chez Zeiss, nous entendons d’un côté les « consommateurs » – qui ont un iPhone ou un smartphone et en ont un usage personnel ou professionnel, et de l’autre nos clients dans l’univers professionnel. Nous avons compris dès la sortie des premiers produits de réalité virtuelle qu’il y avait beaucoup d’opportunités sur ce marché émergent. Mais c’est un marché qui a besoin d’être analysé, testé, vérifié et développé, et dont personne n’a encore perçu toute la potentialité.

En BtoB, il y a différentes entreprises qui utilisent déjà ou auraient le besoin d’utiliser la réalité virtuelle, dans un cadre professionnel. C’est l’exemple du marketing : à l’occasion d’un show, l’intérêt d’avoir recours à la VR. est réel, car cela peut amener le consommateur dans un univers virtuel et l’absorber complètement avec le produit que l’on veut lui montrer. Et donc  un excellent moyen de faire une présentation-produit efficace.

Mais on pourrait aussi envisager dès aujourd’hui une foule d’autres usages avec la réalité virtuelle. On pourrait par exemple s’en servir pour s’entraîner de façon virtuelle : prenons l’exemple du permis de conduire pour lequel on a besoin de passer de l’application théorique à la pratique. La VR pourrait permettre d’apprendre les bases dans un environnement virtuel, et donc sécurisé. Mais aussi de s’habituer à l’environnement réel grâce à la visualisation.

O.C : La réalité virtuelle est-elle un virage pour Zeiss ?

ZEISS lunettes

En fait nous travaillons dans ce genre d’environnement depuis longtemps, on a par exemple développé un Cinemazer, dès 2008, et d’autres technologies, certes pas aussi immersives que la V.R., mais s’en approchant. Mais chez Zeiss nous avons quelque chose de différent, une vraie connaissance et un vrai savoir-faire dans le domaine de l’optique. Et c’est pourquoi nous avons quelque chose à réaliser sur le marché de la réalité virtuelle, car nous pouvons et pourrons fournir les meilleures performances optiques dans ce domaine.

C’est d’ailleurs notre objectif sur le long terme : de proposer ce qui se fait de mieux sur le marché en terme d’optique. Aujourd’hui notre casque a une vraie force, outre la qualité du verre, et c’est que notre technologie permette de  voir clairement l’image même si les lunettes ne sont pas parfaitement positionnées sur votre visage. C’est quelque chose de très difficile à obtenir en terme de design optique.


O.C : Où en est le marché de la réalité virtuelle ?

Réalité Virtuelle
Une immersion en montgolfière testée par des visiteurs du Mobile World Congress 2015 sur le stand SK telecom

Ce n’est pas encore en train de « boomer », ça a tout juste commencé en fait. Et même si le sujet de la réalité virtuelle est aujourd’hui sur de nombreuses lèvres, et cela depuis plusieurs années maintenant, nous ne connaissons actuellement que les prémices de ce marché. C’est maintenant que c’est en train de sérieusement émerger. Et aujourd’hui, avec les lunettes, ce qu’il faut développer en parallèle est le contenu ! Car sans contenu, cette technologie ne servirait à rien, et ne pourrait pas être montrée.

OBJETCONNECTE.COM : Pourquoi ZEISS reste encore tant anonyme en France ?

Zeiss

Franz Tropenhaggen : Et bien pour être franc, je ne sais pas pourquoi. Alors qu’il y a un vrai potentiel sur le marché français. Mais je pense que tout est une question de marketing, nous avons certainement encore besoin de montrer aux Français que nous sommes là, et que nos produits sont bel et bien disponibles sur le territoire. Tout est question de communication, et de messages à délivrer : je pense que cela prend du temps. C’est notre vrai challenge actuel : car notre produit est disponible partout dans le monde, désormais nous avons simplement besoin d’en informer le reste du monde.

O.C : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les ventes du VR ?

VR ONE

F.T : C’est une information que nous avons décidé de ne pas rendre publique pour le moment. Nous avons seulement lancé le produit en décembre dernier. Et notre objectif aujourd’hui est d’atteindre un million de ventes.

Mais avant d’atteindre un tel objectif, il faut du temps pour que les gens comprennent ce qu’est le produit. La réalité virtuelle grand public n’existe que depuis un peu moins de deux ans, et il reste difficile de vendre un produit à un public qui ne sait pas encore complètement ce que c’est, et à quoi cela peut servir. On pourrait en parler pendant des heures, mais rien ne remplace l’expérience d’un nouveau produit. Donc il faut attendre que les gens fassent l’expérience et que la parole se propage. Ça prend du temps, mais ça va venir. En plus les gens ont besoin de comprendre quels sont les bénéfices amenés par cette nouvelle technologie. Et seule l’expérience le leur montrera.

Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?

F.T : Notre volonté est d’être des acteurs très actifs du marché de la réalité virtuelle, mais également d’aider ce marché à croître. Et ce, avec une bonne santé, afin que chaque consommateur bénéficie de la meilleure VR expérience possible. Et c’est un travail de groupe entre les différents acteurs de ce marché, pour que l’émulation prenne et que ces produits bénéficient d’une bonne réputation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *