in ,

[Startup Tour] Intesens surveille les activités industrielles à distance grâce à ses capteurs connectés

Intesens

Diagnostiquer l’état des équipements, surveiller les machines et les infrastructures à distance, c’est la promesse de la startup Intesens. Promesse qu’elle tient grâce à des capteurs connectés et sa technologie, nommée Idiag.

La jeune startup toulousaine a été créée en 2009. Elle s’est notamment fait connaître dans le domaine ferroviaire en acquérant la SNCF comme client principal, ainsi que dans celui de l’énergie avec EDF.

Intesens

[author title= »Xavier Lafontan, président et cofondateur d’Intesens » image= »https://www.objetconnecte.com/wp-content/uploads/2015/10/intesens-xavier.jpg »]diplômé d’un doctorat délivré par l’université de Montpellier, Xavier Lafontan est ingénieur électronique. Il a commencé sa carrière professionnelle en étant ingénieur analyste pour Memscap pendant deux ans, avant de présider MVM Group. Il est aujourd’hui également à la tête d’Elemca, un laboratoire d’analyse des défaillances des systèmes embarqués, et d’Intesens.[/author] [author title= »Mathieu Sacrispeyre, CEO et cofondateur d’Intesens » image= »https://www.objetconnecte.com/wp-content/uploads/2015/10/intesens-mathieu.jpg »]diplômé d’un master délivré par l’école supérieure d’ingénieur de Luminy et d’un MBA de l’IAE de Toulouse en management, Mathieu Sacrispeyre est a plusieurs cordes à son arc. Il a commencé en étant développeur (Digitech, l’université d’Ontario), puis ingénieur sofware, manager (Nova Mems) puis CEO d’Intesens.[/author]

Les grandes entreprises dans le viseur

« On a commencé avec EDF », se souvient Xavier Lafontan. La société avait alors un problème de casse centrale électronique. « Leurs composants avaient trop chaud, mais nous ne savions pas pourquoi. Nous ne connaissions pas la raison de la casse », précise- t-il. Solution: mesurer l’environnement des cartes électroniques.

Second client: Alstom, qui menait une campagne d’énergie électronique sur les tramways. « Ils voulaient savoir comment l’énergie est consommée sur les tramways. On leur a proposé un suivi à distance grâce à un électrocardiogramme, qui suit les signes vitaux de la carte électronique », argue Xavier Lafontan.

Sur les rails de la SNCF

Un capteur Intesens
Un capteur Intesens

En 2011, la SNCF a besoin de faire des mesures sur les rails, pour prévenir les déraillements. Intesens propose une solution: placer des capteurs et, dès qu’une anomalie est détectée, une alerte se déclenche. Elle envoie ensuite un message à l’opérateur grâce à un réseau bas débit comme Sigfox.

« Grâce à cette solution de maintenance, nous avons gagné, cet été, le grand Prix de l’innovation »

La startup a également remporté le SNCF digital challenge dans la catégorie « infrastructures connectées » en juillet et le concours ERDF en septembre.

La méthode d’Intesens

Capteurs Intesens

Intesens propose donc aux industriels des capteurs autonomes pour relever les données environnementales de l’équipement défaillant. « Nous démarrons par une instrumentation pour surveiller le défaut grâce à des études et une mise en situation des cartes électroniques, pour analyser le phénomène », précise Xavier Lafontan.

Une première étape qui permet de déterminer si surveiller l’équipement vaut le coût.

Une fois installés, les capteurs communiquent par le biais du réseau Sigfox.

« Ensuite, nous exploitons les données collectés grâce à des serveurs présents sur le cloud. On stocke les données, on les analyse puis on rédige des alertes et des rapports », ponctue-t-il. Des documents accessibles sur la plateforme de télédiagnostic Idiag web.

Des analyses « à forte valeur ajoutée »

L'équipe Intesens et celle d'Elemca labo à la connectedrun. Photo Twitter
L’équipe Intesens et celle d’Elemca labo à la connectedrun. Photo Twitter

Si on prend l’exemple de la SNCF, les capteurs d’Intesens surveillent les caténaires et les rails, grâce à la solution Idiag. « Sigfox nous fait remonter six valeurs puis nous analysons les signaux émis par les capteurs pour détecter les traces d’un défaut », précise Xavier Lafontan.

Idiag surveille la surchauffe des rails grâce à la connexion des témoins de température et mesure les déformations du rail lors du passage d’un train.

En effet, si le rail se déplace de quatre centimètres, le train court un risque de déraillement.

« Nous nous distinguons de la concurrence en nous spécialisant dans la technique. Nous travaillons avec des capteurs connectés à forte valeur ajoutée. Les retours sur investissement sont très courts »

Une gamme d’objets connectés en projet

Futurs capteurs Intesens

Prochaine étape pour la startup: accélérer l’industrialisation d’une gamme complète d’objets connectés, dédiés à la maintenance pour les équipements industriels et tertiaires. Elle a d’ailleurs levé, dans ce sens, 800.000 euros auprès de ses investisseurs historiques.

« Nous avons prouvé que, technologiquement, nous tenons la route. Maintenant, nous allons travailler sur un déploiement sur des réseaux entiers »

5 questions à Intesens

quelle-cle-de-votre-succes-800x66

Nous arrivons à produire une offre multi-technique (physique et mécanique) et nous nous appuyons sur une équipe radio pour sortir et connecter les signaux. Sans oublier notre équipe technique, qui développe des outils ergonomiques.

quel-est-obstacle-majeur-que-vous-ayiez-eu-a-surmonter-800x66

Traverser la vallée de la mort, soit convaincre les ingénieurs. Il a fallu passer de l’étape du concept pour arriver à celle du développement puis du déploiement à grande échelle du produit.

quels conseils entrepreneurs marché iot

Il faut être patient, courageux et bien s’entourer, car le réseau est très important. Il faut aussi être réactif pour s’adapter rapidement. En effet, entre ce qu’on prévoit de faire et la réalisation concrète, il y a différentes étapes. Et si la boîte grandit, ça change la donne.

Quel-est-l-etape-cle-a-franchir-800x66

Quand j’ai rencontré les directeurs de la SNCF et que je me suis rendu compte qu’ils partageaient la même vision stratégique que moi.

Comment financer son lancement

Nous avons adopté une solution sur mesure grâce à un financement additionnel (EDF, Alstom, SNCF). Des contrats d’études nous ont financé et mon activité en laboratoire a été un vrai soutien. En 2010, nous avons bénéficié d’un business angel qui nous a permis de nous développer au niveau commercial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.