in

IoT et durabilité : pour quel impact environnemental ?

IoT impact environnemental

L’Internet des objets, ou IoT, est un terme général qui fait référence à tout système d’appareils informatiques ou de machines connectés les uns aux autres via un réseau sans fil. Les appareils IoT peuvent collecter et partager des données, et agir sur ces données pour automatiser les décisions intelligentes. Cela a toutefois une conséquence indéniable sur l’environnement.

Il existe d’innombrables applications pour tirer parti de l’IoT. Cela peut aller d’un système domotique avec une sonnette, un thermostat et un système de sécurité interconnectés, à toute une ville intelligente avec des centaines d’objets interconnectés différents. Inévitablement, la production et la consommation d’IoT engendrent quelques complications notables sur le plan environnemental. Une approche technologique viable pour faire face aux problèmes de durabilité environnementale est donc des plus recommandées.

Services numériques et changement climatique

L’assaut des services numériques signifie que les centres de données représentent actuellement environ 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La vitesse de croissance de ce secteur n’est égalée que par celle du transport aérien. Les centres de données alimentent le streaming musical et vidéo, les médias sociaux, les loisirs et l’informatique en nuage. 

Outre une consommation d’énergie massive, les serveurs génèrent beaucoup de chaleur. Ils ont également besoin d’énormes quantités d’énergie pour rester froids. Selon les informations disponibles, les entreprises mondiales s’efforcent déjà d’atteindre l’objectif de 100 % d’énergies renouvelables par rapport à la consommation annuelle d’électricité.

Une enquête sur l’état de la durabilité environnementale mondiale dans la conception des centres de données dresse un tableau sombre. Sur les 361 décideurs informatiques interrogés, seuls 28 % tiennent compte des questions environnementales dans le choix de la technologie des centres de données. 

Faire en sorte que les centres de données fonctionnent uniquement à l’aide d’énergies renouvelables est un véritable défi. Et encore, il ne s’agit là que d’une fraction de l’effort à fournir en matière de durabilité dans le domaine numérique. Un effort à fournir notamment avant de commencer à voir des changements tangibles. 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies prévoit que les températures moyennes pourraient augmenter de 2 degrés Celsius d’ici 2050. Cela peut avoir un impact considérable sur la biodiversité et les écosystèmes. Une crise climatique est déjà à notre porte. Et si les gouvernements s’efforcent d’établir des objectifs réalisables, la réalité de leur mise en œuvre et de leur faisabilité doit encore être mise à l’épreuve.

L’IoT et la prochaine évolution numérique

Dans le cadre du deuxième tournant numérique, l’Internet des objets améliore la vie des ménages. En effet, l’IoT contribue à l’optimisation du confort humain. Cela dit, il introduit également une nouvelle prise de conscience dans la façon dont on aborde les choses. 

Les appareils, à leur tour, deviennent de plus en plus réactifs. Des paysages urbains entiers sont en train de changer. Les rues et les bâtiments sont désormais recouverts d’une voûte numérique composée de dispositifs IoT en réseau. Les capteurs redirigent le trafic et améliorent l’efficacité énergétique au sein de la ville dans le cadre d’une interpénétration concertée entre les personnes et les objets.

On assiste à un changement dans la façon même dont on conceptualise les architectures de données. Les architectures numériquement intelligentes ne ressemblent plus à ce qu’elles étaient auparavant. L’IA de deuxième génération, le Big Data et l’informatique en nuage bouleversent la façon dont les objets sont fabriqués. Cela concerne donc leur apparence, leur manipulation et la façon de penser qui les sous-tend.

On vit actuellement dans un monde de connectivité, d’immédiateté et de transversalité accrues. La disparition croissante de la frontière entre l’humain et le non-humain entraîne également une nouvelle prise de conscience des préoccupations environnementales. En effet, des solutions combinant l’IoT et la durabilité sont déjà en place pour ralentir le cours du changement climatique. 

Les innovateurs jouent un rôle actif pour aligner les dispositifs IoT sur les normes internationales en matière de protection du climat. Par la même occasion, ils cherchent des approches clés pour faire en sorte que l’IoT soit favorable à l’environnement.

Les innovations IoT dans le développement durable

Des stratégies pratiques sont déployées dans le secteur de l’énergie, l’agriculture de précision et le transport maritime de marchandises.

L’énergie

En tant qu’acteur majeur de la responsabilisation, le secteur de l’énergie cherche des moyens de s’amender et de réduire l’impact carbone. Un nombre croissant de recherches et de rapports émanent à la fois d’institutions publiques et du secteur privé. 

On constate la présence de solutions de première ligne en matière de récolte d’énergie, d’optimisation opérationnelle dans les parcs éoliens et les centrales électriques. En plus de cela, des scénarios de déploiement de systèmes de gestion de l’énergie utilisent les tendances actuelles d’intégration des plateformes IoT.

L’IoT facilite les tâches typiques telles que la maintenance et les rapports automatisés. Il facilite aussi la collecte de données, l’analyse et l’optimisation des réseaux intelligents. Sa présence est également établie lorsqu’il s’agit d’appareils domestiques intelligents pour le chauffage, la climatisation et l’éclairage. 

Les capteurs IoT permettent de réduire la consommation d’énergie. Ils offre aussi la possibilité de générer des énergies renouvelables sur place et de mesurer la consommation de carbone et les déchets. Un rapport récent a révélé que les mesures « intelligentes » dans le secteur de l’énergie devraient permettre d’économiser plus de 2 milliards de tonnes de dioxyde de carbone par an.

L’agriculture de précision

L’agriculture de précision alimentée par l’IoT peut être un autre facilitateur de changement. Produire plus et gaspiller moins est la principale raison d’être des solutions agricoles intelligentes et axées sur les données. 

L’IoT est déjà en place lorsqu’il s’agit de surveiller les cultures et l’état des sols. Il propose également son aide en dépistage et traitement d’animaux d’élevage. L’IoT aide aussi dans la réduction d’émissions de gaz à effet de serre. 

L’irrigation agricole est également en jeu. La pénurie d’eau est un problème de premier plan, l’agriculture représentant 90 % de la consommation mondiale d’eau. Les systèmes d’irrigation compatibles avec l’IoT optimisent la consommation d’eau et minimisent le gaspillage.

Le transport maritime de marchandises

Le transport maritime de marchandises est un autre domaine qui nécessite une attention particulière. Transportant 90 % des marchandises échangées dans le monde en volume, les cargos océaniques acheminent du pétrole, de l’électronique, des vêtements et de la nourriture. 

Principal moteur de l’économie mondiale, le transport maritime de marchandises consomme environ 300 millions de tonnes de carburant sale par an. Il en résulte 949 millions de tonnes de dioxyde de carbone. L’industrie du transport maritime produit, à elle seule et pour elle-même, près de 3 % des émissions de carbone dans le monde. 

L’adoption précoce de la surveillance et du réacheminement par l’IoT pour le transport océanique de marchandises peut réduire la consommation de carburant jusqu’à 15 %.

Une autre spécialité de l’IoT, la maintenance prédictive, peut éviter les révisions qui durent une semaine et faciliter les réparations en temps voulu. À long terme, cela peut prolonger le cycle de vie des flottes existantes. Il peut aussi minimiser le besoin de rajeunissement de la flotte.

Comment réduire l’empreinte carbone grâce à l’IoT ?

L’IoT a facilité la connectivité, l’amélioration de la réactivité, l’automatisation quasi-totale et le passage de produits statiques à des services accessibles à tous.

Une analyse officielle de la Commission européenne datée de novembre 2018 désigne l’Internet des objets comme un facilitateur de transition. En effet, les bâtiments, les appareils et les systèmes énergétiques des bâtiments peuvent être synchronisés pour optimiser les flux d’énergie et réduire les émissions. Une fois pleinement opérationnel, l’IoT devrait permettre de réduire les émissions mondiales de carbone d’environ 20 %.

L’évolution vers une sensibilisation accrue aux questions environnementales est l’occasion pour les entreprises de regarder au-delà de la gestion traditionnelle du climat. La mise en œuvre de solutions novatrices se fait à tous les niveaux organisationnels imaginables. 

La combinaison de l’IoT et de la durabilité présente de nombreux visages. Elle connecte différents appareils et des équipements d’ancienne génération. Elle permet aussi de surmonter l’obstacle des friches industrielles et se faire réellement recâbler pour l’IoT sont autant de défis à relever. 

L’une des possibilités consiste à introduire des solutions légères d’activation de l’IoT, telles que les plateformes IoT. Celles-ci incluent leur propre infrastructure et leur propre chaîne d’outils.

Un studio de développement IoT pour plus de connectivité et moins d’émissions de carbone

Des acteurs éco responsables ont travaillé sur un studio de développement IoT industriel (IIoT) doté de capacités de gestion des appareils IoT et de développement d’applications. Le studio de développement IIoT de Record Evolution permet aux entreprises de créer, configurer et gérer des essaims de dispositifs au sein d’une plateforme numérique entièrement personnalisable et évolutive. 

La gestion à distance des appareils, le développement d’applications à distance et le déploiement d’appareils sont proposés dans un cadre SaaS intuitif et facile à utiliser.

Plus précisément, le studio de développement IoT de Record Evolution permet d’intégrer un studio de science des données en nuage pour charger des données IoT. On y effectue des analyses avancées. On y forme également des modèles d’apprentissage automatique que l’on peut déployer sur les appareils IoT. Il est aussi possible de lancer ces applications sur les appareils IoT en quasi temps réel. Il permet aussi d’obtenir un retour instantané des appareils.

De cette façon, les entreprises peuvent créer une solution IoT complète englobant :

  • La collecte de données
  • L’analyse
  • La formation de modèles ML
  • La gestion des appareils
  • Le développement d’applications 
  • Le déploiement d’applications par voie aérienne

Un tel effort a pour but de construire un service allégé qui unit l’IoT et le développement durable. Ils sont ensuite unifiés avec les atouts combinés de la connectivité IoT et du cloud computing.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.