Accueil > Business > IoT, qu’est-ce que c’est ? Définition, chiffres, usages et marché

IoT, qu’est-ce que c’est ? Définition, chiffres, usages et marché

Les objets connectés font petit à petit leur nid dans les foyers. Désormais, certains ne peuvent plus vivre sans les produits électroniques comme les smartphones, les montres connectées, les chaussures intelligentes et autres. Dans un contexte plus large, c’est L’Internet des Objets, l’IoT qui s’impose.

Définition de l’IoT ou Internet des Objets

iot internet des objets

Plus connu sous son sigle anglais IoT (Internet of Things en anglais), l’Internet des Objets ou IdO est la matérialisation d’Internet dans le monde réel. Il concerne tous les objets, voitures, bâtiments et d’autres éléments reliés à un réseau d’Internet physique par une puce électronique, un capteur, une connectivité réseau leur permettant de communiquer entre eux, de collecter et d’échanger des données.

Grâce à l’IoT, ces matériaux peuvent être contrôlés et suivis à distance à travers une infrastructure réseau existante. Ainsi, ils créent l’opportunité d’une intégration plus directe d’Internet dans les systèmes informatiques. En résultent une optimisation de la production, plus de précision et des avantages économiques intéressants grâce aux données recueillies. Les objets en combinaison avec le Big Data permettent d’obtenir des informations primordiales pour les entreprises et les particuliers.

Quand l’IoT est accompagné de capteurs et d’actionneurs, la technologie entre dans la catégorie des systèmes cyber-physique, qui englobent également des technologies telles que les réseaux de distribution d’électricité intelligents (Smart Grid), la domotique, le transport intelligent et les villes intelligentes.

Chaque objet connecté est identifiable de façon unique grâce à son système informatique embarquée, mais il est également capable d’interagir au sein de l’infrastructure Internet existante.

En fait, l’IoT est censé offrir une connectivité de pointe des outils, des systèmes et des services allant au-delà de la simple communication machine à machine (M2M). Il recouvre une variété de protocoles, des domaines et d’applications.

L’interconnexion de ces systèmes embarqués (y compris les objets intelligents) devrait ouvrir la voie à l’automatisation dans presque tous les domaines, permettre l’élaboration d’applications de pointe comme un réseau d’électricité intelligent, et élargir les possibilités à l’échelle d’une ville de la taille d’une métropole.

Le terme IoT lui-même a été créé en 1999 par l’entrepreneur britannique Kevin Ashton quand il travaillait chez Auto-ID Labs.

Dans le domaine de l’IoT, les objets dont on parle peuvent se référer à une multitude de puces, machines, engins, appareils, etc.

Par exemple, on peut parler des stimulateurs cardiaques, des biopuces sur les animaux, de la domotique, des dispositifs de surveillance des modifications génétiques sur les êtres vivants, les outils d’aide à la recherche de corps vivant lors des opérations de sauvetage effectuées par les pompiers, etc.

Dans le domaine de l’électroménager, on peut évoquer les systèmes de thermostat actuels ou encore la machine à laver qui emploient la commande à distance par Wi-Fi. Ces objets recueillent les données importantes dans la réalisation, l’étude ou l’élaboration d’un sujet précis et celles-ci sont ensuite communiquées à d’autres appareils.

L’Internet des Objets en chiffres

iot objets connectes

Liste des pays les plus connectés en 2015

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié en 2015 la liste par ordre décroissant des pays les plus connectés par tranche de 100 habitants.

  • La Corée du Sud se trouve en tête de cette liste avec une utilisation de 37,9 d’objets connectés pour 100 habitants.
  • Le Danemark se situe à la 2e place avec 32,7 objets connectés pour 100 personnes.
  • Ensuite, nous avons la Suisse avec 29 objets connectés pour 100 individus.

Les États-Unis sont à la quatrième place avec 24,9 outils connectés pour 100 personnes. Au 5e rang, il y a les Pays-Bas (24,7). Ce pays est suivi par l’Allemagne (22,4), l’Espagne (19,9), la France (17,6) et le Portugal termine le top 10 avec 16,2 dispositifs connectés pour 100 habitants.

En Europe, la Russie est le pays le moins connecté avec 4,9 objets connectés par 100 individus seulement. Elle occupe la 23e place de ce classement. En Turquie, il y a seulement 2,3 sur 100 personnes d’objets connectés et 0,6 en Inde. Elle termine ce top 25.

IoT : estimation du nombre d’objets concernés à l’avenir

iot smartwatch montre

Les experts estiment à 50 milliards le nombre d’objets connectés d’ici 2020. L’estimation de l’Institut fédéral suisse de la Technologie (ETH de Zurich) est encore plus élevée avec un chiffre allant jusqu’à 150 milliards d’objets connectés en 2025.

Avec cette prévision, le nombre de données générées devrait doubler toutes les 12 heures, contrairement en 2015 où cela ne s’est produit que tous les 12 mois. Afin de limiter les problèmes de sécurité, le filtrage des informations qui circulent sera renforcé grâce à des algorithmes plus performants.

Un danger existe déjà quant à la protection de la vie privée et des données personnelles en ligne. L’ETH encourage dès à présent l’élaboration de systèmes de protection en faveur de l’utilisateur.

D’autres chiffres intéressants à connaître sur l’Internet des Objets

  • Les distributeurs de billets automatiques sont les premiers objets connectés au monde. Ils ont vu le jour en 1974.
  • 87 % de la population mondiale ne connaît pas ce c’est qu’est l’IoT.
  • Le nombre d’outils connectés a dépassé le nombre d’êtres humains sur Terre depuis 2008.
  • 223 %, c’est le pourcentage d’augmentation des ventes des wearables en 2015.
  • 6,1 milliards de personnes auront un smartphone en 2020 selon les estimations.
  • Les constructeurs ont vendu plus de 1,4 milliard de smartphones en 2015.
  • En 2020, le monde disposera de 250 millions de voitures connectées.
  • Il y aura 10 millions de vêtements connectés en 2020.
  • Le marché de la RFID (Radio-Identification) doublera en 2020 (il atteindra donc 22 milliards de dollars).
  • Le nombre de connexions de Machine à Machine sera multiplié par 5 en 2024 ( il y a eu 5 milliards en 2015).
  • Toujours d’ici 2020, l’estimation de l’impact économique mondial de l’IoT dans le monde atteindra 11 000 milliards de dollars, selon les prévisions de McKinsey & Company.
  • L’Internet des objets du domaine industriel (I IoT) pourrait atteindre une valeur de 15 000 milliards de dollars d’ici 2035 selon General Electric.
  • Une cuisine connectée permet d’économiser jusqu’à 15 % sur la consommation d’énergie dans les années à venir.
  • 4 600 milliards de dollars, c’est l’estimation de revenus engendrés par l’utilisation de l’IoT par le gouvernement américain d’ici 10 ans, selon l’entreprise Cisco.

L’usage de l’Internet des Objets

Les différents systèmes de l’IoT

Il est important de comprendre que l’IoT ne fait pas référence à une seule technologie. C’est un concept englobant plusieurs techniques en même temps. Il faut donc penser à plusieurs systèmes à la fois quand on parle de cette notion.

Voici la liste des différents systèmes impliqués dans l’IoT :

  • Identification : Authentification de chaque objet et récolte des informations qu’il a emmagasiné.
  • Capteur : Collecte de données dans le but d’améliorer les capacités de l’appareil.
  • Connexion entre les différents systèmes.
  • Intégration : Intégration de système pour une diffusion interne des données.
  • Traitement d’informations : Accumulation de données et leur analyse dans le but de prendre une décision ou entreprendre un projet spécifique.
  • Réseau : Émission de données en ligne et dans le monde réel.

Les domaines d’usage de l’Internet of things

iot industrie

L’Internet des Objets concerne donc plusieurs domaines. Premièrement, il y a les médias. Le temps de l’approche classique des médias de masse est désormais révolu avec une communication des informations qui va directement vers chaque individu grâce au Big Data.

En même temps, les consommateurs reçoivent les informations à des moments optimaux avec leurs propres objets high-tech. Cela permet bien évidemment de servir, ou transmettre, un message ou un contenu qui est (supposément bien sûr) en adéquation avec l’état d’esprit du consommateur.

L’environnement profitent des objets connectés puisqu’ils facilitent la surveillance environnementale. Les conditions du sol, la pureté de l’air, la propreté de l’eau, la pression atmosphérique, etc. tout cela peut désormais être mesuré au millième près dans cet objectif ou encore pour mieux prévenir les catastrophes naturelles. Les scientifiques arrivent même à étudier les animaux sauvages et leurs habitats naturels grâce à des appareils connectés.

Les manufacturiers ont beaucoup à gagner en utilisant les machines connectées à l’IoT. Elles assurent la gestion et le contrôle des processus de fabrication. Elles interagissent avec le réseau Internet. Ces démarches deviennent plus rapides et sophistiquées avec des ordinateurs qui surveillent la manufacture de la création à la logistique en passant par la fabrication proprement dite avec des machines mises en réseau.

L’Internet des objets s’applique aussi dans le domaine de la gestion des infrastructures. Ici, on parle de ponts, de systèmes ferroviaires, de parcs de panneaux photovoltaïques ou encore de grandes installations urbaines et rurales, même les installations en mer. Les appareils connectés assurent la sécurité et le bon fonctionnement de ces éléments dans ce cas en analysant les données recueillies en temps réel pour mieux évaluer les risques de danger ou de panne.

L’IoT joue un rôle important dans la plupart des grandes avancées médicales actuelles. Il intervient principalement dans les appareillages médicaux. Cela va des plus petits et outils pratiques comme les bracelets connectés sportifs, qui disposent de cardiofréquencemètre, aux appareils électroniques de contrôles des implants ou encore aux appareils auditifs avancés. De même, le domaine du bien-être et de l’assistance au quotidien des seniors est envahi par les appareils entrant dans la catégorie de l’IoT.

iot mesure

La gestion de l’énergie de la domotique aux grands parcs d’éoliennes figure également parmi les champs d’application de l’Internet of Things. Depuis quelques années déjà, les appareils interconnectés, capables de gérer la consommation d’énergie, existent dans les bâtiments les plus modernes. La domotique gagne même de plus de plus de terrain en conquérant de nouveaux adeptes chaque année. Ici, son enjeu est principalement de réduire les dépenses énergétiques et de minimiser l’impact environnemental des appareils électroménagers.

La sécurité, tout comme la domotique, est assurée par les objets connectés et communicants entre eux. C’est surtout le cas pour la protection des divers bâtiments dans les zones urbaines. Les systèmes d’alarme actuels sont tous basés par l’interconnexion de plusieurs caméras de surveillance, de détecteurs de mouvements, d’alarme et d’un ordinateur central qui contrôle l’ensemble.

Ce n’est pas tout, car le transport, la géolocalisation, le sport et bien d’autres domaines se tournent de plus en plus vers les objets communicants entre eux pour une amélioration des résultats et une meilleure prise de décision.

Le marché mondial de l’Internet des objets

iot world forum

Le cabinet spécialiste dans l’analyse de la télécommunication, d’Internet et du marché médiatique, IDATE DIGIWORLD a réalisé une étude massive sur le marché de l’Internet des Objets en 2015. Les résultats de ses recherches permettent de répondre aux questions que la plupart des gens se posent encore aujourd’hui comme « est-ce que le marché de l’IoT décolle vraiment ? », « quel est le meilleur business modèle pour profiter de ce marché ? » ou encore « quel domaine choisir pour réellement en tirer profit ? »

Voici les chiffres faisant office d’éléments de réponse :

  • Le marché mondial des objets connectés a presque doublé en 2013 et 2015 et sera triplé d’ici 2018.
  • On atteindra une base installée de 120 milliards d’objets connectés en 2025.
  • Les réglementations et les politiques publiques encouragent le développement du marché des services connectés.
  • Le marché mondial de l’Internet of Things est subdivisé en plusieurs secteurs : l’électronique, les utilitaires, la sécurité, les appareils mobiles, l’automobile, le commerce, la domotique, les villes intelligentes, la santé et bien-être, le transport ainsi que l’élevage fermier et domestique.
  • Si on ne parle que de la France, la valeur du marché de l’IoT en 2015 est estimée à 10 milliards d’euros. C’est encore faible selon les économistes. Toutefois, le taux de croissance annuelle de ce marché séduit de plus en plus d’investisseurs puisqu’il atteint 15 % .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend