in ,

Maison connectée : L’IoT se démocratise, mais ne règne pas encore

maison connectée sécurité the wires

Dans un article pour Wired, David Pierce revient sur la démocratisation de l’IoT dans la maison connectée, sur le fait qu’il soit partout, mais qu’il ne s’est pas encore imposé. La raison selon le journaliste ? L’absence de standards pour le moment.

L’IoT affole les compteurs. Les cabinets d’étude multiplient les prédictions pour connaître le nombre d’objets connectés à l’horizon 2020. IDC parle de 20 milliards de produits de ce genre, Gartner 25 millions tandis que Juniper Research évoque 38,5 milliards d’appareils.

Le futur serait celui d’une maison connectée, d’un environnement intelligent, interconnecté, grâce à l’IoT et aux plateformes Big Data. Pourtant, peu de monde se pose la question de la compatibilité entre les services. D’après David Pierce, journaliste à Wired, le problème ne sera pas résolu immédiatement. Il faut à la fois changer les habitudes des consommateurs et celles des industriels.

Les premiers achètent souvent un produit dans un but précis et n’imaginent pas encore la possibilité qu’un réfrigérateur puisse commander sa nourriture à sa place. En ce sens une étude montre que seulement 7 % des Américains ont imaginé leur maison intelligente. Le changement dans la maison viendra petit à petit, suivant les besoins des consommateurs.

Selon Pierce, les possibilités de l’IoT sont nombreuses, mais personne ne sait ce que cela va donner dans les prochaines années. Il explique que les industriels ne se sont pas encore mis d’accord sur des normes pour que leurs objets fonctionnent dans un même écosystème. Il faut donc embarquer toutes les entreprises dans l’aventure et instaurer des règles communes. Sinon, la compagnie avec la solution la plus pertinente prendra la tête du marché et imposera aux autres la marche à suivre.

La sécurité avant tout

Avant d’accomplir la révolution de l’IoT, il faut combler les failles de sécurité. David Pierce évoque les problèmes que pose la récupération des données privées. De plus, les cas de piratage se sont multipliés en 2015. On peut penser à cette voiture autonome et ce fusil connecté détourné par des génies de l’informatique. Un système de sécurité domotique doit être solide sur ce point, le gérant d’un data center est obligé de rendre son fonds de commerce impénétrable.

A noter que les remarques du journaliste sont bien comprises par les gouvernements et les grandes firmes. Le colloque mené par the Data center for Innovation en est la preuve. L’Europe de son côté compte légiférer en 2016. « Les grandes lignes sont tracées » explique Pierce. Il faut maintenant les suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.