Accueil > Business > E-Santé > PharmaCité : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ! »
pharmacité une

PharmaCité : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ! »

PharmaCité, la deuxième édition du salon consacré à la révolution de la santé connectée a eu lieu le 13 décembre dernier. Cécile, coordinatrice des actions santé nous offre un point de vue original. 

Lors de la deuxième édition de PharmaCité, université des entreprises du médicament, qui s’est tenue mi-décembre à Paris, j’ai entendu qu’il fallait réduire les coûts de la santé sur nos sociétés. J’ai entendu qu’il fallait briser les silos. J’ai entendu qu’il fallait magnifier l’impact de la science sur la santé. J’ai entendu qu’il fallait stimuler l’innovation. J’ai entendu qu’il fallait investir dans la future génération de scientifiques. C’est beau !

Dans ce tourment scientifique, j’ai aussi entendu une certaine voix de la sagesse. En effet, si tout est techniquement possible, cela n’est pas toujours optimum humainement.

Le patient n’est pas seulement un acteur du cheminement médicamenteux, mais il en est son partenaire à part entière. Quant à la révolution scientifique, elle fait partie des grandes révolutions tout comme le Siècle des lumières l’a été pour promouvoir la connaissance et lutter contre l’obscurantisme. Il serait alors de bon ton de la magnifier, un tant soit peu. Mais surtout, si la santé est un droit individuel, c’est un bien collectif.

Une réflexion toujours en cours

Ainsi le Leem, les entreprises du médicament a su réfléchir sur 3 points lors de PharmaCité :
– Garantir aux Français un accès aux meilleurs soins;
– Réconcilier la maitrise des dépenses et l’attractivité industrielle;
– Rendre aux modèles français son efficacité cohérente.

Durant cette grande et studieuse journée, parmi tous les orateurs présents deux voies ont retenu mon attention. Celle de monsieur le député des Alpes-Maritimes Jean Léonetti à l’initiative de la Loi relative aux droits des malades et à la fin de vie. Monsieur le député a expliqué qu’une des facettes de la sagesse c’est d’être en capacité de conquérir les innovations tout en ayant le bon sens d’en connaître ses limites. Tout n’est pas à faire et pas dans n’importe quel sens. C’est du b à ba, mais il semble important face aux innovations de ne pas omettre la conscience dans les débats.

Mais, j’ai surtout entendu Érik Orsenna exposer de façon brillante et claire en moins de 3 minutes que NON avant ce n’était pas mieux qu’aujourd’hui. Que oui la révolution « e santé » libère Chronos et que cette nouvelle donne permet également de développer la prévention. Mais alors quid de la quantification de celle-ci ? Quelle est sa valeur et où focaliser les efforts ? Ces deux interrogations sont restées en suspens.

Pourtant, quand on aborde le sujet de la prévention, il y a tout un pan de l’économie « santé » qui se développe à vitesse grand V. C’est celui des objets connectés & applications de santé. Pour faire cette démonstration à PharmaCité, Daniel Kraft médecin américain, inventeur et innovateur a fait le plaidoyer de la santé connectée et des bouleversements que “l’IoT Health” apporte dans le monde médical.

L’auto diagnostic, une tendance montante

Tout d’abord, un constat : les patients sont, par le biais d’internet, très bien informés des pathologies et échangent énormément sur les plateformes et réseaux sociaux.
Enfin, on assiste à l’émergence d’une batterie d’objets connectés permettant la quantification de données.

Ainsi, les podomètres permettent de connaître les dépenses caloriques, les montres vont mesurer le rythme cardiaque, les moniteurs de sommeil réguler nos temps de repos, les oxymétries, etc. Bref, toute une gamme d’objets permettant d’avoir un aperçu sur sa santé et de faire plus attention.

La logique devient alors toute simple, et la phrase : « one apple a day keep the doctor away » va devenir obsolète et pourra être remplacée par : « Utiliser les objets connectés pour maîtriser sa santé, permet de se porter mieux et donc de baisser le taux de consultation »

Mais l’univers de la Santé IoT va beaucoup plus loin que les récoltes de données.
Par exemple, concernant l’imagerie médicale, il est maintenant possible de regarder l’intérieur du corps en temps réel. La visite du cerveau appréhende les réparations et peut être à même de reconstruire pour mieux comprendre une pathologie.

Nous évoluons dans une ère de la médecine numérique

La connectivité va permettre aux médecins de dégager du temps envers leurs patients et de faire plus de recherche. L’impact des évolutions est considérable sur la médecine et il faut en tirer parti pour améliorer la santé et le bien-être pour être encore plus efficaces. Mais, n’oublions pas les paramètres humains indissociables de la recherche et de l’évolution médicale numérique.
Reprenons sagement ce que disait Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ! »

A lire également

sex toy connecté

Ce sex toy connecté enregistrait ses utilisateurs sans leur consentement

Un sex toy connecté fabriqué par le fabricant Hongkongais Lovense enregistrait ses utilisateurs sans leur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend