Santé numérique aux US : Quelles évolutions sous la présidence Trump ?

L’élection présidentielle américaine a surpris tous les analystes, les cabinets de sondage et les journalistes. Avec Donald Trump à la tête des États-Unis, la politique de santé publique risque de subir de profonds changements. Fard Johnmar, auteur et inventeur prévoit les évolutions de la santé numérique sous le mandat du républicain.  

Stupeur pour les médias, stupeur pour une partie des Américains : le candidat Trump a gagné son pari face à Hillary Clinton. Les électeurs et le milieu professionnel veulent maintenant connaître les changements induits par la victoire du « business man » conservateur.

Fard Johnmar, spécialiste du secteur de la santé depuis 20 ans évalue les modifications du système de santé numérique américain. Il veut sensibiliser les acteurs du secteur afin de « se préparer pour le futur » et à ce « Nouveau Monde« .

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

santé numérique soins

Il se base sur son expérience de près de 20 ans, ses connaissances du marché et l’étude des propositions du Président de la chambre des représentants Paul Ryan sur le sujet. Johnmar se défend de toute analyse politique « basée sur le contexte socio-économique actuel« .

Il rappelle qu’il s’agit d’une première ébauche, des signes relevés lors de la campagne et de la volonté de modifier l’Affordable Care Act (ACA), la loi sur la protection des patients et les soins abordables.  Pour rappel, il s’agit de l’ensemble des lois passées sous le gouvernement Obama pour apporter une meilleure couverture médicale aux Américains, notamment les plus démunis. Cette réforme a fortement contribué aux dépenses de santé publique du gouvernement en 2010.

Depuis la publication de cette analyse le 11 novembre, Donald Trump et son camp sont déjà revenus sur leur volonté d’abolir l’Obama Care. Priver 22 millions d’américains de leur couverture sociale, de possibles électeurs, ne semblent pas opportun.

Johnmar avait prévu ce rétropédalage, tout en précisant que des modifications auront lieu pour laisser place à un système décentralisé dont l’objectif est de réduire les coûts et centré sur le consommateur plutôt que le client. Cela impacte évidemment la santé numérique.

Les six piliers de la santé numérique

clinique santé numérique

Le spécialiste évoque six évolutions de ce secteur qui ont directement été alimentées par l’ACA. Il évoque des changements pour chacune d’entre elles.

Premièrement, les décisions basées sur les données vont continuer sur leur lancée. Les capteurs, le Big Data, l’analyse et le machine learning sont des outils pour continuer à comprendre le comportement des patients et leurs pathologies.

Le gouvernement Obama a également mis en avant les programmes de bien-être pour faire changer le comportement des citoyens américains. Cela a favorisé l’utilisation des trackers et des montres connectées et tout autre dispositif issus de l’Internet des Objets.

Contrairement à l’idée générale, Fard Johnmar pense que l’utilisation des wearables et des autres nouvelles technologies augmenteront en même temps que les prix des soins.

Cela conduit à un besoin accru de conseils sur les technologies à utiliser et l’accès aux soignants et aux soins. Des applications de mise en relation avec des médecins par la télémédecine semblent alors tout indiquées.

Les capteurs et technologies de suivis permettront de réduire les prix des soins en acceptant de confier ses données aux hôpitaux, aux institutions et aux assurances. Cette politique du bonus par le suivi de la bonne santé du client est déjà en place dans certaines compagnies.

La gestion des lits dans les hôpitaux par l’analytics et le Big Data devrait croître dans une politique de réduction des coûts. Le but, éviter les erreurs d’hospitalisation, réduire les réadmissions inutiles, etc.

Toujours selon Johnmar, les assistants intelligents et l’Intelligence Artificielle serviront aux clients et aux hôpitaux pour réduire les risques financiers, augmenter la portée des outils de changement comportementale par la transmission d’informations et le support aux patients.

Un système de soins à l’asiatique ?

santé numérique trump

Cette tendance s’inscrit dans une politique plus globale observée en Asie, notamment en Chine et en Inde. Le premier des deux a de gros problèmes d’infrastructures et de qualité des soins, mais les consommateurs se servent de plus en plus de leur smartphone, des objets connectés fitness et des appareils de check up pour prévenir au lieu de guérir.

En Inde, la décentralisation entraîne l’augmentation des structures non hospitalières comme des mini cliniques pour les soins routiniers et les pathologies les moins graves. Des startups indiennes développent des applications pour aider les utilisateurs à trouver les médecins les plus qualifiés, communiquer plus facilement, organiser des rendez-vous, accéder aux soins, etc.

Selon l’auteur, ces deux tendances liées à l’adaptation des consommateurs aux nouvelles technologies devraient croître aux États-Unis en même temps que l’utilisation du Big Data et de l’analytics par les centres professionnels.

Convaincre les conservateurs

Malgré le bon sens et la pertinence de l’analyse de Fard Johnmar, il se peut que la politique autour de la santé numérique ne soit plus la priorité de ce nouveau gouvernement. Cette nouvelle période de quatre ans s’annonce autant incertaine pour les Américains bénéficiant de l’Obama Care que pour les entrepreneurs et entreprises qui misent sur le secteur de l’E-santé.

Il préconise alors la plus grande attention des acteurs aux décisions prises prochainement par Donald Trump, sous la coupe de Paul Ryan à la chambre des représentants et dans les autres institutions américaines. Dans cette nouvelle donne, opter pour un lobbying intensif semble conseillé pour convaincre les décisionnaires de l’intérêt des nouvelles technologies dans une politique de réduction des coûts et d’amélioration du système de soins.

Cette souplesse propre aux startups risque fort d’être le moyen le plus efficace pour prévenir ces futurs changements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *