in

Les prédictions choc des experts en IA : nouveaux emplois, fraudes en hausse et menace du Shadow AI

11 prédictions IA pour 2024

L’intelligence artificielle (IA) est omniprésente, suscitant des discussions animées et des prédictions sur ses promesses et ses menaces. Le potentiel de l’IA devra-t-il être pleinement exploité au cours de l’année à venir ?

SAS, leader de l’IA et de l’analyse, a sollicité les prédictions des dirigeants et des experts à travers les secteurs pour identifier les tendances clés de l’IA en 2024. Chacun d’entre eux a dévoilé sa propre vision des choses. Et apparemment, l’intelligence artificielle s’infiltre de plus en plus jusqu’à atteindre le domaine médical et financier.

Une meilleure stratégie sectorielle

Selon Bryan Harris, directeur de la technologie chez SAS, l’IA générative ne remplacera pas, mais complétera les stratégies sectorielles spécifiques. Dans le secteur bancaire par exemple, elle permet de simuler des tests de résistance et d’analyser des scénarios pour prédire les risques. Tandis que dans la santé, elle générera des plans de traitement individualisés. Cette intégration de l’IA générative vise alors à identifier des améliorations dans des domaines tels que la qualité, la fiabilité et l’efficacité énergétique dans le secteur manufacturier.

De nouveaux emplois grâce à l’IA ?

Contrairement aux craintes de suppressions d’emplois liées à l’IA, Udo Sglavo, vice-président de l’analyse avancée chez SAS, prévoit que l’IA créera de nouveaux emplois. Il prend d’ailleurs l’ingénierie rapide (le prompt engineering) comme exemple. Cette dernière relierait le potentiel des modèles à leur application pratique. Ce qui va rendre les travailleurs à tous les niveaux de compétences plus efficaces.

Équité et efficacité des stratégies de marketing

Pour Jennifer Chase, directrice du marketing chez SAS, le marketing responsable a sa place dans un contexte d’IA. Elle insiste en effet sur la nécessité de reconnaître la faillibilité de l’IA et de rester vigilant face aux biais potentiels. Selon elle, tous les spécialistes du marketing devraient pouvoir examiner et ajuster les modèles d’IA pour assurer leur équité et leur efficacité.

De plus en plus de fraudes dans le secteur de la finance

Stu Bradley, vice-président principal des solutions de risque, de fraude et de conformité chez SAS, prévoit de son côté une montée en flèche de la fraude encouragée par des avancées technologiques telles que l’IA générative. Selon lui, les institutions financières devront s’adapter à cette nouvelle ère sombre de la fraude, sous la pression réglementaire croissante.

Mise en garde contre le « Shadow AI »

En ce qui concerne, Jay Upchurch, directeur de l’information chez SAS, il met en garde contre le « shadow AI ». Il s’agit des solutions développées en interne sans approbation officielle du service informatique. Les DSI devront cependant évaluer la nécessité d’adopter ces outils et mettre en place des garde-fous pour minimiser les risques potentiels.

Une nouvelle gamme d’applications grâce à l’IA multimodale

D’un autre côté, Marinela Profi, conseillère en stratégie IA/IA générative chez SAS, annonce que l’IA multimodale, intégrant texte, images et audio dans un modèle unique, représente la prochaine frontière de l’IA générative. Elle aura des applications étendues dans la réalité augmentée, la réalité virtuelle et la simulation de systèmes complexes.

Et les jumeaux numériques ?

Quant à Jason Mann, vice-président de l’IoT chez SAS, il prévoit une accélération de l’adoption de l’IA et de l’analyse de l’IoT grâce à l’utilisation plus répandue des technologies de jumeaux numériques. Ces derniers permettront alors d’optimiser les opérations, d’améliorer la qualité des produits et de renforcer la sécurité.

Faire face aux risques climatiques

Pour le, vice-président principal de la recherche sur les risques et des solutions quantitatives chez SAS, Troy Haines, l’adoption croissante de l’IA par les assureurs permettrait de faire face au risque climatique. Les assureurs utiliseront alors l’IA pour consolider leurs liquidités et automatiser des processus tels que le traitement des réclamations et la détection des fraudes.

Bientôt des mesures réglementaires et un recrutement massif

Reggie Townsend, vice-président de la pratique SAS Data Ethics, ne tarde pas à nous faire part de sa prédiction. Elle souligne l’impact de l’IA sur la main-d’œuvre gouvernementale. D’après lui, les gouvernements, confrontés à la difficulté d’attirer des talents en IA en raison de salaires élevés, recruteront activement pour soutenir les mesures réglementaires et automatiser les tâches subalternes.

Des soins personnalisés

En ce qui concerne Steve Kearney, directeur médical mondial chez SAS, il prévoit une expansion des outils génératifs basés sur l’IA pour la médecine personnalisée. Ces outils incluront la création d’avatars spécifiques aux patients. Mais aussi des systèmes d’aide à la décision clinique basés sur l’IA générative.

Les maisons d’assurances face à une faillite inévitable

Dans ses prédictions, Franklin Manchester, conseiller stratégique mondial en assurance chez SAS, met en garde contre un déploiement hâtif de l’IA générative dans le secteur de l’assurance. Sa prédiction relève de la faillite d’un des plus grands assureurs mondiaux d’ici 2024. Et pour cause : des décisions commerciales erronées. Il souligne en passant la nécessité d’une mise en œuvre éthique et surveillée de l’IA à grande échelle.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.