in

Qowisio lance un réseau bas-débit à très faible coût

Qowisio
© Xerfi Canal

Après des mois d’attente, l’opérateur Qowisio est enfin en voie de lancer son réseau bas débit en France, le 8 juin prochain. Un réseau qui couvrira l’ensemble des villes de plus de 10 000 habitants avec un prix annuel de 10 centimes d’euros par objet. Suite à l’ouverture d’un bureau à Austin, la société souhaite accroître de 70% le nombre de ses antennes en France pour 2017. 

Depuis l’an dernier, la startup française, provenant d’Angers, s’est distinguée avec son réseau public bas-débit et longue portée dédié aux objets connectés. Après avoir levé dix millions d’euros pour lancer son premier réseau en 2015, la société vient secouer le marché avec sa licence de connectivité à très bas forfait.

Qowisio rejoint la cour des grands

Né à Angers en 2009, Qowisio a dû faire preuve de courage et de patience pour rejoindre la cour des 4 plus grands réseaux bas débit longue portée en France. Venant se classer après Sigfox, Orange et Objenious (Bouygues Télécom), la startup a réussi à déployer un réseau national en seulement douze mois avec un investissement de 10 millions d’euros. C’est grâce à son expertise dans l’IoT que la jeune pousse s’est transformée en si peu de temps en concurrent de taille aux plus grands opérateurs de France.

« C’est cette indépendance qui va nous permettre de proposer des objets avec connectivité incluse à moins de 10 euros aux professionnels qui veulent prendre le virage de l’IoT » (Cyrille le Floch, président de Qowisio)

Grâce l’installation de 1 000 antennes, son réseau se déploiera dans toutes les communes de plus de 10 000 habitants et sur les principaux axes routiers, ce qui revient à 80% de la population. Il est prévu de densifier ce réseau avec 700 relais de plus d’ici fin 2016-début 2017. Ce réseau d’antennes opère à basse fréquence dans la bande des 868 Mhz.

Une logistique parfaite pour l’IoT

Qowisio prévoit de vendre aux entreprises 60 objets connectés et des capteurs qui incluent la connectivité et l’application permettant d’en tirer les données. Par le biais de ses produits, l’entreprise propose de couvrir de nombreux cas d’usage dans la logistique, le logement, les travaux publics. A la différence de Sigfox, elle ne base pas son réseau sur des échanges bi-directionnels avec les capteurs mais unidirectionnels ; « ce qui correspond au segment de marché que l’on vise pour adresser des besoins de bons de livraison, suivi de palettes et d’objets qui envoient des alertes de temps en temps« , comme le précise Cyrille Le Floch.

Si l’objet connecté a un coût aussi bas, c’est qu’ils ne souhaitent pas mettre des capteurs à plusieurs dizaines d’euros sur des palettes en coûtant 7. Ils ont ainsi élevé le prix de leur tracker de palette à seulement 1,50 euros, afin de le rendre compétitif par rapport au service rendu. Selon Cyrille Le Floch, le coût de l’objet doit être rapporté à sa viabilité économique et à son usage. Des startups et fabricants pourront exploiter le réseau bi-bande (ultra narrow band/LoRa) de Qowisio pour connecter leur objets. Et cela pour 10 euros pour 10 ans de connectivité, un prix qui pourra être intégré aux prix de vente des fabricants pour que ces derniers puissent aussi proposer des produits avec connectivité incluse sans abonnement nécessaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.