Accueil > Smart City > Quand la blockchain sert l’énergie renouvelable

Quand la blockchain sert l’énergie renouvelable

Si vous êtes un pasionaria de l’économie de partage et des énergies renouvelables, vous pouvez d’ores et déjà déménager à Brooklyn ! Le quartier le plus hype de New York a su faire de ces deux secteurs un parfait mélange, en offrant à ses habitants une énergie solaire locale gérée par de la blockchain. 

Créer un réseau d’électricité local tout en combinant développement durable et technologie de pointe, voilà un défi qu’a réussi à la perfection TransActive Grid ! Pour cela, la coopérative se base sur le smart grid. Inauguré en 2016 dans les quartiers Slope et Gowanus, il offre un approvisionnement électrique fiable et de qualité à un petit nombre de consommateurs.

Le smart grid au service du développement durable

Pour ouvrir la voie aux énergies propres, TransActive Grid investit dans le smart grid. Le smart grid est un micro-réseau électrique de petite taille. Au sein de ce réseau, s’insèrent diverses installations de productions locales telles que des piles à combustible, des petits générateurs diesel, des panneaux photovoltaïques ou des mini-éoliennes. En lien avec des installations de consommation, de stockage et des outils de supervision, le réseau s’accorde au réseau de distribution ou fonctionne de manière isolée. Cet outil intelligent fait de plus en plus fureur dans les réseaux d’électricité et de gaz.

smart grid blockchain
Les avantages du smart grid : auto-réparation, participation des consommateurs, résistance, haute qualité, optimisation des actifs, forte pénétration des sources de production, hausse du marché de l’électricité.

Et là, c’est dans la rue President Street de Brooklyn qu’il révolutionne la vie des habitants. Avec ce système électrique et la présence de panneaux solaires sur les toits, les résidents de cinq habitations ont pu se fournir en énergie de façon autonome. Devant un tel succès, 130 nouveaux foyers ont manifesté l’envie de rejoindre le réseau. Pour cela, on peut remercier la blockchain.

L’énergie se fait renouvelable avec la blockchain

Bien que l’énergie propre fasse quartier à Brooklyn, il n’y a rien de très étonnant là-dedans. Selon un récent rapport de l’UNEP (United Nations Environnement Programme), les investissements dans les ENR ont enregistré un nouveau record de 286 milliards de dollars. Mieux encore, la part des capacités électriques dans les énergies renouvelables a atteint près de 266 milliards de dollars. Aujourd’hui, 16,2% de la puissance totale installée mondiale est composée d’ENR.

Alors quelle nouveauté ici ? Son mariage avec la blockchain ! TransActive Grid se compose de deux entreprises : Lo3 Energy, spécialisée dans l’énergie solaire et ConsenSys, société centrée sur le bitcoin. Grâce à cette monnaie virtuelle, les transactions peuvent se faire de particulier à particulier en toute sécurité sur la blockchain. Sauf qu’ici, il n’est plus question de flux d’argent mais de flux énergétique. Cette circulation est prise en charge par le logiciel Ethereum, qui enregistre l’historique de l’énergie électrique produite et les transactions autour.

« Premier véritable ordinateur global », Ethereum permet de construire sur sa plateforme des applications décentralisées. Une façon efficace de mettre fin aux inégalités de quartier.

« Ce concept profite à l’ensemble de la zone dans laquelle il est installé. En achetant l’énergie localement, plutôt qu’en passant par une société nationale, l’argent va dans la poche de personnes qui appartiennent à votre communauté » (Joseph Lubin, le cofondateur de TransActive Grid)

En plus d’être bénéfique aux citoyens, le blockchain est bénéfique en termes de coût comme l’électricité se transporte sur un réseau court, et non à l’échelle nationale.

La blockchain, le médiateur du futur ?

Que ce soit sur le plan politique ou économique, la blockchain attire de plus en plus. A ce propos, une étude de CB Insight est sortie le 12 avril et dresse un bilan favorable à ce système automatisé. Entre 2015 et 2016, il y a eu 67% de levées de fonds de la part d’entreprises spécialisées dans les infrastructures et les applications blockchain. Si l’on s’intéresse aux montants levés par l’entreprise la mieux financée du secteur, 21 Inc, on atteint les 116 millions de dollars. Enfin, 13 groupes provenant des services financiers, tels que Visa ou MasterCard, ont réalisé leur premier investissement dans les monnaies virtuelles et la blockchain entre août et novembre 2015.

La blockchain est aussi un moyen de se rendre responsable en participant collectivement à l’alimentation en énergie, par exemple. Et aussi une façon de redéfinir les rapports sociaux avec l’entraide qui en découle. Effectivement, à long terme, il pourrait permettre aux personnes en précarité économique d’en bénéficier plutôt qu’être dépendant d’un seul réseau dont les coûts peuvent être parfois exorbitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend